Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vérifier’

Matin (Tawara Machi)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2019



Matin où je t’attends quatre heures
cinq heures et demie six heures
vérifiant le réveil

(Tawara Machi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

Emporté à travers l’espace (Petr Král)

Posted by arbrealettres sur 22 juillet 2018



Illustration: Pablo Picasso
    
Emporté à travers l’espace
avec les phrases d’un livre,
lever de temps en temps les yeux du volume,
vers le paysage,
rien que pour vérifier qu’il est toujours là.

(Petr Král)

 

Recueil: Cahiers de Paris
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE MOT (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2018



  Illustration: Allen Ruppersberg
    
LE MOT

Je traîne chaque mot
devant un tribunal intérieur
pour vérifier sa transcendance
avec le son du langage

Il me lie à cette vie
destinée
à me faire disparaître

(Anise Koltz)

 

Recueil: Somnambule du jour Poèmes choisis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie d’abord c’est l’imprévu (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 7 avril 2018




    
La poésie d’abord c’est l’imprévu.

L’imprévu s’inscrit dans la tête, ne se vérifie pas.

Par exemple, le 9 est jaune
— c’est d’abord un étonnement,
puis une découverte
– puis une évidence.

Cet éclair,
cette évidence,
cette certitude,
c’est la poésie.

(Pierre Garnier)

 

Recueil: Merveilles
Traduction:
Editions: L’herbe qui tremble

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pas une seule fois (Leonard Cohen)

Posted by arbrealettres sur 23 janvier 2018




    
Pas une seule fois

L’Inde est pleine
d’un grand nombre
de femmes exceptionnellement belles
qui ne me désirent pas
C’est ce que je vérifie
chaque jour
tout en me baladant
dans la ville de Bombay
Je scrute visage après visage
et pas une seule fois
je ne me suis trompé

***

Never once

India is filled
with many
exceptionally beautiful women
who don’t desire me
I verify this every single day
as I walk around
the city of Bombay
I look into face after face
and never once
have I been wrong

(Leonard Cohen)

 

Recueil: Le livre du désir
Traduction: Jean-Dominique Brierre et Jacques Vassal
Editions: Cherche Midi

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans ma poitrine (Serge Sautreau)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2017




    
Dans ma poitrine il y a trois hommes –
un qui ne voudrait pas mourir
maintenant

mais plus tard
plus loin
plus avant –

un autre un aventurier un fou
qui voudrait bien
qui voudrai tout de suite

qui le désire en liberté
si je l’écoute il n’attend que ça
depuis toujours

et il trouve que ça traîne que ça tarde il
me conjure d’accélérer d’abréger
d’asphyxier une bonne fois qu’on passe à autre chose

enfin la fin
s’exclamera-t-il en spécialiste
meurtri de n’avoir pu vérifier ses talents plus tôt

(Serge Sautreau)

 

Recueil: L’ANTAGONIE
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

S’agripper à la pomme quand tu parles d’une pomme (Israël Eliraz)

Posted by arbrealettres sur 20 octobre 2017



s’agripper à la pomme
quand tu parles d’une pomme.

Vérifier si le vers paisible (comme
un principe) ne t’a pas précédé.

Trouver une langue qui
suscitera un intérêt
et sans effort.

Montre tes mains vides
et enfouis-toi dans
le réel

où se trouve toujours une
chose simple, un objet
éclaté dans l’après-midi.

Chercher toujours à retenir quelque chose.

*******

le temps d’aller vers l’ouvert

le temps de se taire

le temps de prendre le souffle
de le perdre

dans les jours qui viennent

(avant que tout cela ne devienne
trop abstrait)

(Israël Eliraz)

Découvert chez Lara ici

Illustration: George Pyatigorets

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Qu’est-il besoin de mots, quand l’amour a fait le coeur ivre ? (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2017



 

    

Qu’est-il besoin de mots,
quand l’amour a fait le coeur ivre ?

J’ai refermé mon manteau sur Le diamant;
pourquoi de nouveau l’ouvrirai-je ?

Le plateau de la balance montait tant que sa charge était légère :
à présent que le voici plein qu’ai-je besoin de vérifier la pesée ?

Le cygne a pris son vol vers les lacs par au-delà de la montagne ;
qu’importent pour lui désormais les bassins et les douves ?
C’est en toi que vit ton Seigneur;
tes paupières de chair pourront bien se fermer.

« Mon frère, écoute ! Mon Seigneur,
qui ravit mes yeux, s’est uni lui-même avec moi »
dit Kabîr.

***

Where is the need of words,
when love has made drunken the heart ?

I have wrapped the diamond in my cloak;
why open it again and again?

When its load was light, the pan of the balance went up :
now it is full, where is the need for weighing?

The swan has taken its flight to the lake beyond the mountains;
why should it search for the pools and ditches any more ?
Your Lord dwells within you : why need your outward eyes be opened?

Kabîr says : « Listen, my brother! my Lord,
who ravishes my eyes, has united Himself with me. »

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour l’aimer, il n’eut plus que la mer (Régine Foloppe Ganne)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2016



plage homme seul 0 [800x600]

Pour l’aimer, il n’eut plus que la mer,
ce vide majestueux à portée de la main.
comme une peur entre ses doigts, ses nerfs.

Où la toucher dans le paysage?
Où vérifier qu’elle le désire ?

Tout était vert et sans mesure,
la nuit lui prendrait ses restes d’images,
le laisserait
comme un homme sur une plage.

(Régine Foloppe Ganne)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :