Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Wallace Stevens)’

La poésie (Wallace Stevens)

Posted by arbrealettres sur 10 juin 2018



Illustration: Wallace Stevens
    
La poésie est le thème du poème,
C’est d’elle
que part le poème,
Vers elle qu’il retourne

***

Poetry is the subject of the poem,
From this the poem issues and
To this return

(Wallace Stevens)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La poésie (Wallace Stevens)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2017



La poésie est le thème du poème,
C’est d’elle que part le poème,
Vers elle qu’il retourne.

***

Poetry is the subject of the poem,
From this the poem issues and
To this returns.

(Wallace Stevens)


Illustration: Maurice Denis

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 3 Comments »

De l’eau claire dans un bol brillant (Wallace Stevens)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2017



I

De l’eau claire dans un bol brillant,
Des oeillets rose et blanc. La lumière
Dans la chambre plutôt comme un air neigeux
Qui reflète la neige. Une neige à peine tombée,
À la fin de l’hiver, quand les après-midi reviennent.
Des oeillets rose et blanc : on désire
Tellement davantage. Le jour même
Est simplifié : un bol de blanc,
De froid, une porcelaine froide, basse et ronde,
Avec rien d’autre que les oeillets.

II

Dites même que cette totale simplicité
Vous privait de vos tourments, cachait
Le moi vital, apaisé méchamment,
Et le rendait frais dans un monde
D’eau blanche et claire, aux bords brillants;
Mais on désirerait plus, on exigerait plus,
Plus qu’un monde de senteurs blanches et neigeuses.

III

Il resterait encore l’esprit jamais en repos,
De sorte qu’on voudrait s’échapper, revenir
À ce qui fut si longtemps paisible.
L’imparfait est notre paradis.
Notez que, dans cette amertume, le délice,
Puisque l’imparfait est si brûlant en nous,
Est tout en mots défectueux et sons têtus.

(Wallace Stevens)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bonhomme de neige (Wallace Stevens)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2017



Bonhomme de neige

Il faut posséder un esprit d’hiver
Pour regarder le gel et les branches
Des pins sous leur croûte de neige ;

Avoir eu froid longtemps
Pour contempler les genévriers hérissés de glace,
Les épicéas, bruts dans l’éclat lointain

Du soleil de janvier ; et ne pas imaginer
De détresse aucune dans le bruit du vent,
Le bruit d’une poignée de feuilles,

Qui est le bruit de l’étendue
Emplie du même vent
Soufflant dans le même lieu nu

Pour qui écoute, écoute dans la neige,
Et, n’étant rien lui-même, ne contemple
Rien qui ne soit là et le rien qui est.

***

The Snow Man

One must have a mind of winter
To regard the frost and the boughs
Of the pine-trees crusted with snow;

And have been cold a long time
To behold the junipers shagged with ice,
The spruces rough in the distant glitter

Of the January sun; and not to think
Of any misery in the sound of the wind,
In the sound of a few leaves,

Which is the sound of the land
Full of the same wind
That is blowing in the same bare place

For the listener, who listens in the snow,
And, nothing himself, beholds
Nothing that is not there and the nothing that is.

(Wallace Stevens)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le lecteur (Wallace Stevens)

Posted by arbrealettres sur 23 septembre 2016



Le lecteur

Toute la nuit j’ai lu un livre,
Ai lu comme dans un livre
Aux pages sombres.

C’était l’automne et des étoiles filantes
Occultaient les formes flétries
Tapies au clair de lune.

Aucune lampe ne brûlait pendant ma lecture,
Une voix marmonnait : » Toute chose
Retourne au froid.

Même le muscat musqué,
Les melons, les poires vermillon
Du jardin dépouillé. »

Les pages sombres étaient sans texte
Sinon la trace d’étoiles brûlant
Dans le ciel givré.

***
The reader

All night I sat reading a book,
Sat reading as if in a book
Of sombre pages.

It was autumn and falling stars
Covered the shrivelled forms
Crouched in the moonlight.

No lamp was burning as I read,
A voice was mumbling, » Everything
Falls back to coldness,

Even the musky muscadines,
The melons, the vermilion pears
Of the leafless garden. »

The sombre pages bore no print
Except the trace of burning stars
In the frosty heaven.

(Wallace Stevens)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :