Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vivacité’

Ardeur (Bruno Doucey)(Thierry Renard)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2018




    
Étincelle.
Incandescence.
Rougeoiements du charbon enflammé.

Chaleur fiévreuse de l’été.
Vie, vivacité, vigueur et volupté.
Sens, sensualité,excitation, extase.

Fougue batailleuse ou conquérante, généreusement créatrice.
Combustion naturelle de l’existence.
Zèle des dieux qui sommeillent en nous
à la manière des rupestres dans leur abri sous roche…

Ardeur.

Le mot vibre de la charge solaire qui est en lui.
Qu’elles soient provençale, italienne ou espagnole,
ses parentés linguistiques puisent invariablement dans la même matière en fusion:
« ardeur » vient du latin ardor, de ardere qui signifie « brûler ».

(Bruno Doucey)(Thierry Renard)

 

Recueil: L’Ardeur ABC poétique du vivre plus
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toute « oeuvre d’art » authentique (Thierry Gillyboeuf)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2018



Illustration: Henri Manguin  
    
N’oublions pas toute « oeuvre d’art » authentique est en et par soi vivante
et que, quoique « les arts » puissent différer entre eux,
leur fonction commune est l’expression de cette suprême « vivacité »
qui est connue sous le nom de « beauté ».

(Thierry Gillyboeuf)

 

Recueil: Erotiques
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: Seghers

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Respiration (Aya Cheddadi)

Posted by arbrealettres sur 15 janvier 2018



Illustration
    
Respiration

Le vent est ainsi
il ne regarde pas il emporte
Cessez vos simagrées
le vent ne regarde pas
Il ne sert à rien de s’agripper
à la rampe de la mosquée
chaque doigt cédera
ou de croire que vous pourrez rester
dans votre villa cité des Pins
éternellement
Le vent emporte
il ne distingue pas le mort du vivant
l’homme de la femme
la cravate de la semelle
petits tourbillons de poussière
ou bourrasques, tempêtes
sur les esquifs bleus et rouges
dans l’orage qui entrechoque les mondes
ou la vivacité d’un ciel clair

Le vent est magnanime
il fait place nette

(Aya Cheddadi)

 

Recueil: Tunis marine
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mille diamants s’éparpillaient sur la rivière (Nicolas Diéterlé)

Posted by arbrealettres sur 25 mars 2017



Mille diamants
s’éparpillaient sur la rivière,
en une profusion joyeuse

Et moi qui me baignais,
j’étais l’un d’eux,
je n’étais pas plus grand
et pas moins éclatant
qu’un diamant

L’eau venait vers moi
avec cette vivacité heureuse
qui la caractérise,
elle, la toujours-jeune,
la vierge éblouissante,

puis elle m’entourait
de ses bras légers
pour que je brille
avec plus d’éclat encore

N’étais-je pas son enfant
qui voulait grandir sans frein,
parmi l’étincellement de ses frères,

et ne m’aidait-elle pas à croître,
grâce à l’huile du consentement
dont elle imprégnait mon âme
autrefois déchirée
par les cailloux du remords
et maintenant pacifiée,

baignant dans une lumière
sans lacunes ?

(Nicolas Diéterlé)

Découvert ici: http://www.bulledemanou.com/

Illustration: Paul Sérusier

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’Écureuil (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2015




L’Écureuil

Ecureuil du printemps, écureuil de l’été, qui domines
la terre avec vivacité, que penses-tu là-haut de notre
humanité ?
— Les hommes sont des fous qui manquent de gaîté.

Ecureuil, queue touffue, doré trésor des bois, ornement
de la vie et fleur de la nature, juché sur ton pin vert, dis-
nous ce que tu vois ?
— La terre qui poudroie sous des pas qui murmurent.

Ecureuil voltigeant, fier du pic bavard, cousin du
rossignol, ami de la corneille, dis-nous ce que tu vois par
delà nos brouillards ?
— Des lances, des fusils menacer le soleil.

Ecureuil, cul à l’air, cursif et curieux, ébouriffant ton
col et gloussant un fin rire, dis-nous ce que tu vois sous
la rougeur des cieux ?
— Des soldats, des drapeaux qui traversent l’empire.

Ecureuil aux yeux vifs, pétillants, noirs et beaux, hu-
mant la sève d’or, la pomme entre tes pattes, que vois-tu
sur la plaine autour de nos hameaux ?
— Monter le lac de sang des hommes qui se battent.

Ecureuil de l’automne, écureuil de l’hiver, qui lances
vers l’azur, avec tant de gaîté, ces pommes… que vois-tu ?
— Demain tout comme Hier.

Les hommes sont des fous et pour l’éternité.

(Paul Fort)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :