Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘utile’

L’Utile (Jean Follain)

Posted by arbrealettres sur 13 février 2019


 

Dans les couleurs de l’utile
celle de l’étoffe grise et noire
de l’acier bleu
des graines rousses
d’aucuns se réfugient pour vivre.

On entend parfois leurs paroles
les appels qu’ils font à la pluie
au soleil, aux verdures

et les choses autour d’eux se joignent
pour se refléter dans leurs yeux.

(Jean Follain)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Remonter le fleuve des origines (Azadée Nichapour)

Posted by arbrealettres sur 10 décembre 2018



 

Remonter le fleuve
des origines
Le Je en vaut-il le péril

Est-il dit
que pour se trouver
il soit utile de se perdre

sinon dans l’exil de l’écriture

(Azadée Nichapour)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Fan Ho

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »

Personne (Baruch Spinoza)

Posted by arbrealettres sur 6 août 2018




    
Personne, à moins d’être vaincu
par des causes extérieures et contraires à sa nature,
ne néglige de désirer ce qui lui est utile,
autrement dit de conserver son être.

(Baruch Spinoza)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pourquoi est-ce que les choses auraient un nom ? (Lewis Carroll)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2018




    
« – […] je suppose qu’ils répondent quand on les appelle par leur nom ?
demanda le moucheron d’un ton négligeant.
-Je ne les ai jamais vus faire cela.
-A quoi ça leur sert d’avoir un nom s’ils ne répondent pas quand on les appelle ?
-Ça ne leur sert à rien, à eux, mais je suppose que c’est utile aux gens qui leur donnent des noms.
Sans ça, pourquoi est-ce que les choses auraient un nom ? »

(Lewis Carroll)

 

Recueil: Alice au Pays des Merveilles / De l’autre côté du Miroir
Traduction:
Editions: Folio

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

La fleur (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 19 juin 2018



Illustration: Vincent Van Gogh
    
La fleur

Dans un pot de fer
des grenades
Dans un pot de terre
une fleur.

La fleur ancienne
toute neuve
Folle comme avoine
lucide comme blé
ou riz
Vraie comme rêve
belle comme amour
rouge comme toujours.

Dans un pot de fer
des grenades
Dans un pot de terre
Une fleur.

La fleur libre et véritable
indispensable
utile comme pain
utile comme vin
juste colère larmes et rires
ou fol espoir
Dans un pot de fer
des grenades
Dans un pot de terre
une fleur.

La fleur interdite de séjour
la fleur rebelle à la lobotanique
réfractaire à l’ortie-culture
La fleur du libre-savoir et des vérités ouvrières
La fleur de n’importe qui quand n’importe qui c’est quelqu’un
la fleur aux couleurs éclatantes et qui éclate n’importe où
quand n’importe où c’est partout
éclate de vivre
éclate de rire
et d’inquiétude
et de détresse aussi.
Dans un pot de fer
des grenades
lancées par des grenadiers
Dans un pot de terre
la fleur
défendue par ses jardiniers.

(Jacques Prévert)

Découvert ici: https://eleonoreb.wordpress.com/

Recueil: Choses et autres
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Trop vieux pour être utiles (Hilda Doolittle)

Posted by arbrealettres sur 10 juin 2018



Abraham Isaac Jacob

Les murs ne tombent pas
[15]

Trop vieux pour être utiles
(pourtant en années d’expérience,

nous sommes bien les mêmes)
pas assez vieux pour être morts,

nous sommes les gardiens du secret,
les porteurs, les fileurs

du fil intangible et rare
qui lie toute l’humanité

à l’ancienne sagesse,
à l’antiquité ;

notre joie est unique, pour nous,
grappe, lame, coupe, blé

sont des symboles dans l’éternité,
et chaque objet concret

a une valeur abstraite, hors du temps
dans la parallèle du rêve

dont le sigil lié n’a pas changé
depuis Ninive et Babel.

***

Too old to be useful
(whether in years or experience,

we are the same lot)
not old enough to be dead,

we are the keepers of the secret,
the carriers, the spinners

of the rare intangible thread
that binds all humanity

to ancient wisdom,
to antiquity;

our joy is unique, to us,
grape, knife, cup, wheat

are symbols in eternity,
and every concrete object

has abstract value, is timeless
in the dream parallel

whose relative sigil has not changed
since Nineveh and Babel.

(Hilda Doolittle)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce monde-ci n’est qu’une œuvre comique (Jean-Baptiste Rousseau)

Posted by arbrealettres sur 2 juin 2018



Ce monde-ci n’est qu’une œuvre comique
Où chacun fait ses rôles différents.
Là, sur la scène, en habit dramatique,
Brillent prélats, ministres, conquérants.
Pour nous, vil peuple, assis aux derniers rangs,
Troupe futile et des grands rebutée,
Par nous d’en bas la pièce est écoutée,
Mais nous payons, utiles spectateurs ;
Et, quand la farce est mal représentée,
Pour notre argent nous sifflons les acteurs.

(Jean-Baptiste Rousseau)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Du silence naît la parole (Yves Mabin Chennevière)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2018



    

— Du silence naît la parole,
de lui elle se nourrit,
de lui elle reçoit ce qui la rend utile,
au silence elle confie ses déchets,
pour qu’il les recycle ;

Du silence naît le rêve,
de lui il se nourrit,
de lui il reçoit ce qui le réalise,
au silence il confie ses scories,
pour qu’il les régénère,

Du silence naît la vie,
de lui elle se nourrit,
de lui elle reçoit ce qui la sacralise,
au silence elle confie ses restes,
dont la mort s’empare ;

(Yves Mabin Chennevière)

 

Recueil: Variations du sensible
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Accumule, puis distribue (René Char)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2017



Illustration
    
Accumule, puis distribue.
Sois la partie du miroir de l’univers
la plus dense, la plus utile
et la moins apparente.

(René Char)

 

Recueil: Feuillets d’Hypnos
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour faire le portrait d’un oiseau (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 8 décembre 2017



Pour faire le portrait d’un oiseau

Peindre d’abord une cage
avec une porte ouverte
peindre ensuite
quelque chose de joli
quelque chose de simple
quelque chose de beau
quelque chose d’utile…
pour l’oiseau
placer ensuite la toile contre un arbre
dans un jardin
dans un bois
ou dans une forêt
se cacher derrière l’arbre
sans rien dire
sans bouger…
Parfois l’oiseau arrive vite
mais il peut aussi mettre de longues années
avant de se décider
Ne pas se décourager
attendre
attendre s’il le faut pendant des années
la vitesse ou la lenteur de l’arrivée
de l’oiseau n’ayant aucun rapport
avec la réussite du tableau
Quand l’oiseau arrive
s’il arrive
observer le plus profond silence
attendre que l’oiseau entre dans la cage
et quand il est entré
fermer doucement la porte avec le pinceau
puis
effacer un à un tous les barreaux
en ayant soin de ne toucher aucune des plumes de l’oiseau
Faire ensuite le portrait de l’arbre
en choisissant la plus belle de ses branches
pour l’oiseau
peindre aussi le vert feuillage et la fraîcheur du vent
la poussière du soleil
et le bruit des bêtes de l’herbe dans la chaleur de l’été
et puis attendre que l’oiseau se décide à chanter
Si l’oiseau ne chante pas
C’est mauvais signe
signe que le tableau est mauvais
mais s’il chante c’est bon signe
signe que vous pouvez signer
Alors vous arrachez tout doucement
une des plumes de l’oiseau
et vous écrivez votre nom dans un coin du tableau.

(Jacques Prévert)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :