Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘vriller’

Un robinet coule (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2018




    
Un robinet coule et c’est soudain
toute somnolence arrêtée
qui nous tenait en sommeil.
Et le filet d’eau vrille
nos idées les plus noires.

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Lieux épars
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Reconnais la voix (Jacques Izoard)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2018




    
Reconnais la voix entre toutes.
Et aussitôt se lève en toi
l’écho pur, immatériel,
mais qui vrille en douceur.
Et mille voix, mille chants
jaillissent on ne sait d’où.

(Jacques Izoard)

 

Recueil: Lieux épars
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Désir (Luis Cernuda)

Posted by arbrealettres sur 20 décembre 2017




    
Désir

Dans la quiétude des champs de septembre,
La feuille d’un peuplier doré,
Comme une étoile brisée,
Vrille et tombe à terre.

Si seulement l’âme inconsciente,
Oh ! Seigneur des étoiles et des feuilles,
Passait ainsi, ombre lumineuse,
De la vie à la mort.

(Luis Cernuda)

 

Recueil: Les nuages
Traduction: Anthony Bellanger
Editions: Fata Morgana

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AVANT-SOMMEIL (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 10 décembre 2017



Helen Masacz  200

AVANT-SOMMEIL

Attendez je ne suis pas prêt
La lampe lentement vrille dans ma poitrine
Mon sang fait battre au loin le poumon des collines
Voici l’ombre et les fleurs berceuses de mes pas

Quelques instants encore dans l’ouate des mensonges
Les derniers frets du soir pour les ruelles du songe
Une étoile allumée portée à bout de bras
Le vent frais musicien dans les orgues du soir
La bouche enfin tarie
Bon voyage en enfer sous la tapisserie

Dix heures dans les feuillages têtus de mon enfance
Dix heures
Et le manteau troué de la souffrance
Pour poser mon regard pas un coin de ciel bleu
Chacun de mes retours plus triste qu’un adieu
Tous ces demi-silences

Vous êtes là je sais
Au plus clair de moi-même
Penchés sur mon remords et sur mes lendemains
Puisque vous revenez dans cette chambre noire
Ô mon père et ma mère
Partagez-vous mes mains

(René Guy Cadou)

Illustration: Helen Masacz

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Vrille (Marie-Anne Schönfeld)

Posted by arbrealettres sur 30 mars 2017



Vrille

Il faudrait prendre soin
de ce qui vrille

observer le mouvement
qui déroule
l’infini

regarder
avec tendresse
ce qui vivant
tente de prendre appui

ne jamais renoncer
à la lumière
d’une rencontre

(Marie-Anne Schönfeld)

Découvert ici: https://tracesdusouffle.wordpress.com

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout à coup cela frappe au visage (Aïgui)

Posted by arbrealettres sur 25 novembre 2016



Jean Charles Nicaise Perrin  -tete-de-jeune-femme-morte-n-7230539-0

 

— tout à coup cela frappe au visage : il y avait pourtant une autre main

blanche — sur la rambarde rouge du balcon
près des azalées

/ elle a tressailli tout à coup et disparu
et le monde
s’est fait — point vrillant sur le front :

oh : cela est
la première concentration de la peur… —

et cependant il ne fut pas crié « maman » / … —

[…]

comme un Dieu qui s’est arrêté
/ plus jamais
il n’y aura rien d’autre — d’autre
que Son Arrêt / —

(Aïgui)

Illustration: Jean Charles Nicaise Perrin

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je crois au rassemblé (Zéno Bianu)

Posted by arbrealettres sur 30 juin 2016



je crois au rassemblé
à l’ouvert
au levé
au tremblé
au centième de soupir
je crois que tout mot juste
vient de l’intérieur du ciel
et que ce ciel
vrille au plus profond de nous

(Zéno Bianu)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :