Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘zéro’

Le vol (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2018




    
Le vol : passage du un au zéro, puis au un,
puis au zéro

(Pierre Garnier)

 

Recueil: Ornithopoésie
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Zéro en maths (Christophe Jubien)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018




    
Zéro en maths –
comme il tremble
le petit menton !

(Christophe Jubien)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

Recueil: L’année où ma mère est née au ciel Haïkus
Traduction:
Editions: Solstice

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

S’il fallait renvoyer chez eux Les mots (Bernard Chambaz)

Posted by arbrealettres sur 9 février 2018



    

S’il fallait renvoyer chez eux
Les mots arabes ou arabo-persans
Ca ferait du monde
Et un drôle de vide sur notre carte de séjour :
Azur hasard
D’algèbre à zénith
Jupe (ce serait dommage) & matelas & nuque (mon amour)
Abricot & sirop & sorbet & sucre & tambour
Sans oublier la famille (tambourin
tambour battant) & guitare & lilas luth nénuphar orange
Maboul comme azimut qui va bien & comme
Zéro qui nous résume
Et on serait bien ennuyé

(Bernard Chambaz)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE LABOUREUR ET SES ENFANTS (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2018




    
LE LABOUREUR ET SES ENFANTS

Pas de trésor caché dedans
Pas plus que dans mon poing qui meurt
De source claire
Rien sur le dos ni sous la paume de la terre
Rien à gratter sur l’oeuf en plâtre de la terre
Plus de petits poussins tremblants dans les sentiers
Plus de femme en peignoir à fleurs sur le palier
Plus de foule au balcon pour voir passer la foule
Plus de mousse qui perle et de pierre qui roule
Plus de chalands à quai
Plus de lustres au plafond
Plus de zéro de conduite et de leçons
Plus rien qui vaille encor la peine de distraire
Ce temps de nous
A la veille de la misère.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mauvais voisin (Paul Vincensini)

Posted by arbrealettres sur 7 novembre 2017



Mauvais voisin

L’amour ne viendra plus
Coller son nez sur mes carreaux
Ni enfoncer ma porte

Plus rien n’est vrai
Que la grimace atroce du zéro
Et ma maison était un mensonge

Je dors debout comme un cerceau
Au milieu de la pluie et des arbres

(Paul Vincensini)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Suis née (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 23 mai 2017



    

Suis née, vis
par « et », plus « et »

enfant et mûre et vieille,
éveillée et dormant,
écrivant, voyageant,

j’attends le zéro « et »

dispersée, alors,
sans avoir découvert
ce que j’ajoutais
à quoi j’ajoutais

qui à quoi rendit
ce « et » sempiternel, à la fin rabouté au néant.

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si ça est un que serait deux ? (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2017



Si ça est un
que serait deux ?

Ce n’est pas seulement un plus un.
Parfois c’est deux
sans cesser d’être un.
Comme parfois un
ne cesse pas non plus d’être deux.

Les comptes de la réalité ne sont pas clairs
du moins ce qui ne l’est pas,
c’est notre lecture de ses résultats.
Ainsi nous échappe
ce qu’il y a entre un et un,
comme nous échappe ce qu’il y a
simplement à l’intérieur de un,
et nous échappe
ce qu’il y a dans moins un,
ou nous échappe le zéro
qui entoure et accompagne toujours
un et deux.

La rose, est-elle une ?
L’amour, est-il deux ?
Le poème, n’est-il ni l’un ni l’autre ?

(Roberto Juarroz)

Découvert ici: https://ecriturbulente.com/

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si ça est un que serait deux ? (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2017



Si ça est un
que serait deux ?
Ce n’est pas seulement un plus un.

Parfois c’est deux
sans cesser d’être un.

Comme parfois un
ne cesse pas non plus d’être deux.

Les comptes de la réalité ne sont pas clairs
du moins ce qui ne l’est pas,
c’est notre lecture de ses résultats.

Ainsi nous échappe
ce qu’il y a entre un et un,
comme nous échappe ce qu’il y a
simplement à l’intérieur de un,

et nous échappe
ce qu’il y a dans moins un,
ou nous échappe le zéro
qui entoure et accompagne toujours
un et deux.

La rose, est-elle une ?
L’amour, est-il deux ?
Le poème, n’est-il ni l’un ni l’autre ?

(Roberto Juarroz)

Découvert ici: https://ecriturbulente.com/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POEziE (Bernard Chambaz)

Posted by arbrealettres sur 9 décembre 2016



POEziE

J’aime les mots
qui commencent par Z
comme zéro
ou zèbre
et zinzin
qui m’amusent
mais j’aime aussi
Buzz et Booz
les noms qui finissent par z
comme la fin des haricots

(Bernard Chambaz)

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

JOHN ET JANE (Thomas Hardy)

Posted by arbrealettres sur 30 août 2016



le couple opus5

 

JOHN ET JANE

I
Pour lui le monde est un bruyant séjour
Où tout nous montre un visage agréable
Et de charmants spectacles en permanence,
John.

II
Pour eux le monde est un lieu de plaisirs
Tout y est grâce et ravissement,
Et jamais n’y décroît la lumière,
John et Jane.

III
Pour eux leur chaumière est un palais
Qui protège le fleuron de la race humaine,
Un héros peut-être et de grand avenir,
John, Jane et leur enfançon.

IV
Pour eux le monde est un horrible lieu
Où le rire devient la grimace d’un crâne,
Tel un pèlerinage dont ils souhaitent la fin.
John, Jane et leur zéro de fils.

***

JOHN AND JANE

I
He sees the world as a boisterous place
Where all things bear a laughing face,
And humorous scenes go hourly on,
Does John.

II
They find the world a pleasant place
Where all is ecstasy and grace,
Where a light has risen that cannot wane,
Do John and Jane.

III
They see as a palace their cottage place,
Containing a pearl of the human race,
A hero, maybe, hereafter styled,
Do John and Jane with a baby-child.

IV
They rate the world as a gruesome place,
Where fair looks fade to a skull’s grimace, —
As a pilgrimage they would fain get done —
DoJohn and Jane with their worthless son.

(Thomas Hardy)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :