Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘volatile’

Os de seiche (Katell Antoine)

Posted by arbrealettres sur 15 octobre 2018



os de seiche,
barque volatile,
mon oiseau te piquera
de mille petits trous secs
goûtant sur sa langue
une idée d’océan.

(Katell Antoine)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | 1 Comment »

APRES-PLUIE (Eugenio Montale)

Posted by arbrealettres sur 15 décembre 2017



APRES-PLUIE

Sur le sable mouillé apparaissent des idéogrammes,
pattes de mouche ou pattes d’oie. Je regarde en arrière
mais ne vois ni refuges ni asiles pour volatiles.
Sans doute est passé fatigué un canard, estropié peut-être.

Je ne saurais décrypter ce langage
même si j’étais chinois. Un coup de vent va suffire
à l’effacer. I1 n’est pas vrai que la Nature
soit muette. Elle parle à tort et à travers
et notre seul espoir : qu’elle s’occupe
de nous le moins possible.

(Eugenio Montale)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Drôles d’oiseaux (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 20 novembre 2017



    

A quelques pas, au bord de l’herbe ensoleillée,
un merle étonné tenait un noyau dans son bec et m’observait.
Son étonnement se teintait de pitié.
J’entendis aussitôt se faufiler en moi
la voix rassurante et moqueuse de Léontine:
« Chaque être, dans ce monde, rapporte tout à soi.
Ce volatile en te regardant a fait une retouche à ton genre:
« Drôles d’oiseaux, ces hommes à une seule plume ». »

(Daniel Boulanger)

 

Recueil: Vestiaire des anges
Editions: Grasset

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Baume de thym (Ahmed El inani)

Posted by arbrealettres sur 27 août 2017



Baume de thym

Aux barreaux de ma persienne
Un rossignol s’est agrippé ce matin
Dans un œil il avait un genêt
Dans l’autre une tige de thym
Sur les doigts des mots furtifs
Je me suis approché des barreaux
Pour mieux voir le volatile
Aux barreaux il n’y avait plus
Que les relents subtils
Du baume fugace de thym

(Ahmed El inani)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE CYGNE ET LE CUISINIER (Jean de la Fontaine)

Posted by arbrealettres sur 9 août 2017



 

LE CYGNE ET LE CUISINIER

Dans une ménagerie
De volatiles remplie
Vivaient le Cygne et l’Oison :
Celui-là destiné pour les regards du maître ;
Celui-ci, pour son goût : l’un qui se piquait d’être
Commensal du jardin, l’autre, de la maison.
Des fossés du Château faisant leurs galeries,
Tantôt on les eût vus côte à côte nager,
Tantôt courir sur l’onde, et tantôt se plonger,
Sans pouvoir satisfaire à leurs vaines envies.
Un jour le Cuisinier, ayant trop bu d’un coup,
Prit pour Oison le Cygne ; et le tenant au cou,
Il allait l’égorger, puis le mettre en potage.
L’oiseau, prêt à mourir, se plaint en son ramage.
Le Cuisinier fut fort surpris,
Et vit bien qu’il s’était mépris.
« Quoi ? je mettrois, dit-il un tel chanteur en soupe !
Non, non, ne plaise aux Dieux que jamais ma main coupe
La gorge à qui s’en sert si bien!  »

Ainsi dans les dangers qui nous suivent en croupe
Le doux parler ne nuit de rien.

(Jean de la Fontaine)

Illustration: Marc Chagall

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

APRES (Ernest Raynaud)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2017



Illustration: Konstantin Andreevich Somov
    
APRES

De la secousse en tes deux bras de tout mon corps,
Dans le concert charmant d’essences si subtiles
Qu’elles sont comme autant d’ivresses volatiles
L’être voluptueux que je suis vibre encor !

Plein de langueur, plein de fraîcheur, comme une brise
Je respire allégé du fardeau de la chair,
Le lien qui retenait mon âme enfin se brise
Et la voici comme un oiseau libre dans l’air.

C’est le bonheur d’un coeur qui reprend son empire,
La mousseline d’un brouillard qui se déchire
Sur l’or clair d’un matin délicieux d’été.

Doux amants, que l’Aimée emplit d’un lent délire,
Dites? Quel vers assez suave pourrait dire
Le bien qu’en s’en allant laisse ta volupté !

(Ernest Raynaud)

 

Recueil: Chairs profanes
Editions: Léon Vanier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La première chanson (Valentin Bérestov)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2017



La première chanson

Il était un iguanodon
Haut et lourd comme une maison,
Qui écoutait un volatile.
Son amie la ptérodactyle.
L’oiseau ne chantait pas, pourtant,
Mais seulement grinçait des dents
Et gémissait horriblement.

L’iguanodon était aux anges
Parce que pour lui tous ces sons,
jamais horribles ni étranges,
Etaient la première chanson
De notre sauvage planète
Encore sans hommes, sans poètes.

(Valentin Bérestov)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce soir je suis un arbre (Michel Thion)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



Ce soir je suis un arbre.

Je t’écris arbre du désert,
solitaire effleuré de poussière,
pour te dire à l’heure du soleil sanglant
que toi et moi nous sommes forêt,
que nos racines se croisent, invisibles,
se parlent sous la terre,
partagent l’eau,
comme nos feuilles partagent l’air.

Ce serait l’année de l’effleurement.
Ensemble,
nous ferons le théâtre du vent et de la mer.

Car soleil sanglant il y a aujourd’hui.

Il y a sable et cendre.
Parfois l’un de nous brûle,
est abattu par les bûcherons vêtus de gris,
rongé par les rats
venus des grandes villes noires au-delà de la colline,
il s’estompe de la forêt
mais notre forêt toujours frémit.

Au plus sombre du solstice,
je te le dis,
notre forêt ne mourra pas de la perte de l’eau,
elle est cachée dans nos racines secrètes,
et toujours s’échange,
vive,
bondissante,
fraîche à nos yeux
éraflés de larmes.

Elle coule entre les doigts
de ta main ouverte.
Tu serres le poing
pour la retenir
et quand tu écartes les doigts
il ne reste rien
qu’un bref instant de fraîcheur volatile
qui disparaît à son tour,
souvenir d’un souvenir.
Et c’est cela qui reste gravé en toi,
en nous.

À mes amis trop lointains
voyageurs sans cesse étonnés
dont les racines m’effleurent
au soleil renaissant,
je dis
cette année,
au petit matin pâle,
nous sommes des arbres.

(Michel Thion)

son site ici


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’après-midi (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2015



L’après-midi

l’enfant promène sa poupée dans tête
des lunes au crochet, de longues volatiles
se prennent aux fenêtres
le sang s’arrête au cou des bêtes
la bouchère rêve d’un amour immobile
honnête entre deux plantes vertes
la vie tient porte ouverte.

(Daniel Boulanger)


Illustration: Chaim Soutine

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :