Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘voiture’

La comète de Haley (Bandar Abd al-Hamid)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2023




    
La comète de Haley

chaque jour la ville tremble par deux fois
quand la femme passe
rapide et silencieuse,
un livre à la main,
ses cheveux lui couvrant la moitié du visage,
dans la grande rue
qui partage en deux la ville,
elle n’est pas une sainte
à qui l’huile coule du nez
ni une princesse heureuse
dans un musée de cire
ni une chanteuse prometteuse
sur le plateau de télévision,
les voitures s’arrêtent
les étudiants, les ouvriers et le fleuve s’arrêtent
au moment où elle passe rapide
son visage est une moitié de planète
à la lumière de la lune,
on dit qu’elle est étudiante en première année
et ouvrière précaire
dans la vieille usine de verre.

(Bandar Abd al-Hamid)

 

Recueil: Poésie Syrienne contemporaine
Traduction:de l’Arabe par Saleh Diab
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Soir de Noël (Dominique Chipot)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2022



coffre-cadeau [800x600]

soir de Noël
le coffre de la voiture
trop petit

(Dominique Chipot)

Illustration

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Vieux mineur (Johannes Kühn)

Posted by arbrealettres sur 23 novembre 2022




    
Vieux mineur

Es-tu allé dans la nuit —
je connais
la nuit, c’est de la roche.
De mes mains j’ai frappé,
des battoirs mes mains à force.
Il sont partis en fumée
les charbons que j’ai abattus,
et dans les airs
se sont dissipées les fumées,
et dans les poêles des blancs hivers
elle est morte
la chaleur.

À la place des mains des battoirs.

Mais ils ne sont pas morts
les gens dans le froid
des blancs hivers.
À l’usine, qui fumait de toutes ses cheminées,
ce que j’ai abattu
est devenu fer
il sert pour les voitures
et étayent les maisons

Habite ! vis ! tout va bien,
mes mains sont des battoirs :
pas pour rien.

***

Alter Bergmann

Bist du in der Nacht gegangen —
ich kenn
die Nacht, die Gestein ist.
Ich schlug mir die Hände zu Brettern.
Es sind verraucht
die Kohlen, die ich gebrochen,
es sind die Rauchschwaden
vergangen in Luft,
es ist in Öfen
der weißen Winter
die Wärme
gestorben.

Mir sind die Hände zu Brettern geworden.

Gestorben sind nicht die Menschen
in Kälte
der weiBen Winter.
In Fabriken, wo durch Schornsteine rauchte,
was ich gebrochen,
ist Eisen geworden,
das dient an Wagen,
als Träger in Häusern.

Wohnt! Lebt! Wie gut,
mir sind die Hände zu Brettern geworden
nicht umsonst.

(Johannes Kühn)
Traduction de Claude Vercey

 

Recueil: Poésies du Monde
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les Syriens aiment s’asseoir à la fenêtre (Hala Mohammad)

Posted by arbrealettres sur 20 septembre 2022




    
Les Syriens aiment s’asseoir à la fenêtre

Les Syriens
Aiment s’asseoir à la fenêtre dans les trains
Ils insistent pour changer de place avec les Européens
Qui déjà sortent un livre
Quand eux
Les Syriens
Ont déjà sorti une fenêtre
Pour contempler leur vie
Qui court avec les trains
Les avions
Les voitures
Qui court avec les chevaux
Les bateaux
Qui court avec le jour
La nuit
La vie
Pour se sauver
Autrement
Que serait cette mort
Que seraient ces arbres
Ce courage
Ces routes proches
Et lointaines
Que seraient ces lacs
Ce calme
Cette eau
Que seraient ces ombres

Que serait cette beauté
Dans l’oeil de la gazelle?
  
Prête-moi une fenêtre Traduction de l’arabe par Antoine Jockey

(Hala Mohammad)

 

Recueil: La Beauté Éphéméride poétique pour chanter la vie
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES PETITS VOYOUS (Georges L. Godeau)

Posted by arbrealettres sur 3 septembre 2022



LES PETITS VOYOUS

Les petits voyous s’en vont à l’école.
Ils ramassent des cailloux pointus pour rayer les voitures.
Les plus belles, le plaisir est plus fort.
Les pardessus des petits voyous sont trop courts.
La mère est manoeuvre à l’usine.
Elle taille dans les vieux effets,entre onze heures et minuit.
La baraque est froide. Ses doigts sont gourds.
Les enfants sont couchés dans le même lit.
Ils ont des yeux pour voir et des oreilles pour entendre la misère.
A force, la misère, elle met des pierres dans les mains.

(Georges L. Godeau)

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La marche lente (Ying Chen)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2022


marche

La marche lente
De quelques passants
A un temps sans voiture

(Ying Chen)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

En voiture tout le monde (Bruno Munari)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2022



Illustration: Enzo Arnone
    
en voiture tout le monde
pour aller où? à la mer

***

tutti in auto per andare
dive andremo? in riva al mare

***

everyone in the car for a ride
where shall we go? ta the seaside

(Bruno Munari)

Recueil: Ciccì coccò
Traduction: traduit de l’italien par Annie Pissard Mirabel – Isabel Butter Caleffi anglais
Editions: Maurizio Corraini

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Virage (François de Cornière)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2021


1235246841

la porte
qui donne sur la route
pas même à un mètre
en plein virage
sur le pas une femme
debout un peu penchée
(une cafetière bleue
sur le rebord de la fenêtre)
au moment où passe la voiture
une fraction de seconde
là dans le virage
pour une éternité encore

(François de Cornière)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La poésie te trouve (Títos Patríkios)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2021



    
La poésie te trouve

La poésie vient te trouver en vélo, en mobylette, en voiture
parfois elle arrive comme une amazone le glaive dressé
parfois elle te suit à la sortie du supermarché comme une mendiante en haillons
elle t’entraîne telle une porno-star dans les abysses imaginaires
elle te rappelle à l’ordre comme un directrice de maison de redressement
elle t’apparaît dans les tréfonds du sommeil telle une vierge immaculée
(…)

(Títos Patríkios)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Recueil: Sur la barricade du temps
Traduction: Traduit du grec par Marie-Laure Coulmin Koutsaftis
Editions: Le Temps des cerises

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un matin d’hiver (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 19 février 2021




    
Un matin d’hiver
je me trouvais dans un train
à l’arrêt en gare de Bellegarde
et une petite fille d’une dizaine d’années
était sur le quai
Deux femmes se tenaient près d’elle
et quand celle qui pouvait être sa mère
l’a quittée
pour monter dans une voiture
cette petite fille n’a eu aucune réaction
Épaules tombantes bras ballants
elle est restée là
immobile figée
ne disant rien
ne manifestant rien
sauf que de grosses larmes
glissaient sur ses joues
et qu’on la sentait perdue
dans un abîme de solitude
accablée par une détresse
qui la rendait inconsolable
Deux ou trois ans ont passé depuis ce jour

mais de temps à autre
il arrive encore
que réapparaisse en moi
ce petit visage en larmes
pétrifié par la souffrance

(Charles Juliet)

 

Recueil: Moisson
Traduction:
Editions: P.O.L.

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :