Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Yi Sang)’

Une fleur invisible (Yi Sang)

Posted by arbrealettres sur 28 octobre 2019




    
Une fleur invisible.
Une fleur parfumée.
Sa floraison embaume.

Je creuse là le trou de ma tombe.
Le trou de la tombe est invisible.
J’entre pour m’asseoir

dans le trou invisible de ma tombe.
Je m’y étends.

Mais encore, la fleur parfumée.
La fleur invisible.
Sa floraison embaume.

J’oublie, puis je creuse encore là
le trou de la tombe.
Le trou invisible de ma tombe.

L’invisible trou de la tombe,
soudainement, je délaisse la fleur,
j’entre. Et vraiment je m’y étends.

Ah ! Ah ! La fleur encore parfumée.
La fleur tout aussi invisible –
Invisible, cette fleur.

(Yi Sang)

 

Recueil: Cinquante poèmes – Les ailes
Traduction: Kim Bona
Editions: William Blake

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Titre pour So Yong (Yi Sang)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2016



Titre pour So Yong

1

Devant ton visage dans le clair de lune,
le mien se couvre d’une mince feuille de fatigue ;
mon discours de louanges envers toi ne se prononce pas ;
ces louanges pénètrent en rampant
dans tes cheveux au parfum d’un jardin de camélias,
telles un soupir qui chatouille la porte coulissante,
et replantent ma tristesse comme des pousses,
une à une.

2

Alors que tu flânes sur le champ de terre glaise,
les empreintes profondes laissées par les talons de tes chaussures se remplissent d’eau de pluie ;
est-ce mon verre souffrant d’injustice renversé dans le ciel,
avant que ma tristesse fatiguée par tes mensonges et tes plaisanteries ne commence à sangloter,
mon verre bouleversé par tes empreintes errantes sur le champ de terre glaise ?

3

Quand le clair de lune s’assied sur mon dos, sur les taches qui couvrent mes haillons,
alors dans mon ombre des traces de sang apparaissent comme des piments émincés,
et de l’eau froide surprise par le clair de lune, goutte à goutte, imprègne mes veines ;
lorsque tu regardes le coeur en tissu, torturé injustement par la faim, qui a mâché et avalé ma brique,
le considères-tu comme un bocal de poissons ?

(Yi Sang)

Découvert ici: http://www.ipernity.com/blog/lara-alpha

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :