Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vaguement’

NOCHE (Louis Calaferte)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2018



chien lune 0 [800x600]

NOCHE

Médaillon de crêpe chinois
piqué sur l’étoffe indolore
du ciel des nuits qu’un chien aboie
vaguement glauque et incolore
glousse la lune

Il est tard près de moi dors bien
je suis arrimé à ma table
j’écris mais sans plus croire à rien
d’un indifférent redoutable
sous la lulune

Le chien aboie
la lune boit
moi je me noie
dans mes lacunes

(Louis Calaferte)

 

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Douleur (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017



    

Douleur: explosion, spasmes.

Le fond de la gorge
se dévoile en chair animale,
humide pantelante.

Brutal, ce qui nous tient le plus à l’être.

Dans l’extrême nous retrouvons
la soupe d’origine, où tressaillent vaguement des cellules.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

RÊVE D’HIVER (Bartolo Cattafi)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2016




RÊVE D’HIVER

Ce foisonnement estival,
ce petit tourbillon de mouches
dans une pièce hivernale…
La pensée est une opaque
matière tressaillante,
dans le bourdonnement,
elle dort barricadée
dans les lois de l’heure
comme un poulpe cramponné
à son rêve d’hiver,
parfois elle ouvre un oeil,
si soleil et braise brillent vaguement,
mais elle ne voit pas.

***

SOGNO D’INVERNO

Questo rigurgito estivo
mulinello di mosche
in una stanza invernale…
Il pensiero è un’opaca
materia trasalita
al ronzio
egli dorme rinchiuso
tra le leggi del momento
come un polipo aggrappato
al suo sogno d’inverno
apre un occhio talvolta
se sole e brace balùginano
ma non vede.

(Bartolo Cattafi)

Illustration: André Nadal

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans une longue salle (Jean-Louis Rambour)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2015



Dans une longue salle
pour couples de spectateurs
les arbres reculent,
les touffes d’air glissent
le long des sièges
le silence est celui des gens
qui tournent vaguement la tête,
les yeux dans le vide ;
le petit rayon de soleil dort,
allongé,
avant de continuer à sourire.

(Jean-Louis Rambour)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :