Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vêtir’

Langage de songe (Anne Goyen)

Posted by arbrealettres sur 22 avril 2018




    
Langage de songe

Que sais-je des intimes houles
Des orages des frissons
Qui te parcourent

De l’obsur chemin
Qui t’enracine
A l’océan de feuilles
Qui te vêt
Tu gardes le secret
De ton histoire

Danse de sève
Et pleur d’écorce
Si tu nous parles
C’est d’un langage de songe
Au fond de nos sommeils

(Anne Goyen)

 

Recueil: Arbres, soyez
Traduction:
Editions: Ad Solem

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Étrangère (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 16 avril 2018



Béatrice Douvre
    
Étrangère, native des anges las, je navre les regards.
L’on me vêt de feuilles, de forêts, de virginalités.

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle est vêtue d’été (Issa)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2018


 

On lui demande son âge
Elle montre une main
Elle est vêtue d’été

(Issa)

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Retouche à la désinvolture (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018



 

Retouche à la désinvolture

oiseau qui vêts et dévêts le ciel
reprenant sans fin ta couture
enseigne-moi l’aisance
mon âme souffre au pli

(Daniel Boulanger)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Questions indécentes (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2018



    

Questions indécentes

Je demande à la source :
L’avez-vous déjà habitée ?
La source me montre sa bouche.

Je demande à l’arbre d’automne :
Ses cheveux sont-ils nés de vous ?
Le haut du peuplier s’embrase.

Je demande à l’ombre du soir :
Pourquoi la suivez-vous sans cesse ?
L’ombre répond : je suis le clair de son obscur.

Je demande à sa semblance :
Venez-vous du même miroir ?
Son reflet dit : naître nous a séparés.

Je demande au vent débridé :
Pourquoi ne pas souffler jusqu’en son rêve ?
Le vent répond : pour laisser mûrir tous ses épis.

Je demande au livre :
Saurez-vous la vêtir de vos mots ?
Le livre dit : son corps est formé de mes mots.

(Charles Dobzynski)

 

Recueil: La scène primitive
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne parlez pas (Charles Dobzynski)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2018



Illustration: Josephine Wall
    
Ne parlez pas

Ne parlez pas Ne parlez pas Vous êtes
Un cercle du silence qui gravite
Jusqu’au coeur de la terre et jusqu’au bord du temps
Le silence vous vêt de son surpassement
Hors de soi hors du sang Écoutez battre
Métronome le pouls du monde époumoné
Ne parlez pas Toute parole est carnassière
Fourrure d’un renard qui cache ses rapines.

Ne parlez qu’avec les racines
que la langue en vous enterra
ce que votre bouche taira
reviendra nourrir l’origine.

Lorsque vous plongerez sans masque au fond des choses
Au fond des mots frôlant des monstres albinos
Peut-être glisserez-vous vers nos points de rencontre
Entre deux nuits Entre deux langues naufragées
Là où l’éveil survit en sa gangue émeraude
Là où gît l’épave camouflée des désirs
Ne parlez pas Ne parlez pas Votre silence
Est le silo où l’on engrangea tous les grains
Ceux de l’assomption et ceux de la pensée
Et ceux qui germent dans nos songes sous-marins.

(Charles Dobzynski)

 

Recueil: La scène primitive
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le réveil (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018



Le réveil

Entendez-vous le bruit des roues sur le pavé ?
Il est tard. Levez-vous. Midi à son de trompe
Réclame le passage à l’écluse et, rêvé,
Le monde enfin s’incarne et déroule ses pompes.

Il est tard. Levez-vous. L’eau coule en la baignoire.
Il faut laver ce corps que la nuit a souillé.
Il faut nourrir ce corps affamé de victoire.
Il faut vêtir ce corps après l’avoir mouillé.

Après avoir frotté les mains que tachait l’encre,
Après avoir brossé les dents où pourrissaient
Tant de mots retenus comme bateaux à l’ancre,
Tant de chansons, de vérités et de secrets.

Il est tard. Levez-vous. Dans la rue un refrain
Vous appelle et vous dit  » Voici la vie réelle « .
On a mis le couvert. Mangez à votre faim
Puis remettez le mors au cheval qu’on attelle.

Pourtant pensez à ceux qui sont muets et sourds
Car ils sont morts, assassinés, au petit jour.

(Robert Desnos)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRÉSENCE DE L’AMOUR (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2018



 


    
PRÉSENCE DE L’AMOUR

Ton ventre doux comme la neige
Tes mains plus douces que des mains
Toutes les mains renouvelées
Un seul instant entre les tiennes

Belle d’avoir toute beauté
Dans la douleur qui t’accompagne
Tes pleurs aux nôtres confondus
Ta joie plus forte que nos cris

Calme poitrine que décorent
La racine la flamme nue
Plus désirée d’être conquise
Tu dissimules tes oiseaux

Toi seule aidée de tes caresses
Tu me protèges tu me vêts.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liberté couleur des feuilles (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 9 décembre 2017



 Illustration: Wladyslaw Slewinski
    
Liberté couleur des feuilles

Liberté couleur des feuilles
Liberté la belle joue
Jeune fille qui dénoue
Tes cheveux blonds sur le seuil

Flamme neige épaule nue
Arc-en-ciel de la rosée
Haut visage pavoisé
De cent regards inconnus

La plus pauvre du village
La plus belle sous les coups
Toi qui fais chanter les fous
Et qui fait pleurer les sages

Liberté je t’ai nommée
Pour que nous vivions ensemble
Tu me vêts et tu ressembles
Au portrait de mon aimée

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Comme un oiseau dans la tête
Traduction:
Editions: Points

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rien (Alain Borne)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2017




    
Rien, les arbres cavaliers qui traversent le vent
et vont, et vont, et vont
à gai plumet, lourds éperons
jeter les confettis d’amour aux fêtes du printemps.

Rien, les volets ouverts sur le coeur des chambres
où les rêves meurent poignardés de lumière
des infantes aux échevaux sans fin
dont nul page mortel ne bercera le sein.

Simplement le goutte à goutte de la vie
la torture toujours plus avant
le sourire aux durables dents
des chairs fiancées au crépuscule.

Où sont-elles les pâles et belles ?
J’effeuille la rue visage à visage
chrysanthème sans pétale d’amour

Elles sont en d’autres détours
à guetter l’absence rocheuse
et peut-être sont-elles heureuses
du pas des heures, morts de velours.

Le moulin tourne au creux de moi
jetant au ciel sa farine de vent
pour le pain transparent des passions plénières
vives du sang qui vêt les âmes.

(Alain Borne)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Curandera

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :