Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Xavier Forneret)’

Elle (Xavier Forneret)

Posted by arbrealettres sur 22 octobre 2018



 

Andrius Kovelinas

Elle

Vous ne savez son nom ? – Celle pour qui je chante
La vie d’amour de feu, puis après est mourante :
C’est un arbre en verdeur, un soleil en éclats,
C’est une nuit de rose ou languissants ébats.
C’est un torrent jeté par un trou de nuage ;
C’est le roi des lions dégarni de sa cage :
C’est l’enfant qui se roule et qui est tout en pleurs,
C’est la misère en cris, – c’est la richesse en fleurs.
C’est la terre qui tremble et la foudre qui tonne,
Puis le calme du soir, au doux bruit qui résonne ;
C’est un choc qui renverse en tuant de frayeur,
Puis un pauvre qui donne, – ou le soupir qui meurt.
C’est un maître qui gronde, – un amant qui caresse ;
C’est la mort, désespoir, deuil, bonheur, allégresse.
C’est la brebis qui bêle en léchant son agneau,
Puis la brise aux parfums, ou le vent dans l’ormeau. –
Bien sûr elle a deux coeurs : l’un qui vit et palpite ;
L’autre, frappé, battu, qui dans un coin habite.

On pense que son pied ne la soutiendra pas,
Tant il se perd au sol, ne marquant point de pas.
Ses cheveux sont si beaux qu’on désire se pendre
Avec eux, si épais qu’on ne peut pas les prendre.
Si petite est la place où l’entoure un corset
Qu’on ne sait vraiment pas comment elle le met.
Quelque chose en sa voix arrête, étreint, essouffle.
Des âmes en douceur s’épurent dans son souffle.
Et quand au fond du coeur elle s’en va cherchant,
Ses baisers sont des yeux, sa bouche est leur voyant.

(Xavier Forneret)

Illustration: Andrius Kovelinas

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Et, quand je pense à toi (Xavier Forneret)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2016




Et, quand je pense à toi,
croire que j’ai rêvé!

(Xavier Forneret)

Illustration: Jean Paul Avisse

 

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Le vent appelle l’Arbre (Xavier Forneret)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2016




Le vent appelle l’Arbre,
et l’arbre lui répond.

(Xavier Forneret)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Un pauvre honteux (Xavier Forneret)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2016



 

Pablo Picasso l'aveugle

Un pauvre honteux

Il l’a tirée
De sa poche percée,
L’a mise sous ses yeux ;
Et l’a bien regardée
En disant :  » Malheureux !  »

Il l’a soufflée
De sa bouche humectée ;
Il avait presque peur
D’une horrible pensée
Qui vint le prendre au coeur.

Il l’a mouillée
D’une larme gelée
Qui fondit par hasard ;
Sa chambre était trouée
Encor plus qu’un bazar.

Il l’a frottée
Ne l’a pas réchauffée
A peine il la sentait ;
Car, par le froid pincée,
Elle se retirait.

Il l’a pesée
Comme on pèse une idée,
En l’appuyant sur l’air.
Puis il l’a mesurée
Avec du fil de fer.

Il l’a touchée
De sa lèvre ridée. –
D’un frénétique effroi
Elle s’est écriée :
Adieu, embrasse-moi !

Il l’a baisée,
Et après l’a croisée
Sur l’horloge du corps,
Qui rendait, mal montée,
De mats et lourds accords.

Il l’a palpée
D’une main décidée
A la faire mourir. –
– Oui, c’est une bouchée
Dont on peut se nourrir.

Il l’a pliée,
Il l’a cassée,
Il l’a placée,
Il l’a coupée ;
Il l’a lavée,
Il l’a portée,
Il l’a grillée,
Il l’a mangée.

– Quand il n’était pas grand on lui avait dit :
Si tu as faim, mange une de tes mains.

(Xavier Forneret)

Illustration: Pablo Picasso

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un en deux (Xavier Forneret)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2016


 


 

Koh Sang Woo Kiss II, 2009

Un en deux

Moi,
C’est toi ;
Nous, c’est toi-moi ;
NOUS DEUX c’est UNE fois ;
Coeurs-de-nous, c’est, Dieu-Ciel en soi ;
Si un jour, SEULE et SEUL… Enfer d’effroi !!!
Jamais ! Elle est ma reine, et Moi je suis son roi.

(Xavier Forneret)

Illustration: Koh Sang Woo

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’homme pleure (Xavier Forneret)

Posted by arbrealettres sur 12 octobre 2016



 

Alvaro Zardoni 0

L’homme pleure,
Et s’endort
Comme l’heure
Pour un mort ;

Comme étoile
En la nuit,
Est sans voile
Après bruit. –

L’oiseau chante
Avec feu
Son amante,
Son bon Dieu.

Et l’eau coule
Doucement,
Se déroule
Vaguement.

Et la lune
En chemin,
La fortune
Du chagrin,

Nous fait face,
Va au cœur ;
C’est la glace
Du penseur. –

La nature
En soupirs
Ne murmure
Que désirs.

Toi, mon âme,
Que veux-tu ? –
Une femme
La vertu ?

Rien. Je n’ose
Désirer
Cette chose, –
DÉTERRER.

(Xavier Forneret)

Illustration: Alvaro Zardoni

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :