Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘(Yves Morel)’

JE MÊLE MES SANGLOTS… (Yves Morel)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2018




JE MÊLE MES SANGLOTS…

Je mêle mes sanglots aux flots de la mer
Pour que ma douleur au quotidien
Ne soit plus qu’embruns
Balayant les rochers d’une pluie amère.
Mon coeur est un voilier en détresse,
L’âme toutes voiles déchirées dehors
Et, la proue, une sirène aveuglée de chagrin.
Accrochée au mât de grande hune,
Je cherche dans ma nuit sans lune
Un havre de paix et de sagesse
Où je pourrais m’échouer et trouver le réconfort.
Comme un phare, ton étoile soudain m’apparut
Pour guider à bon port mon bateau en déroute
À travers les écueils de la vie
Et m’aider à poursuivre seule ma route

Vers un rivage ami…

(Yves Morel)

Illustration: Odilon Redon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

LUMINEUSE (Yves Morel)

Posted by arbrealettres sur 6 juillet 2015




LUMINEUSE

Un jour je l’écrirai le poème.
Le poème le plus tendre
que l’on n’ait jamais écrit
sur une femme lumineuse.
Je le sens qui monte en moi
comme lorsque le désir
monte en elle.
Une femme que j’adore.
La femme.
Celle qui a fait de moi
un satellite
proche de sa galaxie.
Je l’écrirai un jour
qu’elle aura chaviré mon vieux coeur
un peu plus qu’à l’ordinaire.
Il jaillira le poème
comme un besoin naturel,
pour vanter tout ce charme
qui m’a explosé au regard
le jour où je l’ai croisée.

Et comme elle,
il sera libre,
le poème.

(Yves Morel)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

NÉVRALGIES (Yves Morel)

Posted by arbrealettres sur 4 juillet 2015




NÉVRALGIES

Il me reste des névralgies d’une jeune belle
pareilles à de pauvres nostalgies de djebell’s
où de lents soleils mauves
rouillent et cuivrent, face et pile,
ses jambes déjà fauves.
Je tiens des névralgies de mous ciels versatiles
déversant sur sa peau moite d’inutiles averses,
que de lents remous bleus d’ étoiles traversent.. .
Là où des plages repues vacillent
sous des formes lascives
qu’essorent
des nuages aux loques phosphores.
Je tiens des symphonies de son long corps indolent
somnolant,
parfumé d’herbes et d’odeurs
plaquées sous maille et sueur,
quand la traverse feule
roulant branches et feuilles
que foulent
d’atones fumées saoules…
J’ai des nostalgies d’une longue belle
telles des frénésies de décibels.
La plaine suffoque de vapeurs saugrenues,
la vague vient faire grève
sur son corps presque nu.

(Yves Morel)

Illustration: William Bouguereau

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :