Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vacuité’

L’hirondelle neurasthénique (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 21 mai 2019


 


 

L’hirondelle neurasthénique
Noire et blanche une hirondelle neurasthénique
dans l’atonie d’un soir bleuissant
depuis deux heures immobile sur le fil télégraphique
comme un funambule endormi sur sa corde

Vanité du vol ou vacuité d’amour
qui sait

Un petit trou noir et blanc sur l’immense panneau du soir

(Guy Lévis Mano)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vacuité de l’abstrait (Georges Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2019



Asit Kumar Patnaik 1968 - Indian painter -   (27)

 

Vacuité de l’abstrait
qui désintègre la forme
intellect agent secret
garde le reflet symbole
Elle était de la Balance,
moi je coulais au Verseau,
à chacun sa résonance
dans le contenu d’un mot.
Ne videz pas la parole,
tout est plein qui nous console,
mes chants seront de forêt,
d’anémones dans le vent
de mer et de parapets :
la forêt sera le chant.

(Georges Libbrecht)

Illustration: Asit Kumar Patnaik

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’y a aucune raison (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 13 mars 2019




Illustration: Gilbert Garcin
    
Il n’y a aucune raison d’occuper les espaces vides.
Les espaces vides sont plus nécessaires
que les espaces pleins.

La vacuité fonde les choses
et allège l’être
lorsqu’elle mesure les mondes.

Le vide, en outre, nous appelle,
même si nous ne savons pas répondre à l’appel.

***

No hay por qué ocupar los espacios vacíos .
Los espacios vacíos son mas necesarios
que los espacios llenos.

La vacuidad funda las cosas
y aligera el ser
mientras mide los mundos.

Además , lo vacío nos llama,
aunque no sepamos responder al llamado

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Quatorzième poésie verticale
Traduction: Sivia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

La vacuité vraie (Angelus Silesius)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2019




    
La vacuité vraie est comme un noble vase
Qui a nectar en soi: il a, et ne sait quoi.

(Angelus Silesius)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Vacuité! (Shabkar)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2019



L’esprit n’a ni couleur ni forme.
Cherche-le: il n’est nulle part.
Vacuité!

(Shabkar)

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

De cet état de panique (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 10 juillet 2018




    
De cet état
de panique
où le chaos
le dispute

à la vacuité

(Emmanuelle Le Cam)

 

Recueil: Unique demeure
Traduction:
Editions: Le dé bleu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La vacuité (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
La vacuité fonde les choses
et allège l’être
lorsqu’elle mesure les mondes.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Martine Broda pour Roberto Juarroz
Traduction: Martine Broda
Editions: José Corti

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Ermitage de l’Illusion (Hyegun)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2018



Le corps semble une fleur de vide: nul lieu où le chercher,
Aux six fenêtres vent et lune embrassent pureté et vacuité.
Dans le néant on dirait l’être: à nouveau il n’est pas réel,
Quatre murs éclatants: un instant pour demeure empruntés.

(Hyegun)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toute poésie vient de la rencontre avec la beauté (Kenneth White)

Posted by arbrealettres sur 9 mai 2018



 

Toute poésie vient
de la rencontre avec la beauté

toute ferveur vient
de la vie dans la nudité

toute vie nue
vient de la vacuité

***

All poetry comes
from facing a loveliness

all love comes
from living in nakedness

all naked life
comes from the nothingness

(Kenneth White)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRÉMICES DU DESERT (Mario Luzi)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2017



Illustration: Leon Levinstein
    
PRÉMICES DU DESERT

Elle s’engage entre les murs, elle est proie de la lumière…
peut-être était-ce toi, à présent c’est une apparition
ou peut-être tout ce qui n’a ni repos
ni mouvement ni lieu et n’est ni vrai
ni privé de substance, vacuité que seuls
de purs miroirs trahissent en frémissant.

C’est une figure errante, sans répit…
elle est nôtre, je la croyais une chimère
si quelqu’une par miracle apparaissait
sous des pentes arides, inconsolée,
dans des rues sombres où rien ne vit plus,
rien sinon l’espoir du tonnerre.

***

PRIMIZIE DEL DESERTO

S’AVVIA TRA I M URI, È PREDA DELLA LUCE

S’avvia tra i muri, è preda della luce…
forse eri tu, ora è un’apparizione
o forse è tuno ció che non ha pace
o sede o movimento e non è vero
né insostanziale, vanità che solo
puni specchi tradiscono fremendo.

È una vaga figura, non ha requie…
è nostra, la credevo una chimera
se alcuna ne appariva per miracolo
sono aride pendici inconsolata
per vie cupe ove mente vive più,
riente se non la speranza del tuono.

(Mario Luzi)

 

Recueil: Dans l’oeuvre du monde
Traduction: Philippe Renard, Bernard Simeone
Editions: Editions Unes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :