Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vocation’

LE COUTEAU CARNIVORE (Miguel Hernández)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2020



Illustration: Juan Gris
    
LE COUTEAU CARNIVORE

Un couteau carnivore,
aile douce et homicide,
soutient son vol et son éclat
autour de ma vie

Rayon métallique crispé
Affaissé totalement,
me picote le flanc
pour y construit un triste nid.

Mon temple, balcon fleuri
dès mon plus jeune âge
est noir et mon cœur,
sur mon cœur des cheveux gris.

Telle est la mauvaise vertu
du rayon qui m’entoure,
que je vais à ma jeunesse
comme la lune à mon village.

Je collecte avec mes cils
le sel de l’âme et le sel de l’œil
et des fleurs de toiles d’araignées
de ma tristesse je collecte.

Où irai-je sans aller
à rechercher ma perte ?
Ton destin c’est la plage
ma vocation c’est la mer.

Se reposer de ce travail
d’ouragan, d’amour ou d’enfer
n’est pas possible, et la douleur
sera mon éternelle peine.

Mais enfin je peux vaincre,
oiseau et rayon séculaire,
cœur, de la mort
personne ne doit me faire douter.

Suis ensuite le couteau, suis-le
volant, me blessant. Un jour
le temps jauni se retrouvera
sur ma photographie.

***

Un carnívoro cuchillo

Un carnívoro cuchillo
de ala dulce y homicida
sostiene un vuelo y un brillo
alrededor de mi vida.

Rayo de metal crispado
fulgentemente caído,
picotea mi costado
y hace en él un triste nido.

Mi sien, florido balcón
de mis edades tempranas,
negra está, y mi corazón,
y mi corazón con canas.

Tal es la mala virtud
del rayo que me rodea,
que voy a mi juventud
como la luna a mi aldea.

Recojo con las pestañas
sal del alma y sal del ojo
y flores de telarañas
de mis tristezas recojo.

¿A dónde iré que no vaya
mi perdición a buscar?
Tu destino es de la playa
y mi vocación del mar.

Descansar de esta labor
de huracán, amor o infierno
no es posible, y el dolor
me hará a mi pesar eterno.

Pero al fin podré vencerte,
ave y rayo secular,
corazón, que de la muerte
nadie ha de hacerme dudar.

Sigue, pues, sigue cuchillo,
volando, hiriendo. Algún día
se pondrá el tiempo amarillo
sobre mi fotografía.

(Miguel Hernández)

 

Site : http://artgitato.com/
Traduction: Français Jacky Lavauzelle / Espagnol
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE TRAVAIL (Norge)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



LE TRAVAIL

On répara le tonneau et les Danaïdes furent bien attrapées.
Il leur vint d’ailleurs une mauvaise graisse
et cela fit peine à voir.
Sisyphe n’en revenait pas.
Pourvu que mon rocher continue, pensait-il.
Ah, ceux qui ont la vocation du travail,
ça leur parait tout drôle quand la besogne est faite.

(Norge)


Illustration: John William Waterhouse

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La mort (Marie Noël)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2018



 

Illustration: Rudolf Schäfer
    
Ainsi Dieu, en vouant la chair à souffrir,
fait de la vie même une injustice.

Il y a dans cette vocation à la souffrance,une injustice terrible,
qui n’est qu’un écho de ce qui est sur cette terre,

la plus dure des injustices:
la mort.

(Marie Noël)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Travail (Norge)

Posted by arbrealettres sur 11 août 2018



Le Travail

On répara le tonneau et les Danaïdes furent bien attrapées.
Il leur vint d’ailleurs une mauvaise graisse et cela fit peine à voir.
Sisyphe n’en revenait pas. Pourvu que mon rocher continue, pensait-il.
Ah, ceux qui ont la vocation du travail, ça leur paraît tout drôle quand la besogne est faite.

(Norge)

Poème découvert chez Laboucheaoreille ici

Illustration: Jan Frans Deboever

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

GREGORIEN (Pierre Jean Jouve)

Posted by arbrealettres sur 20 mai 2018



 

Chant-gregorien

GREGORIEN

Des vols fixes d’oiseaux parfaits qui sont sans air
Profondément nus
Ne retombent jamais sur le sein de la terre
Mais se meurent de joie se meurent de lumière

Ces oiseaux sont des mots et sur des lèvres nés
Pur ornement de la voix fraîche entre les vents
Du haut du bas et tout l’imprévisible temps
Ils se tournent pour adorer, et se demandent

S’ils sont toujours du corps ou peut-être de l’âme
A la fin, et s’ils ont gravi les échelons
Qui déplacent le mot de la voix au silence
Et du silence à la terreur de l’âme

Ils se demandent, venus de coeurs emprisonnés
Tous, ils se demandent et ne savent
Vocalises de durable vocation
Ils sont et triomphalement pénitence.

(Pierre Jean Jouve)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Avis à tous (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017



Illustration: Alberto Giacometti
    
Avis à tous:
je viens de respirer
comme l’insecte
comme à sa manière
le platane devant chez moi
dans une vocation commune et mystérieuse.

Et je m’en vais
au hasard des rencontres.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avis à tous (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2016



 

Avis à tous

Avis à tous :
Je viens de respirer
Comme l’insecte
Comme à sa manière
Le platane devant chez moi
Dans une vocation commune et mystérieuse.

Et je m’en vais
au hasard des rencontres.

(Marie-Claire Bancquart)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu passes (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 11 octobre 2016



Tu passes, tu es au même point, toujours changes.
Si loin ou si près – qui l’ignores –
la vocation, c’est de se reconnaître
absent
du lieu insituable

(André Frénaud)


Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Absence (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 14 décembre 2015



olbinski264

Tu passes, tu es au même point, toujours changes.
Si loin ou si près – qui l’ignores –
la vocation c’est de se reconnaître
absent
du lieu insituable.

(André Frénaud)

Illustration: Rafal Olbinski

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

La femme (André Frénaud)

Posted by arbrealettres sur 29 juin 2015



 

Alexander Maranov (2)

La femme a vocation
d’arc-en-ciel
et de rosée

(André Frénaud)

Illustration: Alexander Maranov

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :