Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Yakoub Kolass)’

Le Moujik (Yakoub Kolass)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2021



Le Moujik

Je suis le moujik, le malheureux au dos courbé
Tout le monde tape sur le moujik.
On lui suce le sang et les veines,
On déchire ses forces,
Ses mains sont pleines d’ampoules.

Je suis le moujik, le fils de la souffrance,
J’ai été élevé à la bouillie de paille,
Les fanes me gonflent le ventre,
Je suis chaussé de lapti,
Pauvre est mon vêtement.

Je suis le moujik, le fils de la misère,
Je ne mange ni ne dors assez,
Je plie sous le poids de la peine,
Je travaille pour deux sous pas jour,
Je supporte toutes les moqueries.

Je suis le moujik, je n’entends pas les cloches,
Et un ver toujours me ronge :
Est-ce qu’il ne ment pas le pope en chaire
Qui dit que le tsar tient sa couronne de Dieu ?
Oh, il ne peut en être ainsi !

Je suis le moujik, j’ai ma fierté,
Je me courbe, mais attendez !
Je me tais, me tais et supporte,
Mais bientôt je vais crier :
« Paysan ! Prends ton fusil !  »

(Yakoub Kolass)


Illustration: Lucien Louis Bernard Lantier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ma Maison (Yakoub Kolass)

Posted by arbrealettres sur 9 novembre 2017



Ma Maison

A peine un sentier dans les champs
Où je m’avance lentement
Tout en regardant alentour.
A l’abri d’un toit bleu foncé
Par une main attentionnée
M’attend une vaste maison.

I1 y fait bon et on y voit
D’une sagesse silencieuse
Partout la trace séculaire
Au gré des vents, vagues du ciel,
Vont les nuages enchanteurs.
Où allez-vous? Mais ils se taisent.

Là-bas la rivière d’argent
Court dans l’abreuvoir qu’elle ronge
Portant la lumière du monde,
Et la prairie de velours vert,
Brochée de couronnes dorées
Étale sa magnificence.

Les chênes, amis du solitaire,
S’élancent vers les cieux si hauts
Jetant leurs branches alentour.
Quelle harmonie, quelle tendresse
Dans l’or des sables qui s’étalent
Près des barques dans la vallée !

Quelle liberté, quel élan !
Que de chansons, de bruits, de cloches
S’offrent aux oreilles et aux yeux !
Chaque chanson à sa manière,
Avec ses sons, avec ses lois,
Offre son écho de l’espace.

Je me parle tout en marchant
Et je contemple ma maison
Avec un tel repos dans l’âme !
Et quelque part une chanson
Chante en harmonie amicale
Avec la terre, avec les cieux.

(Yakoub Kolass)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :