Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Wei Ying-Wu)’

Nuit d’automne (Wei Ying-Wu)

Posted by arbrealettres sur 20 juillet 2018



Nuit d’automne. Psalmodiant sous le ciel frais,
Je déambule, ma pensée tendue vers toi.
Chute de pommes de pin dans ta montagne vide:
Toi aussi, en cet instant, hors sommeil, tout ouïe…

(Wei Ying-Wu)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vie recluse (Wei Ying-wu)

Posted by arbrealettres sur 29 janvier 2018




    
Vie recluse

Une humble cour entourée de bambous dépouillés
Les orchidées aux tiges cassées après le vent-pluie
Au profond des feuillages chantent les oiseaux
Sur les mousses vertes nulle trace humaine

Au pavillon Hirondelles durable est le jour
Les arbres sont lourds de fruits en été
Sur ma table s’accumulent des livres rares
Je m’y plonge à l’heure claire près d’une croisée

(Wei Ying-wu)

 

Recueil: L’Ecriture poétique chinoise
Traduction: François Cheng
Editions: du Seuil

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La rivière de l’Ouest à Chu-zhou (Wei Ying-wu)

Posted by arbrealettres sur 27 janvier 2018




    
La rivière de l’Ouest à Chu-zhou

Au bord de l’eau, seul à chérir ces herbes cachées
Un loriot jaune chante là-haut au fond des feuillages
Chargée de pluie, monte au soir la crue printanière
Embarcadère désert : flottant de travers, une barque…

(Wei Ying-wu)

 

Recueil: L’Ecriture poétique chinoise
Traduction: François Cheng
Editions: du Seuil

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La rivière de l’ouest (Wei Ying-Wu)

Posted by arbrealettres sur 17 octobre 2016



Au bord de l’eau, seul à chérir les herbes cachées;
Un loriot jaune chante au profond des feuillages.
Chargée de pluie, monte au soir, la crue printanière.
L’embarcadère désert: une barque à la dérive…

(Wei Ying-Wu)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Sur le mont Lang-ya (Wei Ying-Wu)

Posted by arbrealettres sur 23 juillet 2016



Au Portail-rocheux, nulle trace sur la neige;
Seul l’encens se mêle encore aux brumes du val.
Restes du repas, dans la cour: un oiseau descend.
Haillons accrochés au pin: le vieux bonze est mort.

(Wei Ying-Wu)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :