Arbrealettres

Poésie

Rester humain (Wang Wei)

Posted by arbrealettres sur 26 octobre 2017



J’aime mon perchoir au bois sauvage,
J’aime boire aux torrents…
Vulgaires façons de miséreux
A tunique rude et crin chenu…
En fait de sagesse, je ne sais pas grand-chose,
Rester humain, voilà où j’excelle.

(Wang Wei)

3 Réponses vers “Rester humain (Wang Wei)”

  1. celle la me plait bien!!! on se veut tous parfait et on en oublie d’etre humain… bises mon poete philosophe

  2. Un ambiboeuf songeur
    ————–

    L’ambiboeuf sur la plaine a vu la nuit s’étendre,
    Les chemins sont déserts et le vent souffle fort ;
    Une étoile scintille et le village dort,
    Au loin sonne une cloche, à peine on peut l’entendre.

    Aux yeux de ce penseur tout cela n’est que cendre,
    Ce qui maintenant vit dès demain sera mort ;
    Il nous est demandé d’accepter un tel sort,
    Quant à notre ambiboeuf, il daigne y condescendre.

    Même si son parcours n’est pas jonché de roses,
    Son âme n’est pas triste, elle est fraîche et dispose,
    Son esprit est paisible et son coeur reste pur.

    Il consulta jadis les sages de la Chine
    Et retint leur leçon, qui est subtile et fine,
    Et que dans son manoir il grava sur un mur.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :