Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vagues’

Le jour se lève (Hosai)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2019



au bruit régulier
des vagues
le jour se lève

(Hosai)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Vagues (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2019



 

 

Vagues convulsives
vagues qui moutonnent
vagues hardies et agressives
avec une régularité de métronome
elles se suivent et s’étalent
sur le sable gris
et assaillent le rivage
qui se retranche
derrière la digue….

(Jean-Baptiste Besnard)

Le site de Jean-Baptiste ici

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

On n’y peut rien (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 4 janvier 2018



 

vagues de l’océan,
Pas tant de bruit,

On n’y peut rien.

Moi, encore moins
Que vous.

(Guillevic)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

La ville s’endormait (Jacques Brel)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2017



La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Et la nuit peu à peu
Et le temps arrêté
Et mon cheval boueux
Et mon corps fatigué
Et la nuit bleu à bleu
Et l’eau d’une fontaine
Et quelques cris de haine
Versés par quelques vieux
Sur de plus vieilles qu’eux
Dont le corps s’ensommeille

La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Et mon cheval qui boit
Et moi qui le regarde
Et ma soif qui prend garde
Qu’elle ne se voit pas
Et la fontaine chante
Et la fatigue plante
Son couteau dans mes reins
Et je fais celui-là
Qui est son souverain
On m’attend quelque part
Comme on attend le roi
Mais on ne m’attend point
Je sais, depuis déjà
Que l’on meurt de hasard
En allongeant le pas

La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Il est vrai que parfois près du soir
Les oiseaux ressemblent à des vagues
Et les vagues aux oiseaux
Et les hommes aux rires
Et les rires aux sanglots
Il est vrai que souvent
La mer se désenchante
Je veux dire en cela
Qu’elle chante
D’autres chants
Que ceux que la mer chante
Dans les livres d’enfants
Mais les femmes toujours
Ne ressemblent qu’aux femmes
Et d’entre elles les connes
Ne ressemblent qu’aux connes
Et je ne suis pas bien sûr
Comme chante un certain
Qu’elles soient l’avenir de l’homme

La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Sur le fleuve en amont
Un coin de ciel brûlait
La ville s’endormait
Et j’en oublie le nom
Et vous êtes passée
Demoiselle inconnue
A deux doigts d’être nue
Sous le lin qui dansait

(Jacques Brel)


Illustration: Fabienne Contat

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Au jardin (Léon Dierx)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2017



Au jardin

Le soir fait palpiter plus mollement les plantes
Autour d’un groupe assis de femmes indolentes
Dont les robes, ainsi que d’amples floraisons,
D’une blanche harmonie argentent les gazons.
Une ombre par degrés baigne ces formes vagues :
Et sur les bracelets, les colliers et les bagues
Qui chargent les poignets, les poitrines, les doigts,
Avec le luxe lourd des femmes d’autrefois,
Du haut d’un ciel profond d’azur pâle et sans voiles
L’étoile qui s’allume, allume mille étoiles.
Le jet d’eau dans la vasque au murmure discret
Retombe en brouillard fin sur les bords ; l’on dirait
Qu’arrêtant les rumeurs de la ville au passage
Les arbres agrandis rapprochent leur feuillage.
Pour recueillir l’écho d’une mer qui s’endort
Très loin, au fond d’un golfe où fut jadis un port.
Elles ont alangui leurs regards et leurs poses
Au silence divin qui les unit aux choses.
Et qui fait, sur leur sein qu’il gonfle, par moment
Passer un fraternel et doux frémissement.
Chacune dans son cœur laisse en un rêve tendre
La candeur et la nuit par souffles lents descendre ;
Et toutes respirant ensemble dans l’air bleu
La jeune âme des fleurs dont il leur reste un peu,
Exhalent en retour leurs âmes confondues
Dans des parfums où vit l’âme des fleurs perdues.

(Léon Dierx)

Illustration: Alphonse Osbert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Petite chanson pour une image familière du paresseux (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 13 octobre 2016



Le paresseux tire à lui
toutes les vagues de la mer.
« Je veux dormir – supplie-t-il –
bien au chaud
sous mes draps blancs
et mes couvertures bleues.  »

Et l’auriez-vous cru ?
Le soleil est son complice.

(Edmond Jabès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’alphabet des vagues (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 10 octobre 2016



Ils apprennent l’alphabet des vagues
pour mieux lire les rivages

(Adonis)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 1 Comment »

Dans le rectangle de l’été (François de Cornière)

Posted by arbrealettres sur 5 juin 2016



maison_mer_

On montait dans la chambre
les jours de tempête.
par la petite fenêtre
– lucarne sous le toit –
on regardait la mer
grise ou verte qui roulait
d’énormes vagues blanches.

On aurait dit un bateau
ou un phare cette place-là.
Et le vent les nuages
les mouettes qui passainet
dans le rectangle de l’été.

Mais il y avait le bruit surtout
du grand dehors
quand sous les draps
nos corps minuscules
cherchaient comme des poissons
à s’enfoncer très loin
vers cette région du monde
qu’une ligne délimite
et qui n’existe pas:
l’horizon.

(François de Cornière)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Et demain? (Jacques Charpentreau)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2016



Et demain?

Hier je fus cheval
Avant-hier oiseau
Encore avant poisson

J’ai galopé dans la prairie
J’ai volé dans le ciel
J’ai nagé dans la mer

Aujourd’hui je marche sur la terre

Je regarde le monde
Et je reconnais
L’herbe de la prairie
Les nuages du ciel
Les vagues de la mer

Je rêve et me souviens
De ce que je suis

(Jacques Charpentreau)


Illustration: Clark Little

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nostalgie (Yamabe no Akahito)

Posted by arbrealettres sur 26 février 2016


Ces vagues des glycines
Que j’ai plantées dans mon jardin,
Pour en faire un souvenir de vous
Quand j’aurai par trop de nostalgie,
Voici qu’elles sont maintenant en fleur.

(Yamabe no Akahito)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :