Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tuméfié’

Tu creuses rampes (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2021




    

tu creuses
rampes
t’ouvres
un passage

mais tu n’es
jamais
prêt

jamais assez aguerri

jamais digne
d’affronter
la rencontre

alors tu lis
enquêtes sondes
questionnes

et sans relâche
tu progresses
puis te portes
d’un bond
au plus extrême

et là
doigts gourds
mains tuméfiées
au lieu de rafler
ce dont tu espérais
te saisir
dans un trouble
infini
tu palpes
le mystère

(Charles Juliet)

 

Recueil: Moisson
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un petit homme gris (Joseph Majault)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2018



Un petit homme gris

un petit homme gris qui trottinait
à pas pressés la tête dans le vent
sur la place
aux pavés
de granit
n’aura levé les yeux qu’un bref instant
sur la fille jeune blonde et jolie
qui passait
près de lui
sans le voir
bien mal lui prit de jeter un regard
car le pauvre trébucha aussitôt
bosse ronde
d’un pavé
mal planté
et le voilà qui choit le nez à terre
genou luxé le coude tuméfié
cependant
que la belle
file au loin

(Joseph Majault)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’y a de langue qui vaille (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2018



Illustration: Antoine Mercier
    
Il n’y a de langue qui vaille !
Mais les entrailles, mais les entrailles !
Quelqu’un se rapetisse
et pénètre en ce corps tuméfié.
L’univers est à l’envers.
Le sang, la cohue.

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Lieux épars
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :