Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘veille’

Quelles de nuit (André Pieyre de Mandiargues)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2018



Illustration 
    
Quelles de nuit
Pour des airelles
Viennent à lui
Qui ne sait d’elles
Que fruits d’été ?
Qu’est-ce qui luit
Près des marelles ?
Quel dé
Jeté
La veille ?

(André Pieyre de Mandiargues)

 

Recueil: L’âge de craie suivi de Dans les années sordides Astyanax et Le Point où j’en suis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les longs jours les jours bas (Armand Lanoux)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2018



Les longs jours les jours bas les nuits les jours les veilles
et chaque heure envolée sur le rayon des heures
veille qui ressemble à la veille… Les sommeils
submergent étonnés dans l’étang des malheurs
les dormeurs engourdis par le poids des matins.
Les grisards et les pies singent des vols plus doux
dans ces immenses ciels ouverts comme les ports.
Le ballet des vivants lointains comme des morts
les morts les vrais morts moins morts que leurs survivants
du troupeau des amours le bruit sourd qui s’éteint
accordent en mineur et font durer en nous
le chant du temps perdu de la lande et du vent.

(Armand Lanoux)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oh ! joie entre veille et sommeil (Umberto Saba)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2018



 

Adrian Chesterman 99

Oh ! joie entre veille et sommeil
que cette matinée !
J’étais encore un homme, j’étais aussi la mer
libre, infinie.

Avec ses calmes dorés et ses horizons
lointains, la mer.
Dans le fond interdit à nos sondes,
où n’atteint nul regard,

elle gardait pour moi une petite pierre,
une chose de rien.
Pour elle seulement frémissait et riait
l’azur immense.

(Umberto Saba)

Illustration: Adrian Chesterman

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

A la veille (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 1 juillet 2018



Illustration: Vladimir Kush
    
A la veille
de ne jamais partir.

(Fernando Pessoa)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Je me suis réveillé (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2018



Illustration: Dyane Suib
    
Je me suis réveillé, un morceau de rêve entre les mains,
et n’ai su que faire de lui.
J’ai cherché alors un morceau de veille
pour habiller le morceau de rêve,
mais il n’était plus là.
J’ai maintenant un morceau de veillle entre les mains
et ne sais que faire de lui.

À moins de trouver d’autres mains
qui puissent entrer avec lui dans le rêve.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Poésie verticale 6
Traduction: Roger Munier
Editions:

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE SOLEIL, LE POEME (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 24 juin 2018




LE SOLEIL, LE POEME

Des bateaux sur l’eau natale.
Eau noire, animal d’oubli.
Eau lilas, unique veille.
Le mystère ensoleillé des voix dans le parc.
Oh si ancien.

(Alejandra Pizarnik)

Illustration: Colin Marcoux

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La lune (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 17 mai 2018


 


 

La lune

Il est tant de solitude en cet or.
La lune des nuits ce n’est pas la lune
Que vit le premier Adam. Les longs siècles
De la veille humaine l’ont rassasiée
De vieux pleurs. Regarde. C’est ton miroir.

(Jorge Luis Borges)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les arbres avancent plus vite que moi (Henri Meschonnic)

Posted by arbrealettres sur 16 mai 2018



 

les arbres avancent
Plus vite que moi
je dors ma veille

(Henri Meschonnic)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

INSAISISSABLE (Marie-Jeanne Durry)

Posted by arbrealettres sur 7 mai 2018



INSAISISSABLE

Au fond des nuits j’étais
Emmêlée à des rêves.
Je tremble et je me tais,
La veille longue est brève.

Quelles mains sans pitié
Ont cousu mes paupières ?
L’amour et l’amitié
Sont enfermés derrière.

De mon nez jusqu’au creux
De mes lèvres arides
Tu touches de tes yeux
Les durs sillons des rides.

Visage insaisissable
De trop loin je t’attends.
J’ai mesuré le temps
Avec mes pas de sable.

(Marie-Jeanne Durry)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les demeures (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018




    
Les demeures

Je dors dans un palais de marbre et d’ambre,
le jour n’a pas soulevé ma paupière.
J’entends rôder tes pas de chambre en chambre
comme y rôdaient les matins de septembre
et mon sommeil s’emplit de ta lumière.

Mais t’entendrai-je encor si tu m’éveilles,
si tu m’ouvres les yeux pour ne rien voir?
Mes yeux ne sont pas faits pour le soleil.
Mon lendemain vaudrait moins que la veille
si tu montrais sans précaution ta gloire.

Puisque j’étais convié à tes demeures
je n’avais peur ni de toi ni des anges
mais je suis si peu fait pour ta splendeur
qu’il m’eut suffi d’être le maraudeur
qu’on laisse asseoir sous ton portail de grange.

(Jean Grosjean)

 

Recueil: Les parvis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :