Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘verdict’

Jugement (Lewis Carroll)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2018




    
« Que le jury prépare son verdict » dit le Roi,
pour à peu près la vingtième fois de la journée.
« Non, non ! » fit la Reine. « La sentence d’abord, le verdict ensuite. »
« Balivernes et absurdités ! » dit Alice à haute voix.
« Quelle idée de rendre la sentence avant le jugement ! »

(Lewis Carroll)

 

Recueil: Alice au Pays des Merveilles / De l’autre côté du Miroir
Traduction:
Editions:

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Verdict (Achille Chavée)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2017



Kathryn Jacobi b01

 

Verdict

On est comptable et de tout et de rien
on est comptable irréversiblement
irrévocablement
de tous les mouvements divers de sa conscience

Tout nous assaille
tout nous meurtrit
nous circonscrit
tout nous concerne
nous cerne
nous emprisonne
nous désavoue
nous loue enfin pour mieux nous accuser
nous particularise
tout se nourrit de notre défaillance

En apparence à notre insu
un oiseau médite sur son aile brisée
et sur sa toile une araignée est triste
et sur le banc des accusés
un innocent s’efforce en vain de réfuter
l’interminable acte d’accusation

Demain tantôt qu’allons-nous faire
de cet instant précis qui déjà nous observe ?

(Achille Chavée)

Illustration: Kathryn Jacobi

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Loin de tout ce qui vivote (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



 

Ernest Pignon-Ernest ..4d8

loin de tout ce qui vivote
de tout ce qui vitrifie
vivement la vivance
de tous les grands viviers
oui
vivement cette vie sans vitrine
cette vie sans visière
cette vie sans venin ni verdict
cette vie sans verrou

(Zéno Bianu)

Illustration: Ernest Pignon-Ernest

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’autre moitié (Luciano Erba)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2017



 

Zdzislaw Beksinski    40_beksinsk

L’autre moitié

Loin de manquer, les signaux abondent
leur sens m’échappe, sont-ils trop nombreux
un seul verdict à la fin, me reste :
tu traverses la moitié d’un charme.
il suffirait d’un petit pas, bien calibré,
d’une lueur à peine entrevue
et le silence alors aurait le sens contraire
ce serait l’autre moitié.

***

L’altra metà

Non mancano i segnali, anzi in eccesso,
mi sfugge il loro senso, sono troppi?
alla fine mi resta un solo responso :
stai attraversando un incanto a metà.

Basterebbe un piccolo passo, di misura,
una luce appena intravista
allora il silenzio sarebbe opposto
sarebbe l’altra metà.

(Luciano Erba)

Illustration: Zdzislaw Beksinski

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et si la parole pouvait nous sauver? (Raphaële George)

Posted by arbrealettres sur 2 février 2016


L’écriture remonte en nous
– la calligraphie de l’intérieur reste la même.

Verdict du très haut,
du profond de soi.

Irons-nous vers la fin,
dignes de ce corps qui nous fait être,
et sans peine aucune,
proches peut-être de la pureté.

Et si la parole pouvait nous sauver?

Vivre dans un monde tout autre,
et ne plus éprouver les limites qui nous enferment.

(Raphaële George)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Vivement (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2015


 

loin de tout ce qui vivote
de tout ce qui vitrifie
vivement la vivance
de tous les grands viviers
oui
vivement cette vie sans vitrine
cette vie sans visière
cette vie sans venin ni verdict
cette vie sans verrou

(Zéno Bianu)

Illustration: Alex Alemany

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tu viens et le jour s’arrête (Jacques Ancet)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2015



 

Eugène Grasset _CU01 [1280x768]

Tu viens et le jour s’arrête.
L’espace d’un battement
de cils, c’est là. Comme si
au verdict de chaque instant
répondait un signe invisible.
Ou qu’il suffisait d’un mot
pour que tout ne soit qu’un seul
éclat, la chambre, le monde,
le vide de nos images
Le soleil revient de loin.

Et même si nous tombons
si le temps nous défait
c’est un signe, moins parfois,
un mot mal articulé.
C’est toi, de loin, qui arrives
du soleil. Il y a des mouettes,
leurs cris. Je compte les pas
qui nous séparent. Je vois
ce qui ne sera plus. C’est
Là. L’imperceptible brûle.

(Jacques Ancet)

Illustration: Eugène Grasset

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QUE L’EAU TOMBE GOUTTE A GOUTTE… (Jean Rousselot)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2015



QUE L’EAU TOMBE GOUTTE A GOUTTE…

Que l’eau tombe goutte à goutte
Dans les paumes de la nuit,
Et nous disons : Solitude,
Remords, Enfance immolée,
Quand c’est en langage d’eau
Des choses d’eau qui se disent,
Des choses d’eau qui se font.

Que le vent froisse soudain
La ramée de nos épaules,
Et nous disons : Prophétie,
Imminence du verdict,
Quand c’est une gerbe d’air
Qui se défait dans la vasque
Desséchée de l’univers.

Pas de danger que les choses
De leur côté s’imaginent
De prendre pour alphabet
Nos piètres métamorphoses !
Elles nous diraient plutôt
De boire nos propres larmes
Pour retarder notre soif ;

Elles nous diraient plutôt
De prendre garde au langage,
Aux avances qu’il nous fait
D’un royaume ou d’un exil,
Comme on fera d’un miroir
A nos lèvres bleuissantes
A l’heure de notre mort ;

Elles nous diraient plutôt
De faire des choses d’homme,
De vin rouge et de pain blanc,
Et d’oser ce que nous sommes
Dans le chantier des vivants,
Pendant que Dieu s’abandonne
Aux délices du néant.

(Jean Rousselot)

Illustration: Corrie White (extraordinaires images de gouttes)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :