Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vitrier’

Ah! laissez-moi crier, crier, crier (Sabine Sicaud)

Posted by arbrealettres sur 11 août 2019



Ah! laissez-moi crier, crier, crier …
Crier à m’arracher la gorge !
Crier comme une bête qu’on égorge,
Comme le fer martyrisé dans une forge,
Comme l’arbre mordu par les dents de la scie,
Comme un carreau sous le ciseau du vitrier ….

(Sabine Sicaud)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Derrière les vitres (Robert Mallet)

Posted by arbrealettres sur 29 août 2018



Illustration: Grégoire Mathieu
    

Derrière les vitres
l’insulte est moins cruelle
l’affront plus lointain
moins vive la froidure
impossible la main qui frappe
mais moins gai le sourire
plus triste l’au revoir
plus lourde la chaleur
impossible la main tendue

Pris entre le désir
de celles qui protègent
et le refus des mêmes
qui nous prennent au piège
nous appelons le vitrier
dès que l’une se brise
condamnés par la vie
décidée, indécise
aux vitres perpétuelles

(Robert Mallet)

 

Recueil: Presqu’îles presqu’amours
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La matinée s’avance à petits pas (Jean-Claude Pirotte)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2018



la matinée s’avance à petits pas et c’est
encore la même besogne de vitrier
ou de raccommodeur de porcelaine
le même ouvrage de plus en plus délicat
auquel il faut se livrer sans délai :
repriser la mémoire étamer l’espérance
restaurer les éclats d’une lucidité qu’ébranle
chaque nuit davantage un vertige sournois
et le merle moqueur de l’ancienne rengaine
n’est de nul secours ni la tourterelle voisine
puisque bâtir sur rien la nouvelle journée
ou plutôt non, la relever des ruines
d’hier afin de décliner les sempiternelles
prémisses de son effondrement, c’est ton lot

(Jean-Claude Pirotte)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Le marchand de sable (Pierre Ferran)

Posted by arbrealettres sur 23 mars 2018



Le marchand de sable

– C’est une honte! s’exclama
L’inspecteur des travaux infinis
Devant le chantier
Silencieux:
Le vitrier dort, les maçons sommeillent,
Le serrurier ronfle, l’architecte rêve,
Les peintres reposent,
Les menuisiers somnolent,
Les plombiers roupillent,
Les carreleurs pioncent,
Les sanitaires en écrasent
Il n’y a que vous, mon cher, que vous
A rester debout:
Votre zèle est honorable
Quelle est votre affectation?
– je suis le marchand de sable

(Pierre Ferran)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Chanson du vitrier (Jacques Prévert)

Posted by arbrealettres sur 16 février 2017



Chanson du vitrier

Comme c’est beau
ce qu’on peut voir comme ça
à travers le sable à travers le verre
à travers les carreaux
tenez regardez par exemple
comme c’est beau
ce bûcheron
là-bas au loin
qui abat un arbre
pour faire des planches
pour le menuisier
qui doit faire un grand lit
pour la petite marchande de fleurs
qui va se marier
avec l’allumeur de réverbères
qui allume tous les soirs les lumières
pour que le cordonnier puisse voir clair
en réparant les souliers du cireur
qui brosse ceux du rémouleur
qui affûte les ciseaux du coiffeur
qui coupe le ch’veu au marchand d’oiseaux
qui donne ses oiseaux à tout le monde
pour que tout le monde soit de bonne humeur.

(Jacques Prévert)


Illustration: Irving Penn

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toutes deux (Jean-Louis Rambour)

Posted by arbrealettres sur 11 septembre 2015



Toutes deux.
L’une plus âgée.
La conversation a changé.
Quelques murs plus loin, on a posé
un livre
Tout en tremblant encore du bruit
d’une voiture.
Ses yeux ne se résignaient pas encore
à en parler.
Que de freins lâchent pour la main
d’un vitrier.

(Jean-Louis Rambour)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

UN DE PLUS OU DE MOINS (Paul Gilson)

Posted by arbrealettres sur 12 juillet 2015



 

miroir brisé

UN DE PLUS OU DE MOINS

Encore un carreau qu’on casse
sans que le vitrier passe

Encore un carreau cassé
voilà l’enfant trépassé

A jouer sans crier grâce
il s’est perdu dans les glaces

Mais chaque soir sur son miroir
coule une larme pour mémoire

(Paul Gilson)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :