Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vespéral’

LE DERNIER AMOUR (Fédor Ivanovitch Tioutchev)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2022



 

Illustration: Félix Vallotton
    
LE DERNIER AMOUR

O comme, au déclin de notre âge, plus
tendre est l’amour, plus superstitieux…
Brille, ô brille, ultime lumière De
l’ultime amour, aurore du soir !

L’ombre a conquis le ciel immense, Seule
au couchant, là-bas, ta clarté brûle,
Attends un peu, attends, jour vespéral, Et
dure, ô dure encore, enchantement !

Le sang peut bien s’affaiblir dans les veines,
Mais la tendresse, au coeur, ne faiblit pas… O
toi, notre dernier amour,
Tu es bénédiction et désespoir.

(Fédor Ivanovitch Tioutchev)

Recueil: 35 siècles de poésie amoureuse
Traduction: Jacques David
Editions: Saint-Germain-des-Prés Le Cherche-Midi

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES PEUPLIERS DE KERANROUX (Charles Le Goffic)

Posted by arbrealettres sur 31 août 2019



 

LES PEUPLIERS DE KERANROUX

Le soir a tendu de sa brume
Les peupliers de Keranroux.
La première étoile s’allume;
Viens-t’en voir les peupliers roux.
Fouettés des vents, battus des grêles,
Et toujours sveltes cependant,
Ils lèvent leurs colonnes grêles
Sur le fond gris de l’occident.
Et dans ces brumes vespérales
Les longs et minces peupliers
Font rêver à des cathédrales
Qui n’auraient plus que leurs piliers.

(Charles Le Goffic)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À mon frère Miguel (César Vallejo)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2019




    
À mon frère Miguel
In memoriam.

Petit frère, je suis là assis sur le banc de notre maison,
où tu nous manques infiniment!
Je me rappelle, c’est l’heure où nous jouions, et maman
nous câlinait : « Vraiment, les enfants… »

Maintenant je me cache,
comme avant, toutes ces prières
vespérales, et j’espère que tu ne me trouveras pas.
Dans la grande salle, le vestibule, les couloirs.
Ensuite, c’est à toi de te cacher et moi, je ne te trouve pas.
Je me rappelle que nous nous faisions pleurer,
petit frère, à ce jeu-là.

Miguel, tu t’es caché
une nuit d’août, au lever du jour;
mais au lieu de te cacher en riant, tu étais triste…
Et ton coeur jumeau de ces après-midi
consumées, s’est lassé de ne pas te trouver. Et voilà
l’ombre qui tombe sur mon âme.

Dis, petit frère, ne tarde pas
à sortir. Allons? Maman pourrait s’inquiéter.

(César Vallejo)

 

Recueil: Poésie complète 1919-1937
Traduction: Nicole Réda-Euvremer
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pâle ondée vespérale (Kitô)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2019



Pâle ondée vespérale
D’un chapelet de cristal
Le bruit léger

(Kitô)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Des joyaux de marées (Mathieu Bénézet)

Posted by arbrealettres sur 4 août 2017



   Illustration: Jolly Koh
    
des joyaux de marées descendues de l’écume des
mots dans une dentelle de hurlements
qui suent
la révolte dans les gazes des yeux
la couleur d’un baiser follement consenti
à une fleur cervicale
dans l’urne des divagations

une encre meut ses arabesques vespérales
ses arabesques hurlantes

(Mathieu Bénézet)

 

Recueil: … Et nous apprîmes
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les peupliers Kéranroux (Charles Le Goffic)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2016




Le soir a tendu de sa brume
Les peupliers de Kéranroux.
La première étoile s’allume;
Viens-t-en voir les peupliers roux.

Fouettés des vents, battus des grêles
Et toujours sveltes cependant,
Ils lèvent leurs colonnes grêles
Sur le fond gris de l’Occident.

Et dans ces brumes vespérales
Les longs et minces peupliers
Font rêver à des cathédrales
Qui n’auraient plus que leurs piliers.

(Charles Le Goffic)

Illustration: Claude Monet

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Ottilie (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2015



Hans Veit Schnorr von Carolsfeld Bildnis _Juliane_Ottilie_c1808

Ottilie

Des lèvres de bacchide et des yeux de madone,
Des sourcils bifurqués où le diable a son pleige ;
Ses cheveux vaporeux que le peigne abandonne
Sont couronnés de fleurs plus froides que la neige.

Vient-elle de l’alcôve ou bien de l’ossuaire,
Lorsque ses mules d’or frôlent les dalles grises ?
Est-ce voile d’hymen ou funèbre suaire,
La gaze qui palpite aux vespérales brises ?

Autour du burg, la lune, aux nécromants fidèle,
Filtre en gouttes d’argent à travers les ramures.
Et l’on entend frémir, ainsi que des coups d’aile,
Des harpes, dans la salle où rêvent les armures.

(Jean Moréas)

Illustration: Hans Veit Schnorr von Carolsfeld Bildnis

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :