Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘wind’

Page (Michael Edwards)

Posted by arbrealettres sur 1 septembre 2015


ile-reunion-cascade-grand-galet-resurgence-hdr

Page

Les couleurs s’annulent.
Vos pierres de gué
Devinent un chemin
Sur le blanc aveugle
Au ras des rives.
Le vide du puits
Avale les sons.
Bruissent les mots
Parmi les pierres.

Ils cherchent le noir
Fluide et frais
De l’eau souterraine.
Sur les bords du lac
Expire le souffle
Du vent qui passe.

Vous vacillez
Dans l’infini
De la lumière
Qui dissipe la voie.
Que vos paroles
Sombrent en tremblant
Dans la calme lueur,
Pour resurgir
Ailleurs, accomplies!

***

Page

A blanching of sight.
Your stepping stones
Extend a path
Across the depth
Of brimming white.
The hollow well
Absorbs the words.
Sounds as they fall
Resound in the shaft.

They seek the cool
And liquid dark
Of water in earth.
The lakeside laps
With the dying breaths
Of the passing wind.

The infinite
Before within
Whose light you falter,
Disperses the way.
May the words you say
Tremble and sink
Through the glowing quiet,
To rise elsewhere
And be heard as they are.

(Michael Edwards)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pie (Michael Edwards)

Posted by arbrealettres sur 1 septembre 2015



La pie

La pie à la porte de l’aubépine
tourne sa tête intéressée
au-dessus de la belle nature aplatie,
sans bonté.

Un blanc, un noir, éblouissants
(seule la ramée a le secret
du bleu et du vert laqués,
de la queue qui gouverne les vents).

Sertie dans le vif des feuilles,
du cercle constellé de fleurs,
lustrée par les jumelles:
exquise miniature.

***

Magpie

The magpie at the door of the may
swivelling its purposeful head
above the flattened vista
boding no good.

It dazzles with white and black
(only the foliage knows
the lacquered blue and green,
the tail for ruddering the winds).

Set in the thick of the leaves,
of the circle studded with flowers,
polished by binoculars,
an exquisite miniature.

(Michael Edwards)

(NB: l’auteur est bilingue et il a traduit en français son poème puis reconstruit le poème anglais)
(Michael

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Femme au livre (Michael Edwards)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2015


lecture au jardin

Femme au livre

Des murmures descendent
sur ton livre ouvert
par une odeur de pomme.

Des lumières changeantes
cherchent dans l’arbre
son trésor de fruits,
de noms, et d’oiseaux.

Le jardin respire.
Le vent caresse
tes feuilles, ta robe.

L’oiseau mûr
s’élève dans l’air.
Les saisons préparent
l’automne des mots.

***

Woman reading

Murmurs fall
on your open book
through smells of apple.

Moving lights
search the tree
for its hoard of fruit,
and names, and birds.

The garden breathes.
The wind fingers
your leaves, your dress.

The birds when ripe
rise into the air.
The seasons prepare
the automn of the words.

(Michael Edwards)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ecouter (Michael Edwards)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2015


peuplier

Ecouter

Il semble
que les roseaux sur l’eau
et dans le ciel
les fragiles peupliers
aient appelé de loin
dans le silence secret des choses
le vent
qui leur donne ces voix.

***

Listening

Reeds in the lake, in the air
fragilities of poplars, seem
to have called, in the secret silence of things,
the wind from afar to give them speech.

(Michael Edwards)

(NB: l’auteur est bilingue et il a traduit en français son poème puis reconstruit le poème anglais)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :