Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vagabonder’

Jeanne (Henri Gougaud)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2019



Voici la colline
voici la vigne
voici la maison
et Jeanne

Voici la neige
voici l’enfant
et la chanson
de Jeanne

Voici le dimanche
voici le village
voici l’église
et Jeanne

Voici Jeanne
tête blanche
qui comprend tout
mère-berceau
vieille mère

Voici le bon dieu
qui sourit
sur la chaise
de Jeanne

Voici les siècles
voici les astres
qui vagabondent
avec Jeanne

Voici le temps
et ses musiques
l’éternité
c’est Jeanne.

(Henri Gougaud)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

… parce que (Guy Lévis Mano)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2019



 

… parce que mes yeux vagabondent en d’autres
lieux que mes muscles…
parce que je suis étranger à mon passage
et immuable dans l’immuable quête
prise au ventre de ma mère…

(Guy Lévis Mano)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vivre (Nikos Karoùzos)

Posted by arbrealettres sur 19 avril 2019



Illustration
    
Vivre c’est vagabonder parmi les désirs sans nombre
vagabonder sur les corps des femmes infinies
vagabonder dans nos paroles
vagabonder dans la faim et la soif indésirable

(Nikos Karoùzos)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le doux printemps est ton temps est le mien est le nôtre (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2019



Illustration: Karen L’Hémeury

    

« le doux printemps est ton
temps est le mien est le nôtre
car c’est le temps de l’amour
et vive le doux amour »

(tous les joyeux petits oiseaux
volent dans le flottant dans les
esprits mêmes ils chantent dans
le battement d’ailes des fleurs)

les amants vont les amants viennent
vagabondant ils s’émerveillent
mais tous les deux parfaitement
seuls il n’est nul autre au monde

(un tel ciel et un tel soleil
n’ai pas connu ni toi non plus
personne jamais n’a respiré
autant de variétés de oui)

nul arbre ne sait compter ses feuilles
chacune d’elles de s’ouvrir seule
mais ces qui brillant par milliers
ne font qu’un seul étonnement

(en secret adorant timides
petits s’allant dardant flottant
et joyeux dans le fleurissant
les heureux soi toujours chantent)

« le doux printemps est ton
temps est le mien est le nôtre
car c’est le temps de l’amour
et vive le doux amour »

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: Une fois un
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: La Nerthe

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’ombre de ton absence (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2019



L’ombre de ton absence
file les tendresses
qui vagabondent dans l’air.

(Roberto Juarroz)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

L’ombre de ton absence file les tendresses qui vagabondent dans l’air (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 7 mars 2019



Tout donne de l’ombre,
jusqu’à l’invisible.

L’ombre de la pensée
suture les crevasses
de l’aléatoire réalité.

L’ombre des mots
dit ce que ne disent pas les mots.

L’ombre de ton absence
file les tendresses
qui vagabondent dans l’air.

Toute ombre aussi donne une autre ombre,
comme si les formes ne parvenaient pas
à compléter le paysage
dont nos yeux ont besoin.

Et plus tard ou plus tôt,
les yeux même doivent apporter
leur quote-part d’ombre.

(Roberto Juarroz)


Illustration: Zhaoming Wu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

LES ILLUSIONS (Armand Robin)

Posted by arbrealettres sur 21 février 2019



Illustration: Laurent Gorris
    
LES ILLUSIONS

II croyait
Qu’il errait, qu’il errait
Et même qu’il vagabondait :
Il aimait, il aimait
Jany

Il croyait
Qu’il murmurait, qu’il promurmurait
Et même qu’il démurmurait;
ll disait, se disait qu’il aimait
Jany.

Il croyait
Qu’il oubliait, qu’il oubliait
Et même qu’il désoubliait;
Il se souvenait qu’il aimait
Jany.

Il croyait
Qu’il écoutait, écoutait
Les rues, les étangs, les forêt;
ll entendait, il entendait
Jany.

Il croyait
Qu’il vieillissait, vieillissait,
Qu’il passait, qu’il passait, qu’il passait;
Son jeune âge toujours là c’était
Jany.

ll croyait
Qu’il pleurait, qu’il pleurait,
Que nuit et jour il se désolait;
Nuit et jour il était heureux d’aimer
Jany.

(Armand Robin)

 

Recueil: Ma vie sans moi suivi de Le monde d’une voix
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA CEINTURE (Paul Valéry)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018



 

Rockwell Kent   _r1_500

LA CEINTURE

Quand le ciel couleur d’une joue
Laisse enfin les yeux le chérir
Et qu’au point doré de périr
Dans les roses le temps se joue,

Devant le muet de plaisir
Qu’enchaîne une telle peinture,
Danse une Ombre à libre ceinture
Que le soir est près de saisir.

Cette ceinture vagabonde
Fait dans le souffle aérien
Frémir le suprême lien
De mon silence avec ce monde…

Absent, présent… Je suis bien seul,
Et sombre, ô suave linceul.

(Paul Valéry)

Illustration: Rockwell Kent

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un peu de moi court au-dehors (Patrice de La Tour du Pin)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2018



 

Mahir Ates  (4)

Un peu de moi court au-dehors, que je ne sais
Nommer d’un nom, d’un nom de femme…
un peu de moi,

De ce qui serait elle et moi, et qui vivrait
De sa propre vie d’or, vagabonde parfois
Si près que j’ai touché son halo bienheureux,
Ce halo d’où l’on voit tout autrement les choses,
Où l’on se perd sans fin, bien abrité des choses,
Dans la vie d’éternel et d’amour de nous deux…

Un peu de moi, mais tant de moi, qui meurs d’aimer,
Avant de la connaître et d’en être animé,
Comme elle sait souffler sur l’âme et lui donner
Sa plénitude…

(Patrice de La Tour du Pin)

Illustration: Mahir Ates

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Fille versatile (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2018



Fille versatile

Tantôt tu es tout près de moi
Tantôt tu vagabondes
Jusqu’à l’horizon
Où fusionnent le ciel
Et la terre qui s’éloigne du soleil
Pour entrer dans la nuit.

Tu me fuis parfois
Mais tu reviens toujours.
Je sais qu’un jour
Tu m’oublieras.
Même des braises attisées
Ne peuvent ranimer
Un feu qui s’est éteint.

Ton rire fait fuir la nuit
Que retenaient les étoiles
Tu perçois en marchant
Tous les frissons de la terre

Sous les nuages endormis
Tu vas au hasard des routes.
Ta voix me parvient
Pour s’unir à la mienne
Mais je crains toujours de te perdre.

Quand je te retrouve
Au paroxysme de l’angoisse
Tu partages avec moi
Tous les secrets
Que tu as percés
Au cours de tes rencontres
Et ta nudité énigmatique
Provoque de nouveaux fantasmes
Dans le désordre des miroirs amoureux

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Pascal Renoux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :