Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vie’

RÉSIDU (Ida Vitale)

Posted by arbrealettres sur 12 avril 2021



Illustration: Rachel Ostrow

www.rachelostrow.com

Poem in French, Dutch, Spanish, English, Italian, German, Portuguese, Sicilian, Romanian, Polish, Greek, Chinese, Arab, Hindi, Japanese, Farsi, Bulgarian, Icelandic, Russian, Filipino, Hebrew, Tamil, Kurdish, Bangla, Irish, Serbian, Armenian

Poem of the Week Ithaca 677 « Residue », Ida Vitale, Uruguay 1923

from: “Riduzione dell’Infinito”, Editorial Tusquets, 2002.

– All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt –

RÉSIDU

Vie brève ou longue, tout
ce que nous vivons est réduit
à un résidu gris dans la mémoire.
Des voyages anciens subsistent
de mystérieuses monnaies
affichant de fausses valeurs.
De la mémoire ne s’élèvent
qu’une vague poussière et un parfum.
Peut-être est-ce de la poésie ?

Traduction Elisabeth Gerlache

(Ida Vitale)

***

RESIDU

Kort of lang leven, alles
wat we leven wordt gereduceerd
tot een grijs residu in het geheugen.
van de oude reizen blijven
de mysterieuze munten
die valse waarden voorwenden.
uit het geheugen stijgt alleen
een vaag stof en een parfum op.
misschien is het poëzie?

Vertaling: Germain Droogenbroodt

***

RESIDUAL

Corta la vida o larga, todo
lo que vivimos se reduce
a un gris residuo en la memoria.
De los antiguos viajes quedan
las enigmáticas monedas
que pretenden valores falsos.
De la memoria sólo sube
un vago polvo y un perfume.
¿Acaso sea la poesía?

Ida Vitale

***

RESIDUE

Short or long life
everything what we live is reduced
to a gray residue in our memory.
From the old journeys remain
the enigmatic coins
pretending false values.
From our memory rise only
a vague dust and a perfume.
Maybe it’s poetry?

Translation: Stanley Barkan

***

RESIDUO

Che sia breve o lunga la vita—
tutto ciò che viviamo è ridotto
a un grigio residuo nella nostra memoria.
Dei vecchi viaggi,
restano le monete enigmatiche,
che rivendicano falsi valori.
Dalla nostra memoria,
affiora solo una polvere vaga e profumo.
È forse poesia?

Traduzione Luca Benassi

***

RÜCKSTAND

Kurzes oder langes Leben, alles
was wir leben, verkümmert
zu einem grauen Rest in der Erinnerung.
Von den alten Reisen bleiben
rätselhafte Münzen,
die einen falschen Wert vorgeben.
Aus der Erinnerung steigt auf
nur vager Staub und ein Parfüm:
Vielleicht ist es Poesie?

Übersetzung Germain Droogenbroodt – Wolfgang Klinck

***

RESIDUAL

Curta a vida ou longa, tudo
o que vivemos se reduz
a um resíduo cinzento na memória.
Das viagens antigas restam
as enigmáticas moedas
que fingem valores falsos.
Da memoria, só a poalha vaga
e um perfume sobem no ar.
Será poesia?

Tradução portuguesa: Maria do Sameiro Barroso

***

RISIDUU

Curta la vita o longa
tuttu chiddu ca vivemu si ridduci
a un risiduu grigiu nna la mimoria.
Di li antichi viaggi
restanu muneti enigmatichi
ca pritennunu valuri fausi.
Di la mimoria nchiana sulu
na purviri vaga e un prufumu.
È forsi la puisia?

Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

***

REZIDUAL

Scurtă sau lungă viața, tot
ce trăim, se condensează
în griul rezidual al amintirii.
Din vechi călătorii ne alegem
cu enigmatice monede
de valori presupuse.
Din amintiri se înalță numai
un praf difuz și un parfum:
Să fie oare aceasta poezia?

Traducere: Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

RESZTKA

Życie krótkie, czy długie —
Wszystko co przeżywamy, sprowadza się
do bladej resztki w naszej pamięci.
Z dawnych podróży ,
pozostają zagadkowe monety,
wyglądające na fałszywe.
Z naszej pamięci,
unosi się tylko niewidoczny pył i zapach
Czy to może poezja?

Przekład na polski: Mirosław Grudzień – Małgorzata Żurecka

***

ΚΑΤΑΛΟΙΠΑ

Μακρόχρονη ζωή ή σύντομη
όλα που ζούμε μένουν
μικροσκοπικά κατάλοιπα μνήμης
από ταξίδια που άφησαν
τα αινιγματικά ψευδοαξιών τους
λάφυρα
Μόνο ένα θαμπό άρωμα παραμένει
που μπορεί να `ναι κι η ποίηση

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη
Translaion by Manolis Aligizakis

***

残 留

命短或命长我们生存的一切都在减少
为我们记忆里的一个灰色残留物。

从古老的旅程留下
自诩人文
价值的神秘硬币。

从我们的记忆只升起
模糊的灰尘和香水。
也许这就是诗歌?

英 译:杰曼·卓根布鲁特-斯坦利·巴坎
汉 译:中 国 周道模 2021-3-29
Translation into Chinese by William Zhou

***

بقايا

،إن تكن الحياة قصيرة أو طويلة
فكل ما نعيشه فيها
.يصير بقايا من رماد
،في الذاكرة
،األسفا ر القديمة
تحتفظ بالقيمة الزائفة
.لعمالت غريبة
،من الذاكرة
،ال تتصاعد سوى موجة غبار

..وعطر

أيمك ن أن يكون هو ال ّشعر؟
إيدا فيتالي، أوروغواي 1923

ترجمته عن اإلنجليزية سارة سليم
Translation into Arab by Sarah Slim

***

अवशेष
छोटा या लंबा जीवन

हम जो कुछ भी जीते हैं वह कम हो जाता है
हमारी स्मृति में एक ग्रे अवशेष के लिए।

पुरानी यात्राओं से रहे
गूढ़ सिक्के

झूठे मूल्यों का दिखावा करना।
हमारी स्मृति से ही उठते हैं
एक अस्पष्ट धूल और एक इत्र।
शायद यह कविता है?
इडा विटले, उरुग्वे 1923.
Ida Vitale, Uruguay 1923

Hindi translation by Jyotirmaya Thakur

***

燃え残り

人生は長くても短くても
すべての存在は記憶の中で
灰色の燃えかすとなる

大昔の旅から残ったものは
まるで価値があるかのように見せる
謎めいた硬貨である

私たちの記憶からは
ぼやけた埃とかすかな香り
もしかしたらそれが詩なのだろうか

Translation into Japanese by Manabu Kitawaki

***

پس مانده
زندگی کوتاه یا بلند

همه آنچه ما زندگی میکنیم تقلیل مییابد
به ته نشینی خاکستری در خاطره
از سفرهای قدیمی باقیماندهست
سکههایی مرموز
تنها از خاطرات ما برمىخیزد
یک غبار مبهم و عطری
شاید این همان شاعری باشد؟
ايدا ويتال، اروگوئه ١٩٢٣
ترجمه: سپیده زمانی

Translation into Farsi by Sepideh Zamani

***

ОСТАТЪК

Дълъг или кратък живот –
всичко което преживяваме се свежда
до блед остатък в нашата памет.
От старите пътувания остават
загадъчните монети,
претендиращи за фалшиви ценности.
От нашата памет се издига само
неясен прах и парфюм.
Това е поезията, може би?

превод от английски: Иван Христов
Translation into Bulgarian by Ivan Hristov

***

LEIFAR

Stutt eða löng ævi
allt sem við lifum verður aðeins
gráar leifar í minninu.
Af gömlum ferðalögum eru aðeins eftir
óskiljanlegir smápeningar
á upplognu gengi.
Úr minni okkar rís aðeins
óljóst ryk og ilmur.
Er það kannski skáldskapur?

Translation into Icelandic by Þór Stefánsson

***

ОСАДОК

Будем жить много или мало –
любая жизнь осядет
серым цветом в памяти.
От старых путешествий останутся
загадочные монеты
фальшивой ценности.
Поднимутся из памяти лишь
смутная пыль и запахи духов:
может быть, это и есть стихи?

Перевод Гермайна Дрогенбродта
Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой
Translation into Russian by Daria Mishueva

***

NALALABI

Maigsi o mahaba man ang buhay
lahat ng ating naging buhay ay nabawasan
sa isang kulay-abong nalalabi sa aming mga alaala.
Mula sa nakaraang mga paglalakbay
ang mahalagang mga barya na
nagkukunwaring maling mga pagpapahalaga.
Mula sa ating mga alaala ay nangingibabaw lamang
ang malabong alikabok at ang halimuyak.
Marahil ito ay isang tula?

Translation into Filipino by Eden Soriano Trinidad

***

שיירים / אידָה ויטָלֶה

חַיִּים קְצָרִים אוֹ אֲרֻכִּים
כָּל מָה שֶׁאָנוּ חַיִּים מִצְטַמְצֵם
לִשְׁיָרִים אֲפֹרִים בְּזִכְרוֹנֵנוּ.

מֵהַמַּסָּעוֹת הַיְּשָׁנִים נִשְׁאָרִים
הַמַּטְבְּעוֹת הַמִּסְתּוֹרִיִּים
שֶׁמַּעֲמִידִים פָּנִים שֶׁל עֲרָכִים כּוֹזְבִים.

בְּזִכְרוֹנֵנוּ עוֹלִים רַק
אָבָק מְעֻרְפָּל וּבֹשֶׂם.
הַיִתָּכֵן שֶׁזּוֹ שִׁירָה?

תרגום לאנגלית: ג’רמיין דרוגנברודט וסטנלי ברקן
תרגום מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
Translation into Hebrew by Dorit Weisman

***

எஞ்சியுள்ளது

கூறுகிய வாழ்வோ நீண்ட வாழ்வோ
நாம் வாழ்வது எப்படியிருப்பினும்
நமது நினைவில் பழுப்பு நிற
மிச்சமாக குறைகிறது!பழம் பயணங்களிலிருந்து
புதிரான நாணயங்கள்
தவறான மதிப்பாக பாசாங்கு செய்துகொண்டு!
குழப்பும் துகளும், நறுமணமும்
நமது நினைவிலிருந்து எழுகிறது!
அதுதான் கவிதையோ!!!!

Translation NV Subbaraman

***

DERENGÎ

Jiyan eger dirêj be yan kurt be, em di
çi de dijîn, her kêm dibe
çawa derengiyeke gewr di mêjî de.
Ji geştên kevn perçediravên
mamikî dimînin
ewên nirxên nerast kêmnirx dixuyînin.
Ji bîranînê her bagereke vala
ji tûzê radibe û lewanteyek:
Belkî ew helbestvanî ye.

Translation into Kurdish by Hussein Habasch

***

অবশিষ্টাংশ
জীবন সংক্ষিপ্ত বা দীর্ঘ
যেখানেই আমরা বসবাস করি না কেন তা

হ্রাস পায়

আমাদের স্মৃতির ধূসর অবশিষ্টাংশে ।
আমাদের পুরনো জীবনযাত্রার অবশিষ্টাংশ
থেকে প্রহেলিকা মুদ্রাগুলি
ভান করে মিথ্যে মূল্যবোধ এর ।
আমাদের স্মৃতি থেকে জাগরিত হয় শুধু
একটি অসার ধুলো আরেকটি সুগন্ধি
হয়তোবা এটি একটি কবিতা?
ইদা ভিটালে, উরুগুয়ে

Bangla Translation: Tabassum Tahmina Shagufta Hussein

***

IARMHAR

Fada nó gearr an saol
caolaíonn gach aon ní
ina mhearchuimhne liath.
De na seanaistir
níl ann anois ach na seanbhoinn
thruaillithe, dhíblí.
Ón gcuimhne éiríonn
cumhra lagbhrí.
An fhilíocht, b’fhéidir?

Aistrithe go Gaeilge ag Rua Breathnach
Translation into Irish by Rua Breathnach

***

TALOG

Dug ili kratak život
sve što preživljavamo je svedeno
na sivi talog u našem pamćenju.
Od bivših putešestvija ostaju
zagonetni novčići
koji glume lažnu vrednost.
Iz našeg sećanja vaskrsavaju samo
jedva primetna prašina i miris.
Možda je to poezija?

Sa engleskog prevela: S. Piksiades
Translation into Serbian by S. Piksiades

***

ՆՍՏՎԱԾՔ

Կարճ կամ երկար կյանք.
ողջ մեր ապրածը
հիշողության մեջ
վերածվում է գորշ նստվածքի:
Հին ճամփորդություններից մնում են
հանելուկային մետաղադրամները՝
իբրև կեղծ արժեքներ:
Մեր հուշերից հառնում է միայն
աղոտ փոշի և բուրմունք:
Գուցե դա պոե՞զիան է:

Translation into Armenian by Armenuhi Sisyan

(Ida Vitale)

Recueil: Ithaca 677
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

MA VIE (Henri Michaux)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2021



 

Gurbuz Dogan Eksioglu  (20)

MA VIE

Tu t’en vas sans moi, ma vie.
Tu roules,
Et moi j’attends encore de faire un pas.
Tu portes ailleurs la bataille.
Tu me désertes ainsi.
Je ne t’ai jamais suivie.

Je ne vois pas clair dans tes offres.
Le petit peu que je veux, jamais tu ne l’apportes.
A cause de ce manque, j’aspire à tant.
A tant de choses, à presque l’infini…
A cause de ce peu qui manque, que jamais tu n’apportes.

(Henri Michaux)

Illustration: Gurbuz Dogan Eksioglu

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La marche à l’amour (Gaston Miron)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2021



La marche à l’amour

Tu as les yeux pers des champs de rosées
tu as des yeux d’aventure et d’années-lumière
la douceur du fond des brises au mois de mai
dans les accompagnements de ma vie en friche
avec cette chaleur d’oiseau à ton corps craintif
moi qui suis charpente et beaucoup de fardoches
moi je fonce à vive allure et entêté d’avenir
la tête en bas comme un bison dans son destin
la blancheur des nénuphars s’élève jusqu’à ton cou
pour la conjuration de mes manitous maléfiques
moi qui ai des yeux où ciel et mer s’influencent
pour la réverbération de ta mort lointaine
avec cette tache errante de chevreuil que tu as

tu viendras tout ensoleillée d’existence
la bouche envahie par la fraîcheur des herbes
le corps mûri par les jardins oubliés
où tes seins sont devenus des envoûtements
tu te lèves, tu es l’aube dans mes bras
où tu changes comme les saisons
je te prendrai marcheur d’un pays d’haleine
à bout de misères et à bout de démesures
je veux te faire aimer la vie notre vie
t’aimer fou de racines à feuilles et grave
de jour en jour à travers nuits et gués
de moellons nos vertus silencieuses
je finirai bien par te rencontrer quelque part
bon dieu!
et contre tout ce qui me rend absent et douloureux
par le mince regard qui me reste au fond du froid
j’affirme ô mon amour que tu existes
je corrige notre vie

nous n’irons plus mourir de langueur
à des milles de distance dans nos rêves bourrasques
des filets de sang dans la soif craquelée de nos lèvres
les épaules baignées de vols de mouettes
non
j’irai te chercher nous vivrons sur la terre
la détresse n’est pas incurable qui fait de moi
une épave de dérision, un ballon d’indécence
un pitre aux larmes d’étincelles et de lésions profondes
frappe l’air et le feu de mes soifs
coule-moi dans tes mains de ciel de soie
la tête la première pour ne plus revenir
si ce n’est pour remonter debout à ton flanc
nouveau venu de l’amour du monde
constelle-moi de ton corps de voie lactée
même si j’ai fait de ma vie dans un plongeon
une sorte de marais, une espèce de rage noire
si je fus cabotin, concasseur de désespoir
j’ai quand même idée farouche
de t’aimer pour ta pureté
de t’aimer pour une tendresse que je n’ai pas connue
dans les giboulées d’étoiles de mon ciel
l’éclair s’épanouit dans ma chair
je passe les poings durs au vent
j’ai un coeur de mille chevaux-vapeur
j’ai un coeur comme la flamme d’une chandelle
toi tu as la tête d’abîme douce n’est-ce pas
la nuit de saule dans tes cheveux
un visage enneigé de hasards et de fruits
un regard entretenu de sources cachées
et mille chants d’insectes dans tes veines
et mille pluies de pétales dans tes caresses

tu es mon amour
ma clameur mon bramement
tu es mon amour ma ceinture fléchée d’univers
ma danse carrée des quatre coins d’horizon
le rouet des écheveaux de mon espoir
tu es ma réconciliation batailleuse
mon murmure de jours à mes cils d’abeille
mon eau bleue de fenêtre
dans les hauts vols de buildings
mon amour
de fontaines de haies de ronds-points de fleurs
tu es ma chance ouverte et mon encerclement
à cause de toi
mon courage est un sapin toujours vert
et j’ai du chiendent d’achigan plein l’âme
tu es belle de tout l’avenir épargné
d’une frêle beauté soleilleuse contre l’ombre
ouvre-moi tes bras que j’entre au port
et mon corps d’amoureux viendra rouler
sur les talus du mont Royal
orignal, quand tu brames orignal
coule-moi dans ta plainte osseuse
fais-moi passer tout cabré tout empanaché
dans ton appel et ta détermination

Montréal est grand comme un désordre universel
tu es assise quelque part avec l’ombre et ton coeur
ton regard vient luire sur le sommeil des colombes
fille dont le visage est ma route aux réverbères
quand je plonge dans les nuits de sources
si jamais je te rencontre fille
après les femmes de la soif glacée
je pleurerai te consolerai
de tes jours sans pluies et sans quenouilles
des circonstances de l’amour dénoué
j’allumerai chez toi les phares de la douceur
nous nous reposerons dans la lumière
de toutes les mers en fleurs de manne
puis je jetterai dans ton corps le vent de mon sang
tu seras heureuse fille heureuse
d’être la femme que tu es dans mes bras
le monde entier sera changé en toi et moi

la marche à l’amour s’ébruite en un voilier
de pas voletant par les lacs de portage
mes absolus poings
ah violence de délices et d’aval
j’aime
que j’aime
que tu t’avances
ma ravie
frileuse aux pieds nus sur les frimas de l’aube
par ce temps profus d’épilobes en beauté
sur ces grèves où l’été
pleuvent en longues flammèches les cris des pluviers
harmonica du monde lorsque tu passes et cèdes
ton corps tiède de pruche à mes bras pagayeurs
lorsque nous gisons fleurant la lumière incendiée
et qu’en tangage de moisson ourlée de brises
je me déploie sur ta fraîche chaleur de cigale
je roule en toi
tous les saguenays d’eau noire de ma vie
je fais naître en toi
les frénésies de frayères au fond du coeur d’outaouais
puis le cri de l’engoulevent vient s’abattre dans ta gorge
terre meuble de l’amour ton corps
se soulève en tiges pêle-mêle
je suis au centre du monde tel qu’il gronde en moi
avec la rumeur de mon âme dans tous les coins
je vais jusqu’au bout des comètes de mon sang
haletant
harcelé de néant
et dynamité
de petites apocalypses
les deux mains dans les furies dans les féeries
ô mains
ô poings
comme des cogneurs de folles tendresses

mais que tu m’aimes et si tu m’aimes
s’exhalera le froid natal de mes poumons
le sang tournera ô grand cirque
je sais que tout mon amour
sera retourné comme un jardin détruit
qu’importe je serai toujours si je suis seul
cet homme de lisière à bramer ton nom
éperdument malheureux parmi les pluies de trèfles
mon amour ô ma plainte
de merle-chat dans la nuit buissonneuse
ô fou feu froid de la neige
beau sexe léger ô ma neige
mon amour d’éclairs lapidée
morte
dans le froid des plus lointaines flammes

puis les années m’emportent sens dessus dessous
je m’en vais en délabre au bout de mon rouleau
des voix murmurent les récits de ton domaine
à part moi je me parle
que vais-je devenir dans ma force fracassée
ma force noire du bout de mes montagnes
pour te voir à jamais je déporte mon regard
je me tiens aux écoutes des sirènes
dans la longue nuit effilée du clocher de Saint-Jacques
et parmi ces bouts de temps qui halètent
me voici de nouveau campé dans ta légende
tes grands yeux qui voient beaucoup de cortèges
les chevaux de bois de tes rires
tes yeux de paille et d’or
seront toujours au fond de mon coeur
et ils traverseront les siècles

je marche à toi, je titube à toi, je meurs de toi
lentement je m’affale de tout mon long dans l’âme
je marche à toi, je titube à toi, je bois
à la gourde vide du sens de la vie
à ces pas semés dans les rues sans nord ni sud
à ces taloches de vent sans queue et sans tête
je n’ai plus de visage pour l’amour
je n’ai plus de visage pour rien de rien
parfois je m’assois par pitié de moi
j’ouvre mes bras à la croix des sommeils
mon corps est un dernier réseau de tics amoureux
avec à mes doigts les ficelles des souvenirs perdus
je n’attends pas à demain je t’attends
je n’attends pas la fin du monde je t’attends
dégagé de la fausse auréole de ma vie tends
dégagé de la fausse auréole de ma vie

(Gaston Miron)

Illustration: Andrzej Malinowski

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Brève invitée (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2021


Brève invitée

Ma lande mon enfant ma bruyère
Ma réelle mon flocon mon genêt,
Je te regarde demain t’emporte
Où je ne saurais aller.

Ma bleue mon avril ma filante
Ma vie s’éloigne à reculons,
A toi les oiseaux et la lampe
A toi les torches et le vent.

Mon cygne mon amande ma vermeille
A toi l’impossible que j’aimais
À toi la vie, sel et soleil,
A toi, brève invitée.

(Andrée Chedid)


Illustration: Pierre-Auguste Renoir

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA BOUCHE (Luc Decaunes)

Posted by arbrealettres sur 2 avril 2021



 

LA BOUCHE

Sur les bancs de l’école où tu n’as rien appris
C’est la chanson d’un avril endormi
Qui surprenait ta tête entrebâillée
Quand la neige des fleurs te remontait aux tempes
Comme un vol d’oiseaux fous dans l’azur du dimanche

C’est le chant d’un enfant que tu n’as pas connu
Ses mains avides ses pieds nus
Son mystère aux lèvres d’abeilles
Et ce grand rire clair qui lui mangeait les lèvres
Quand le soir rougeoyait aux vitres de la classe
Comme un poing renversé dans le sang des charrues

Sur les bancs de l’école avais-tu d’autres yeux
Pour menacer la vie aux griffes roses
Pour épier la fumée des images
Les beaux cahiers tachés du sang des livres
Et le monde à l’envers dans cette voix du maître
Qui faisait à ton coeur d’invisibles promesses

Avais-tu d’autres yeux pour convaincre ton rêve
Pour épouser les mots déconcertés
Au milieu des clameurs qui te brûlaient la tête
Quand tu ne savais plus ce que parler veut dire
A force d’oublier ta manière de vivre
Sur les bancs de l’école où tu n’as rien appris…

(Luc Decaunes)

Illustration: Robert Doisneau

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous restons figés parfois… (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 31 mars 2021




Illustration: Robert Doisneau
    
Nous restons figés parfois…

Nous restons figés parfois
au milieu d’une rue,
d’un mot
ou d’un baiser,
les yeux immobiles
comme deux longs verres d’eau solitaire,
la vie immobile
et les mains inertes entre un geste et celui qui aurait suivi,
comme si elles n’étaient plus nulle part.
Nos souvenirs alors sont d’un autre
dont à peine nous nous souvenons.

C’est comme si nous prêtions notre vie pour un temps,
sans l’assurance qu’elle nous sera rendue
et sans que personne nous l’ait demandée,
mais en sachant qu’elle sert alors
à quelque chose qui nous concerne plus que tout.

La mort n’est-elle un prêt, elle aussi,
au milieu d’une rue
d’un mot
ou d’un baiser ?

***

Nos quedamos a veces detenidos
en medio de una calle,
de una palabra
o de un beso,
con los ojos inmóviles
como dos largos vasos de agua solitaria,
con la vida inmóvil
y las manos quietas entre un gesto y el que hubiera seguido,
como si no estuvieran ya en ninguna parte.
Nuestros recuerdos son entonces de otro,
a quien apenas recordamos.

Es como si prestásemos la vida por un rato,
sin la seguridad de que nos va a ser devuelta
y sin que nadie nos la haya pedido,
pero sabiendo que es usada
para algo que nos concierne más que todo.

¿No será también la muerte un préstamo,
en medio de una calle,
de una palabra
o de un beso?

(Roberto Juarroz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Recueil: Poésie verticale
Traduction: Traduit de l’espagnol (Argentine) par Roger Munier
Editions: Points

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rose d’or (Czeslaw Milosz)

Posted by arbrealettres sur 28 mars 2021



Tu m’élèves sans cesse vers toi, rose d’or,
Contemplée avant la vie, autrefois.

(Czeslaw Milosz)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Écureuil (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2021




L’Écureuil

Ecureuil du printemps, écureuil de l’été, qui domines
la terre avec vivacité, que penses-tu là-haut de notre
humanité ?
— Les hommes sont des fous qui manquent de gaîté.

Ecureuil, queue touffue, doré trésor des bois, ornement
de la vie et fleur de la nature, juché sur ton pin vert, dis-
nous ce que tu vois ?
— La terre qui poudroie sous des pas qui murmurent.

Ecureuil voltigeant, fier du pic bavard, cousin du
rossignol, ami de la corneille, dis-nous ce que tu vois par
delà nos brouillards ?
— Des lances, des fusils menacer le soleil.

Ecureuil, cul à l’air, cursif et curieux, ébouriffant ton
col et gloussant un fin rire, dis-nous ce que tu vois sous
la rougeur des cieux ?
— Des soldats, des drapeaux qui traversent l’empire.

Ecureuil aux yeux vifs, pétillants, noirs et beaux, hu-
mant la sève d’or, la pomme entre tes pattes, que vois-tu
sur la plaine autour de nos hameaux ?
— Monter le lac de sang des hommes qui se battent.

Ecureuil de l’automne, écureuil de l’hiver, qui lances
vers l’azur, avec tant de gaîté, ces pommes… que vois-tu ?
— Demain tout comme Hier.

Les hommes sont des fous et pour l’éternité.

(Paul Fort)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Je suis gourmand de toi (anonyme eskimo)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2021


femmechocolat_m

Je suis gourmand de toi
Ma baie sauvage
Acide et sucre
Ma truite vive
Qu’on croque crue
Ma chair chaude
Pulpe et sang

Je suis gourmand de toi
Hanche de colline mûre
Bouche de ruisseau gorgé
Ventre de fauve repus

Je suis gourmand de toi
Printemps fondant
Eté croquant
Automne pulpeux
Hiver savoureux

Je suis gourmand de toi
Ma baie sauvage
Ma truite vive
Ma chair chaude

Par delà toute aurore
Par delà toute vie
Je suis gourmand de toi
De toi

(anonyme eskimo)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Il existe en nous un bon et un mauvais silence. (Claude Vigée)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2021



Illustration: Marie Waltz
    
Il existe en nous un bon et un mauvais silence.

Le bon silence, c’est celui de l’écoute,
celui de l’ouverture de l’âme à l’art, à la lumière et à la nuit,
à la parole initale
dont toutes les autres ont pu sortir dans la durée d’une vie.

Le roi David, dans un psaume, remercie Dieu
de lui avoir profondément « creusé l’oreille ».
Retrait en nous, caché derrière le voile des formes,
des images, des événements fugitifs,
s’abrite le lieu de toute confiance
et de plénitude dans le repos

-parfois je l’appelle le lac de la rosée-,
d’où jaillit, hors du silence,
la possibilité de la perception des choses,
et de la parole en même temps.

(Claude Vigée)

 

Recueil: Dans le silence de l’Aleph
Traduction:
Editions:Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
<span>%d</span> blogueurs aiment cette page :