Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Yona Wallach)’

Jamais plus (Yona Wallach)

Posted by arbrealettres sur 5 juillet 2018




    
Jamais plus je n’entendrai la voix douce de Dieu
jamais plus ne passera sa voix sous ma fenêtre
de grosses gouttes descendront dans l’espace signe
Dieu ne vient plus à ma fenêtre
Comment pourrai-je encore voir son corps doux
Plonger dans ses yeux, je ne descendrai plus cueillir
des regards fileront dans la création comme du vent
comment me rappeler cette beauté sans pleurer
des jours passeront dans ma vie comme des frémissements dans le corps
près de débris de souvenirs de contact brisés plus encore que les pleurs
fascine l’air la forme de son geste se mouvant
jamais plus le son des regrets ne passera le seuil
lorsque l’homme revivra tels ses morts dans les souvenirs, tel l’être
si seulement se tenait son doux regard près de mon lit et que je pleure.

(Yona Wallach)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: Ch. Wardi
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un azur épais règne dans les feuilles du tilleul (Yona Wallach)

Posted by arbrealettres sur 7 août 2017



Illustration
    
Un azur épais règne dans les feuilles du tilleul
et une grande lumière est posée sur les tuteurs des rosiers,
deux poivriers de mon âge, branchus et emmêlés l’un dans l’autre
tendres à ma naissance, s’enveloppent
en mon honneur d’une délicatesse pulvérisée. Comme leurs cymes,
l’or sombre des abeilles flotte, s’agite dans les rejetons
monte et descend, entre dans les ornements
fait mûrir précocement un bourdonnement plein d’une sensation
tremblante qui s’enfonce, se meut à la figure du suc
afin que se répande un tel amour lustral.

(Yona Wallach)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: E. Moses
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Inspiration (Yona Wallach)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2017



    

Inspiration
C’est le dieu blanc
le verbe blanc
et l’âne blanc
le coeur blanc
le langage blanc
l’émoi blanc
propre
à cet instant
c’est le carnet blanc
c’est l’acte blanc
l’acte le plus blanc
non l’homme blanc
l’acte le plus blanc
mais non
non non non
c’est le nuage blanc
c’est la vision blanche
c’est le blanc de l’inspiration absolue
la liberté qui enveloppe d’un blanc épais
c’est la joie blanche

(Yona Wallach)

 

Recueil: Anthologie de la poésie en hébreu moderne
Traduction: Ch. Wardi
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :