Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘tzigane’

Si tu veux dire la vérité (Alexandre Romanès)

Posted by arbrealettres sur 13 janvier 2019




    
Proverbe tzigane :
« Si tu veux dire la vérité,
assure-toi que tu as un bon cheval. »

(Alexandre Romanès)

 

Recueil: Un peuple de promeneurs histoires tziganes
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in humour, méditations | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Le ciel, donner et Dieu (Alexandre Romanès)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



Le ciel, donner et Dieu,
dans la langue tzigane,
c’est le même mot.

(Alexandre Romanès)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Violon tzigane (Sergueï Essénine)

Posted by arbrealettres sur 4 avril 2018



Illustration: Yuliya Mervant
    
Violon tzigane, la tempête gémit.
Fillette gentillette au sourire fielleux
me laisserai-je intimider par ton regard bleu ?
Il me faut beaucoup, beaucoup m’est superflu.

Si loin, si dissemblables en somme
tu es jeune, moi j’ai tout vécu.
Aux jeunes le bonheur, à moi la mémoire seule :
Nuit de neige, étreinte fougueuse.

Câliné ? non. La tempête est mon violon.
Un sourire de toi lève la tempête en moi.

***

(Sergueï Essénine)

 

Recueil: Journal d’un poète
Traduction: Christiane Pighetti
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’accordéon (Gérard Noiret)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



L’accordéon

Accompagné par son père, son frère,
son oncle? L’enfant tzigane fait passer le frisson
parmi des voyageurs. Et les jambes
touchent à d’autres jambes.
Il n’y a qu’une princesse aux cheveux blonds
pour sortit une épingle d’or
dans le secret de son âme et s’approcher de la cage
où le rossignol chante, des cernes sous les yeux.

(Gérard Noiret)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

LETTRES ET POÈMES (Nâzim Hikmet)

Posted by arbrealettres sur 29 septembre 2016



 

LETTRES ET POÈMES

I

Ma seule au monde et
tu me dis dans ta dernière lettre
« Ma tête éclate, mon coeur défaille,
S’ils te pendent
si je te perds
j’en mourrai. »

Tu vivras, ma femme,
Mon souvenir comme une fumée noire
se dispersera dans le vent.
Tu vivras, soeur aux cheveux roux de mon coeur
Les morts n’occupent pas plus d’un an
les gens du vingtième siècle.

La mort
Un mort qui se balance au bout d’une corde
à cette mort-là
mon coeur ne peut se résigner.
Mais
rassure-toi, ma bien-aimée, si la main noire et velue d’un
pauvre tzigane
finit par me mettre la corde au cou ils regarderont en vain
dans les yeux bleus de Nâzim
pour y voir la peur.
Dans le crépuscule de mon dernier matin
je verrai mes amis et toi

Et je n’emporterai sous la terre
que le regret d’un chant inachevé.

Femme mienne
Mon abeille au coeur d’or
Mon abeille aux yeux plus doux que le miel
Pourquoi t’ai-je écrit qu’on demandait ma mort ?

Le procès ne fait que commencer
On n’arrache tout de même pas la tête d’un homme
comme on arrache un navet.
Allons ne t’en fais pas
Ce ne sont que des possibilités lointaines.
Si tu as de l’argent
Achète-moi un caleçon de laine
j’ai encore la sciatique dans la jambe
Et n’oublie pas que la femme d’un prisonnier
Ne doit pas avoir de noires pensées.

II

J’ai gravé ton nom avec mon ongle
sur le cuir de mon bracelet
Tu sais que là où je me trouve
il n’y a ni canif à manche d’écaille
« Défense de porter des objets contondants »
ni sapin dont la tête pénètre le ciel.
Il y aurait un petit arbre dans la cour
mais défense d’avoir les nuages au-dessus de la tête…
Combien sommes-nous à habiter cette maison,
Je n’en sais rien
Je suis seul loin d’eux

(Nâzim Hikmet)

Illustration: Kuroda Seiki

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Les cloches (Guillaume Apollinaire)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2016


 

Les cloches

Mon beau tzigane mon amant
Écoute les cloches qui sonnent
Nous nous aimions éperdument
Croyant n’être vus de personne

Mais nous étions bien mal cachés
Toutes les cloches à la ronde
Nous ont vus du haut des clochers
Et le disent à tout le monde

Demain Cyprien et Henri
Marie Ursule et Catherine
La boulangère et son mari
Et puis Gertrude ma cousine

Souriront quand je passerai
Je ne saurai plus où me mettre
Tu seras loin Je pleurerai
J’en mourrai peut-être

(Guillaume Apollinaire)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

RETOUCHE AU TZIGANE (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 23 août 2015



Michel Socquet tzigane

RETOUCHE AU TZIGANE

horizon
quatre cordes

(Daniel Boulanger)

Illustration: Michel Socquet

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :