Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vibrant’

J’ai écrit ces textes (Gaëlle Josse)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2022




    
J’ai écrit ces textes dans des carnets, des cahiers,
sur des pages volantes, des agendas, des tickets, des listes,
des enveloppes, des marque-pages ou dans mon téléphone ;
je les ai écrits dans les gares, les trains, les hôtels,
les cafés, chez moi, dans le métro, en ville et en d’autres lieux.

La poésie demeure pour moi comme une apparition, une attention portée à l’infime,
comme le surgissement d’un éclat fugace au coeur de nos vies.
L’éclosion d’invisibles soleils.

Peut-être, à cet instant-là, les mots peuvent-ils saisir quelque chose de ce jaillissement.
Elle est le regard nu, débarrassé de ce qui pèse, de ce qui encombre,
elle est le retour à la source, la lumière qui s’at-tarde sur un mur,
le frémissement qui parcourt un visage, la chaleur d’un corps aimé,
elle est le mot que l’on attend et qui nous sauvera peut-être.

J’ai eu envie de vous offrir aujourd’hui
cette moisson de mots cueillis jour après jour,
qu’ils aient été d’orage ou d’allégresse.

Mais vivants.
Vivants, oui, et vibrants, toujours.

(Gaëlle Josse)

Recueil: et recoudre le soleil
Traduction:
Editions:NOTAB/LIA

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Douceur féline (Guy de Maupassant)

Posted by arbrealettres sur 29 mars 2022




Illustration: ArbreaPhotos
    

Douceur féline

Rien n’est plus doux,
Rien ne donne à la peau une sensation
Plus délicate,
Plus raffinée,
Plus rare
Que la robe tiède et vibrante d’un chat.

(Guy de Maupassant)

Recueil: le chat en cent poèmes
Traduction:
Editions: Omnibus

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mon village englouti (Charles Trenet)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2021



 

villag eenglouti jpg [1280x768]

Mon village englouti

Mon village au fond de l´eau
Se souvient des heures si proches
Quand volait, dans le jour nouveau,
Le son joyeux de ses cloches.
Mon village au fond de l´eau
Se souvient du bruit des enclumes
Dont j´entends encore les échos,
Vibrant sous un manteau d´écume
Et la voix des peupliers
Jamais, jamais je n´ai pu l´oublier.

Tant de souvenirs engloutis
Dorment là, sous l´onde isolée,
Depuis qu´un barrage maudit
A noyé ma verte vallée.

Mon village au fond de l´eau
Se souvient de choses jolies,
D´un amour qui fut si beau,
Soleil de toute ma vie…
A présent qu´a sonné le glas,
L´amour est mort, fut-il volage?
Et mon cœur est triste et bien las.
Mon cœur, pareil à ce village,
Ce village au fond de l´eau
Dont seul j´entends les soupirs, les sanglots.

(Charles Trenet)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Dans la ramure de tes os (Olga Durand)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2021



Dans la ramure de tes os
Il y a bien le nid
Il y a bien l’oiseau

Dans l’armoire de ta peau
Il y a cette fleur
Vibrante et courroucée

Dans la chambre chaude de tes maux
Il y a surtout
Cet enfant blessé

(Olga Durand)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tracer (Dominique Lauzon)

Posted by arbrealettres sur 14 juillet 2021


Muse

La plus réelle des fictions c’est elle

Tu es une fête rebelle du désir
tu es vibrante comme un texte délivré
de toutes les formes inavouables des codes
tu es la riposte vive du feu
un besoin d’aimer qui fait violence
à tout ce qui simple écho des censures
ne peut se dresser en une suite
de petits désordres déterminés
capables de tracer profondément
ta ligne de vie au milieu de mon poème

Sans ta voix pour la porter
mon écriture ne serait plus jamais la même

(Dominique Lauzon)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Le poème se fait chalut (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2021



Le poème
Se fait chalut

Dans lequel se prend
On ne sait quoi

Qui n’existe pas
En dehors de lui

Et qui restera
Vivant en lui,

A la fois vibrant
Et figé.

(Guillevic)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 2 Comments »

J’ai vu la chute de l’ovule (Paol Keineg)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2020



J’ai vu la chute de l’ovule,
Le grain qui tombe,
Le départ vibrant et prophétique.
Quel calme, quelle innovation !
Tant de beauté coupe le souffle,
Tant de lumière dévaste les certitudes.

(Paol Keineg)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

CE VISAGE… (Louis Guillaume)

Posted by arbrealettres sur 27 décembre 2019



Ce visage dans la brume,
Ce regard qui se dérobe
Pour retourner à la nuit,
Cette bouche du matin
Toute modelée de rêves
Comme un arc encor vibrant
De discours inentendus,
Ce visage fugitif
Qui flotte entre deux sommeils,
Je le promène avec moi
Dans les ruelles humaines.
Il est l’astre aux rayons noirs,
Il est mon soleil d’ébène,
Mon unique vérité
Quand je cherche ceux qui m’aiment
Et que je me perds moi-même
Sous tous les masques du jour.

(Louis Guillaume)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jardin d’aujourd’hui (Patricia Castex Menier)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2019



Jardin
d’aujourd’hui

avec
ses roses vibrantes.

Mais
le geste de l’eau
semble arrêté depuis des siècles,

dans
ces bassins
où venaient les jeunes filles.

(Patricia Castex Menier)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’AMOUR ET SON TEMPS (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 14 septembre 2018




    
L’AMOUR ET SON TEMPS

L’amour est privilège de gens mûrs
étendus sur le plus étroit des lits,
qui se change en couche ample et verdoyante
frôlant le ciel du corps en chaque pore.

C’est cela, l’amour: le gain non prévu,
la prime souterraine et coruscante,
lecture d’un éclair énigmatique,
décodage après quoi plus rien n’existe

valant la peine et le prix du terrestre,
fors la minute dorée de la montre
minuscule vibrant au crépuscule.

L’amour est ce qui s’apprend en limite,
une fois archivé tout le savoir
hérité, reçu. L’amour tard commence.

(Carlos Drummond de Andrade)

 

Recueil: La machine du monde et autres poèmes
Traduction: Didier Lamaison et Claudia Poncioni
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :