Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘nuage’

LES NUAGES (Michel Lermontov)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2022




    
LES NUAGES

Nuages vagabonds, éternels pèlerins
Par la steppe azurée, en des colliers de perles,
Vos libres flots, sans être ainsi que moi contraints,
Du nord abandonné vers le sud se déferlent.

Qu’est-ce qui vous poursuit: implacable destin,
Secrète jalousie ou haine qui se terre,
Ou portez-vous le poids d’un crime clandestin,
Sentez-vous des amis le souffle délétère?

Vous en avez assez de ces plaines flétries.
Exempts de passions, gardant votre équilibre,
Vous ignorez l’exil, à défaut de patrie,
Eternellement froids, éternellement libres.

(Michel Lermontov)

Recueil: Michel Lermontov Poèmes
Traduction: Igor Astrow
Editions: Du Tricorne

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOLITUDE (Irma Kurti)

Posted by arbrealettres sur 26 mars 2022



Illustration: Nik Helbig    
    
Poem in French, English, Spanish, Dutch and in Albanian, Arabic, Armenian, Bangla, Bosnian, Catalan, Chinese, Farsi, Filipino, German, Greek, Hebrew, Hindi, Icelandic, Indonesian, Irish (Gaelic), Italian, Japanese, Kiswahili, Kurdish, Macedonian, Malay, Polish, Portuguese, Romanian, Russian, Sardinian, Serbian, Sicilian, Swedish, Tamil
Poem of the Week Ithaca 721 “SOLITUDE”,
IRMA KURTI, (Albania-Italy)

– All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt –

SOLITUDE

La solitude frappa à la porte
de ma chambre, numéro trente -trois.
Semblable à un grand nuage sombre
l’ennui vint dans mon lit, sans bruit.

Les draps étaient des feuilles de papier vierge.
Il n’y avait personne pour se soucier de moi.
Personne à qui je pouvais téléphoner.
J’étais vraiment un étranger dans ce pays.

J’ai demandé à mon image dans le miroir:
“A quoi servent mes lèvres et mes yeux
cette longue et belle chevelure
que personne ne palpe ni ne caresse?”

(Irma Kurti)

(Albanie – Italie)
Traduction Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache

***

SOLITUDE

The solitude knocked at the door
to my room—number thirty-three.
The boredom entered my bed
like a big dull cloud—silently.

The sheets were blank pieces of paper.
No one was there to care about me.
I didn’t have a single person to call.
I was just a stranger in this country.

I asked my reflection in the mirror:
“Why do I need my lips and eyes
this long and beautiful hair
that nobody caresses and touches?”

IRMA KURTI (Albania-Italy)

***

SOLEDAD

La soledad llamó a la puerta
de mi habitación-número treinta y tres.
El aburrimiento entró en mi cama
como gran nube opaca, silenciosa.

Las sábanas eran hojas de papel en blanco.
No había nadie preocupada por mí.
Ni una sola persona a quien llamar.
Fui una extranjera en este país.

Pregunté a mi reflejo en el espejo:
« ¿Para qué necesito mis labios y mis ojos,
este pelo largo y hermoso
que nadie toca ni acaricia? »

IRMA KURTI (Albania-Italia)
Traducción Germain Droogenbroodt – Rafael Carcelén

***

EENZAAMHEID

De eenzaamheid klopte aan de deur
van mijn kamer, nummer drieëndertig.
Een grote donkere wolk gelijk
kwam de verveling in mijn bed, geluidloos.

De lakens waren onbeschreven bladen van papier.
Er was niemand om zich over mij te bekommeren.
Er was niemand die ik kon telefoneren.
Ik was gewoon een vreemdeling in dit land.

Ik vroeg mijn beeld in de spiegel:
« Waarom heb ik mijn lippen en ogen nodig
dit lange en mooie haar
dat niemand aanraakt en streelt? »

IRMA KURTI (Albanië-Italië)
Vertaling Germain Droogenbroodt

***

VETMIA

Sonte më mundi vetmia
në dhomën time numër dyqind,
si re e zezë në shtrat m’u fut mërzia
e s’munda të fle kurrësesi.

M’u duk se në botë isha vetëm fare,
askush nuk mendonte për mua,
s’kisha asnjë njeri të dashur,
në këtë vend isha si një e huaj.

Pasqyrës pastaj i ndjejta përballë
ç’i doja këta sy të mëdhenj, këto buzë,
këto flokë të gjatë, të gjatë
që s’i prekte askush?

IRMA KURTI (Shqipëri- Itali)

***

وِحْدَةٌ

تَطْرُقُ الوِحْدَةُ بَابَ غُرفَتِي
ذَاتِ الرَّقْمِ ــــــــــ « ثَلَاثَةً وَثَلَاثِينَ »
فَيَأْوِي المَلَلَ إِلَى سَرِيرِي
كَمِثْلِ سَحَابَةٍ كَبٍيرَةٍ
بَارِدَةٍ … وَصَامِتَة
وَالمَلَاءَاتُ تَبْدُو كَأَوْرَاقٍ بَيْضَاء فَارِغَةٍ

لَا أَحَدَ كَانَ لِيَهْتَمَّ بِي
لَمْ أَجِد شَخْصًا وَاحِدًا لِأَتَكَلَّمَ مَعَهُ
فَأَنَا غَرِيبَةٌ فِي هَذِه البِلَاد

أَسْأَلُ انْعِكَاسِي فِي المِرْآَة:
– لِمَاذَا أَحْتَاجُ إَلَى شَفَتَايَ وَعُيُونِي
وَإِلى هَذَا الشَّعْرِ المُنْسَدِلِ الطَوِيل الجَمِيل
الذَي لَا يَرَاهُ أَحَدٌ أَو يَلْمِسَهُ؟

إيرما كورتي (IRMA KURTI)، ألبانيا-إيطاليا
ترجمة للعربية: عبد القادر كشيدة
Translated into Arab by Mesaoud Abdelkader

***

ՄԵՆՈՒԹՅՈՒՆ

Մենությունը թակեց դուռս՝
համար երեսուներեք:
Ձանձրույթը լուռ մտավ իմ անկողին՝
որպես մի մեծ տաղտկալի ամպ:

Թերթերը դատարկ թղթի կտորներ էին:
Իմ մասին հոգ տանող չկար:
Չկար մեկը, ում զանգեի:
Ես սոսկ օտարական էի այս քաղաքում:

Ես հարցրեցի հայելու միջի իմ անդրադարձին.
՛՛Ինչի՞ս են պետք շուրթերս ու աչքերս,
այս գեղեցիկ մազերս,
որոնց ոչ ոք չի հպվելու ու գրկելու՛՛:

Իրմա Քուրտի (Ալբանիա-Իտալիա)
Translated into Armenian Armenuhi Sisyan

***

নিঃসঙ্গতা

নিঃসঙ্গতা কড়া নেড়েছিল আমার ঘরের
দরজায় – নম্বর ৩৩ ।
বিষন্নতা আমার বিছানার পাশে প্রবেশ করেছিল
ঠিক যেন বড় নিষ্প্রভ মেঘের মত – নিঃশব্দে

কাগজ গুলো ছিল ফাঁকা কাগজের টুকরো ।
কেউ ছিল না আমার পাশে মনোযোগী হয়ে যত্ন নেওয়ার জন্য ।
কেউ ছিলনা আমার পাশে যাকে আমি ডাকতে পারি একটিবার
আমি ছিলাম শুধুমাত্র একজন আগুন্তুক এই দেশে

আমি আমার প্রতিবিম্ব কে জিজ্ঞাসা করলাম:
“কেন আমার চাই ঠোটার চক্ষু যুগল
চাই এই দীর্ঘ আর সুন্দর কেশ
যাদের কেউ করেনা চুম্বন আর করেনা স্পর্শ?”

ইরমা কুর্তি (আলবেনিয়া-ইতালি)
Bangla Translation: Tabassum Tahmina Shagufta Hussein

***

SOLITUDE

Samoća je pokucala na vrata
u moju sobu – broj trideset tri.
Dosada je ušla u moj krevet
kao veliki tupi oblak — tiho.

Listovi su bili prazni komadi papira.
Niko nije bio tamo da brine o meni.
Nisam imao nijednu osobu za poziv.
Bio sam samo stranac u ovoj zemlji.

Pitao sam svoj odraz u ogledalu:
„Zašto mi trebaju moje usne i oči
ovu dugu i prelepu kosu
da niko ne mazi i ne dira?”

IRMA KURTI (Albanija-Italija)
Translation in Bosnian: Mait Corbic

***

SOLITUD

La solitud va trucar a la porta
de la meva habitació-número trenta-tres.
L’avorriment va entrar al meu llit
com un gran núvol opac, silenciós.

Els llençols eren fulles de paper en blanc.
No hi havia ningú per preocupar-se de mi.
No hi havia ni una persona per trucar.
Vaig ser una estrangera en aquest país.

Vaig preguntar al meu reflex al mirall:
« Per què necessito els meus llavis i els meus ulls
aquest cabell llarg i bonic
que ningú toca i acaricia? »

IRMA KURTI (Albània-Itàlia)
Traducció al català: Natalia Fernández Díaz-Cabal

***

独 居

孤独敲响了33号
——我的房间的门。
无聊就像一块巨大的阴云
——静静地进入我的床。

这些床单是空白碎纸片。
床单上没人关心我。
我没有一个人可以打电话。
在这个国家我只是个陌生人。

我问镜子里我的影像:
“为什么我需要我的嘴唇和眼睛
和没人爱抚和触摸的
这长而漂亮的头发?”

原作:阿尔巴尼亚-意大利 伊尔玛·库蒂
汉译:中 国 周道模 2022-2-26
Translated into Chinese by Willam Zhou

***

تنهایی

تنهایی ضربه زد
به در اطاقم- شماره‌ سی‌و‌سه.
کسالت وارد اطاقم شد
مانند ابری کسل‌ کننده بزرگ و بی‌صدا.

رونختی‌ها تکه‌هایی از کاغذ سفید بودند.
کسی آنجا نبود تا از من مراقبت کند.
کسی را نداشتم تا با او تماس بگیرم.
غریبه‌یی بودم در این کشور.

از خودم در آینه پرسیدم:
برای چه لب و چشم می‌خواهم
یا که این موهای بلند زیبا را
که کسی نوازش و لمس‌شان نمی‌کند؟

ایرما کورتی( آلبانی- ایتالیا)
ترجمه از سپیده زمانی
Translated into Farsi by Sepedih Zamani

***

KAPANGLAWAN

Ang kapanglawan ay kumakatok sa pinto
sa kwarto ko-bilang na tatlumpo’t tatlo
Ang pagkainip ay pumasok sa aking higaan
tulad ng isang malaking ulap makulimlim at tahimik.

Ang mga sapin ay mga blangkong piraso ng papel
Walang sinuman doon ang nag-aalaga sa akin.
Wala akong matawagan kahit isang tao.
Ako ay isang lamang estranghero sa bansang ito.

Tinanong ko ang aking anino sa salamin:
“Bakit kailangan ko ang ang aking labi at mga mata
Itong aking mahaba at magandang buhok
na wala namang humahamplos at sumasaling?”

IRMA KURTI (Albania-Italy)
Translation in Filipino Language-Eden Soriano Trinidad

***

EINSAMKEIT

Die Einsamkeit klopfte an die Tür
meines Zimmers Nummer dreiunddreißig.
Die Langeweile kam in mein Bett
wie eine große dumpfe Wolke ─ lautlos.

Die Laken waren leere Blätter Papier.
Keiner war da, der sich um mich kümmerte.
Keiner war da den ich anrufen konnte.
Ich war einfach eine Fremde in diesem Land.

Ich fragte mein Spiegelbild:
« Wozu brauche ich meine Lippen und Augen,
dieses lange und schöne Haar
das niemand berührt und streichelt? »

IRMA KURTI (Albanien-Italien)
Übersetzung Germain Droogenbroodt – Wolfgang Klinck

***

ΜΟΝΑΞΙΑ

Η μοναξιά χτύπησε την πόρτα
του δωματίου μου, αριθμός 33.
Η πλήξη έπεσε στο κρεββάτι μου
σιωπηλά, σαν μεγάλο ανιαρό σύννεφο

Τα σεντόνια, άγραφτα κομμάτια χαρτί
κανείς δεν ήταν εκεί να με προσέξει.
Δεν είχα κανένα να καλέσω
ήμουν ξένος στη χώρα αυτή.

Ρώτησα το είδωλο μου στον καθρέφτη:
Γιατί να `χω χείλη και μάτια
κι αυτά τα μακριά ωραία μαλλιά
που κανείς πια δεν χαιδεύει;

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη
Translated into Greek by Manolis Aligizakis

***

בדידות / אירמה קורטי (אלבניה-איטליה)
Irma Kurti

הַבְּדִידוּת דָּפְקָה בְּדֶלֶת
חַדְרִי – מִסְפָּר שְׁלוֹשִׁים וְשָׁלוֹשׁ.
הַשִּׁעֲמוּם נִכְנַס לְמִטָּתִי
כְּמוֹ עָנָן גָּדוֹל וְסָתוּם – בִּדְמָמָה.

הַגִּלְיוֹנוֹת הָיוּ פִּסּוֹת נְיָר רֵיקוֹת.
לְאִיש לֹא הָיָה אִכְפַּת מִמֶּנִּי.
לֹא הָיְתָה לִי נֶפֶשׁ חַיָּה לְהִתְקַשֵּׁר אֵלֶיהָ.
הָיִיתִי פָּשׁוּט זָרָה בַּמְּדִינָה הַזּוֹ.

שָׁאַלְתִּי אֶת הִשְׁתַּקְּפוּתִי שֶׁבַּמַּרְאָה:
« לָמָּה אֲנִי צְרִיכָה אֶת הַשְּׂפָתַיִם וְהָעֵינַיִם שֶׁלִּי
הַשֵּׂעָר הָאָרֹךְ וְהַיָּפֶה הַזֶּה
שֶׁאַף אֶחָד לֹא מְלַטֵּף וְנוֹגֵעַ? »

תרגמה מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
הציור של Nik Helbig

תרגום מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
Translated into Hebrew by Dorit Weisman

***

एकाकीपन

एकांत ने दरवाजे पर दस्तक दी
मेरे कमरे में—नंबर तैंतीस।
बोरियत ने मेरे बिस्तर में प्रवेश किया
एक बड़े सुस्त बादल की तरह-चुपचाप।

चादरें कागज के कोरे टुकड़े थीं।
वहां मेरी सुध लेने वाला कोई नहीं था।
मेरे पास कॉल करने के लिए
एक भी व्यक्ति नहीं था।
मैं इस देश में सिर्फ एक अजनबी था।

मैंने आईने में अपने प्रतिबिंब से पूछा:
« मुझे अपने होठों और आँखों की आवश्यकता क्यों है
ये लंबे और खूबसूरत बाल की
जो कोई दुलारता
और छूता नहीं?”

इरमा कुर्ती (अल्बानिया-इटली)
Hindi translation by Jyotirmaya Thakur.

***

EINSEMD

Einsemdin drap hér á dyrnar
— ég dvel númer þrjátíu og fimm.
Leiðindin lögðust í rúm mitt,
litlaust ský — þögul, dimm.

Rúmfötin óskráðar arkir.
Enginn sem leiddi að mér hug.
Engan ég hafði að hringja í.
Hér var ég ókunnug.

Þá spurði ég spegilmynd mína:
„Má spara munn og stjörnur tvær,
síða og sólbjarta hárið
sem engar gælur fær?”

IRMA KURTI (Albaníu-Ítalíu)
Þór Stefánsson þýddi
Translated into Icelandic by Thor Stefansson

***

KESENDIRIAN

Kesendirian mengetuk pintu
kamarku—nomer tiga puluh tiga.
Kejemuan masuk tempat tidur
seperti awan besar yang beku – senyap.

Seprai bagai secebis kertas putih
Tidak seorang pun peduli.
Aku tak memiliki seorang pun untuk dihubungi.
Aku hanya orang asing di negeri ini.

Aku tanya pada refleksi di cermin:
“Mengapa aku perlu bibir, mata lentik
dan rambut panjang yang cantik
tak ada seorang pun sentuh dan belai?”

IRMA KURTI (Albania-Italy)
Translation by Lily Siti Multatuliana (Indonesia)

***

UAIGNEAS

Chnag an t-uaigneas ar dhoras
Mo chillín—uimhir tríocha a trí.
Isteach leis sa leaba liom
Amhail scamall dhubh dhorcha—go fáilí.

B’ionann na braillíní agus páipéar bán
Gan lorg a choirp le feiceáil ann.
Gach éinne ar nós cuma liom
Faoin strainséar ina luí san áit sin.

D’fhiafraigh mé díom féin sa scáthán:
“Cén mhaith an béal is an tsúil,
Cén mhaith an ghruaig is an craiceann
Don té gan teagmháil gan dúil?”

IRMA KURTI (an Albáin-an Iodáil)
Leagan Gaeilge le Rua Breathnach
Translated into Irish (Gaelic) by Rua Breathnach

***

LA SOLITUDINE

Stasera mi ha sconfito la solitudine
nella mia stanza numero duecento.
Come una nuvola nera la tristezza
si è tuffata forzatamente nel mio letto.

Mi sembrava che nel mondo fossi sola
ed esso non mi appartaneva,
non avevo nemmeno un amore,
in questo paese ero una straniera.

Mi sono chiesta davanti allo specchio:
“A cosa servono questi occhi, le labbra,
questi bei neri e lunghi capelli
che nessuno, nessuno accarezza?”

IRMA KURTI (Albania-Italia)

***

孤独

孤独がわたしの部屋33号室の戸をたたいた
退屈がベッドにやってきた
どんよりとした大きな雲のように
ひっそりと

シーツは何も書かれていない紙切れの束
わたしのことなど気にかける人はいなかった
誰一人として電話をかける相手はいない
わたしはこの国で何者でもない

鏡に映る自分に訊いてみた
「何故わたしには唇や目、それにこの長くて美しい髪が
必要なの?誰も撫でてくれないのに。」

イルマ・クルティ(アルバニア/イタリア)
Translated into Japanese by Manabu Kitawaki

***

UPWEKE

Upweke uligonga kwenye mlango wa chumba changu – nambari thelathini na tatu.
Uchovu uliingia kitandani mwangu, kama wingu kubwa lililo na mwanga mdogo – kwa kimya.

Karatasi hizo zilikuwa vipande tupu.
Hakukuwa na mtu wa kunijali.
Sikuwa na mtu hata mmoja wa kupigia simu.
Nilikuwa mgeni tu katika nchi hii.

Niliuliza tafakuri yangu kwenye kioo:
“Kwa nini ninahitaji midomo na macho yangu, na nywele ndefu na mzuri, ambazo hakuna mtu anayebembeleza na kuziguza?”

IRMA KURTI (Albania-Italy)
Shairi limetafsiriwa na Bob Mwangi Kihara
Translated into Kiswahili by Bob Mwangi Kihara

***

TENYAYÎ

Tenyayî li deriyê min
yê hejmar sîûsisiyan dixîne.
Mirûsî hat nav nivîna min
mîna ewrekî pirşil – bêdeng.

Melfe kaxetên vala bûn.
Kes ne bû ku ji min re xemxur be.
Kes ne bû ku têlêfon ê bikim.
Ez bisanahî biyaniyek bûm li vî welatî.

Min li wêneyê xwe yî di nînikê de pirskir:
„Ji bona çi ez lêv û çehvên xwe bikarbînim,
ev porê dirêj û ciwan
tucaran wê netê pelandin û dest di ser re bê gerandin?“

ÎRMA KURTÎ Elbaniya – Îtaliya
Translation into Kurdish by Hussein Habasch

***

САМОТИЈА

Самотијата зачука на вратата
од мојата соба— број триесет и три.
Досадата влезе во мојот кревет
како голем досаден облак – тивко.

Чаршафите беа празни парчиња хартија.
Никој немаше таму за да се грижи за мене.
Немам кому да се јавам.
Јас сум само странец во оваа земја.

Го запрашав мојот одраз во огледалото:
„Зошто ми се усниве и очиве
оваа долга и убава коса
кога никој ниту ги бакнува ниту ги допира?”

Irma Kurti (Albania-Italy)
Ирма Курти (Албанија-Италија)
Превод од англиски на македонски: Даниела Андоновска-Трајковска
Translation from English into Macedonian: Daniela Andonovska Trajkovska

***

SAMOTNOŚĆ

Samotność zapukała w drzwi
mego pokoju — numer trzydzieści trzy.
Do łóżka zawitała nuda
po cichu – jak duża ciemna chmura.

Prześcieradłami były czyste strzępy papieru.
Nie było nikogo, kto by o mnie dbał.
Nie miałam do kogo zadzwonić.
Byłam w tym kraju kimś obcym.

Zapytałam własne odbicie w lustrze:
“Na cóż mi usta i oczy
Tak długie i piękne włosy
Których nikt nie pieści I nie dotyka?”

IRMA KURTI (Albania-Włochy)
Translated to Polish: Mirosław Grudzień – Anna Maria Stępień

***

SOLIDÃO

A solidão bateu à porta
do meu quarto número trinta e três.
O tédio entrou no meu leito
como uma grande nuvem opaca, silenciosa.

Os lençóis eram folhas de papel em branco.
Não havia ninguém para se preocupar comigo.
Não havia nem uma pessoa para telefonar.
Fui uma estranjeira neste país.

Perguntei ao meu reflexo no espelho:
« De que me servem os meus lábios e os meus olhos
este cabelo longo e belo
que ninguém toca e ninguém acaricia? »

IRMA KURTI (Albânia-Itália)
Tradução portuguesa: Maria do Sameiro Barroso

***

ÎNSINGURARE

Însingurarea mi-a bătut la ușă
– aveam camera numărul treizeici și trei.
În pat s-a așezat plictisul lângă mine
un nor apăsător și mare – și mut.

Așternutul era alb ca foaia de hârtie.
Nu avea cine să mă îngrijească.
N-aveam un om pe care să îl sun.
Eram doar o străină în țara aceasta.

Mi-am întrebat imaginea în oglindă:
„Ce folos am de buze și de ochi,
de părul meu bogat și mătăsos
când stau neatinse și nemângâiate? »

IRMA KURTI (Albania-Italia)
Translated into Romanian by Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

ОДИНОЧЕСТВО

Одиночество постучалось в дверь
моей комнаты под номером тридцать три.
Бесшумным темным облаком
забралось в мою постель раздражение.

Простыня – бело-девственная бумага.
Нет никого, кто обо мне бы плакал.
Нет никого, кто мне бы позвонил.
В этом краю была я всем чужой.

Спросила ту, что в зеркале:
«Зачем мне губы и глаза,
для чего мне красивые волосы,
когда их никто не трогает и не гладит?»

ИРМА КУРТИ (Албания – Италия)
Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой
Translated into Russian by Daria Mishueva

***

SOLEDAE

Sa soledae at bussadu a sa janna
de s’aposentu meu -nùmeru trintatres.
S’annaentu si nch’est imbucadu in su letu
che a una nue manna iscurigosa de preitza -a sa muda-

Sos fozos fiant arrogus de paperi biancu.
Nemus fiat innia pro m’abbaidare.
No tenia nemus de lamare.
Fipo istranza in custa bidda.

Apo pedidu a sa màzina mea relughida a s’isprigu:
“prite tenzo abisonzu de sas laras mias e de sos ocros meos
custus pilos longus e ispantosus
chi nemus carìnniat ni tocat?”

IRMA KURTI (Albania-Italia)
Traduzione di Luca Benassi

****

SAMOĆA

Pokuca samoća na vratima
moje sobe-broj trideset tri.
Dosada se uvukla u moj krevet
kao veliki mekan oblak-bezčujno.

Posteljina behu prazni parčići papira.
Ne beše nikog da se brine o meni.
Nemah ni jednu osobu da bih je pozvala.
Bejah samo stranac u toj zemlji.

Upitah moj lik u ogledalu:
„Šta će mi usne, oči,
ova duga lepa kosa
koje niko ne miluje
i niko ne voli?“

IRMA KURTI (Albanija-Italija)
Sa engleskog prevela S. Piksiades
Translated into Serbian by S. Piksiades

***

SULITÀ

La sulità tuppuliau a la porta
dâ me stanza — numiru trentatrì–,
La noia ntrasiu nta lu me lettu
comu na gran neula sculuruta, mutangara

Li linzola eranu pezzi di carta vacanti
Non c’era nuddu ca si ntirissava di mia.
Non avia a nuddu ca puteva chiamari.
Era furistera nta sta stu paisi.

Dumannaiu a la me immagini ntô specchiu:
Pirchì haju sti labbra e st’occhi,
sti capiddi longhi e beddi
si nuddu m’accarizza e tocca?

IRMA KURTI (Albania-Italy)
Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

***

ENSAMHET

Ensamheten knackade på dörren
Till mitt rum Nr 93
Orkeslösheten klev in
Och lade sig i min säng
Likt ett tungt och sorgfyllt moln

Ljudlöst
Lakanen bestod av
Enbart blanka pappersbitar
Ingen fanns till hands
För att ta hand om mig
Inte en enda kunde jag ringa

Jag var blott ännu
En främling i detta land
Så jag frågade min egen spegelbild
Till vad behöver jag
Mina ögon och mina läppar
Mitt långa vackra hår
Som ingen bryr sig om
Eller berör?

IRMA KURTI (Albania-Italy)
Translation into Swedish: Per Josefsson

***

தனிமை

எனது 33ஆவத்ய் அறையின் கதவை
தனிமை தட்டியது.
அமைதியாக பெரும் சலிப்படைந்த மேகம் போல
தனிமை என் படுக்கையை அடைந்தது.

வெறுமையான காகிதம் போன்ற விரிப்பு
என்னைப்பற்றி கவலைப்பட யாரும் இல்லை
நான் கூப்பிடுவதற்கு யாரும் இல்லை
இந்த நாட்டிற்கு நான் ஒரு புதியவன்

கண்ணாடியின் பிரதிபலிப்பிடம் கேட்டேன்
யாரும் தொடாத, அன்புடன் பார்க்காத
எனது உதடுகளும், கண்களும்
அழகான நீளமான முடியும்
எனக்கு எதற்கு?

ஆல்பேனிய இர்மா குர்தி
Translated into Tamil by DR. N V Subbaraman

Recueil: ITHACA 721
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PARTOUT ON TUE (Maurice Carême)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2022



 

PARTOUT ON TUE

A quoi servirait-il de fuir ?
Partout on tue, on incarcère.
Le monde est lassé à mourir
De tant de haines et de guerres.

Et l’on a beau scruter le ciel,
Chercher derrière les nuages
Une lueur providentielle,
Rien que la nuit, que les orages.

Et l’on a beau vouloir parler
A cœur franc de ce qui nous hante.
La crainte nous serre le ventre,
Et personne n’ose parler.

Et l’on a beau vouloir crier
Qu’on a les pieds, les mains liés.
Comme personne ici ne crie,
On se tait par humilité.

(Maurice Carême)

Illustration: David Olère

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA GUERRE LA CHANSON DE L’OURAGAN (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2022




    
LA GUERRE
LA CHANSON DE L’OURAGAN
L’empereur Kao-Ty

L’ouragan furieux, court par le ciel,
et pourchasse les nuages, qui roulent et s’enfuient.
C’est ainsi que ma puissance, a culbuté les ennemis et les a dispersés…

De tous les horizons, ils ont disparu,
maintenant, et je peux rentrer dans mon empire.

Mais où trouverai-je des braves, d’un souffle assez fort,
pour maintenir le ciel pur, autour de mes frontières ?

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE MAURE (Nathalie Handal)

Posted by arbrealettres sur 15 mars 2022



Illustration
    
LE MAURE

Voici ce que je vois :
un grain de blé dans la main d’un petit garçon

pieds nus sur les routes sans nom,
qui dort dans le rêve de quelqu’un d’autre.

Un oud, un violon, une guitare,
un miroir de rosée,

un homme qui va se déshabiller
une femme qui regarde

Un voyageur
qui retourne
partout

et l’étourderie
qui échappe à elle-même.

Mektoûb, dit le Maure,
nous tenons les nuages entre nos lèvres
et nous croyons voir Dieu dans notre souffle.

(Nathalie Handal)

 

Recueil: Anthologie des femmes poètes du monde arabe
Traduction: Maram al-Masri
Editions: Le Temps des Cerises

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jean-Daniel (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2022



Illustration: Marfa Indoukaeva
    
Jean-Daniel

I

Ce jour-là, quand je t’ai vue,
j’étais comme quand on regarde le soleil;
j’avais un grand feu dans la tête,
je ne savais plus ce que je faisais,
j’allais tout de travers comme un qui a trop bu,
et mes mains tremblaient.

Je suis allé tout seul par le sentier des bois,
je croyais te voir marcher devant moi,
et je te parlais,
mais tu ne me répondais pas.

J’avais peur de te voir, j’avais peur de t’entendre,
j’avais peur du bruit de tes pieds dans l’herbe,
j’avais peur de ton rire dans les branches;
Et je me disais: «Tu es fou,
ah! si on te voyait, comme on se moquerait de toi! »
Ça ne servait à rien du tout.

Et, quand je suis rentré, c’était minuit passé,
mais je n’ai pas pu m’endormir.
Et le lendemain, en soignant mes bêtes,
je répétais ton nom, je disais: « Marianne… »
Les bêtes tournaient la tête pour entendre;
je me fâchais, je leur criais: « Ça vous regarde?
allons, tranquilles, eh! Comtesse, eh! la Rousse… »
et je les prenais par les cornes.

Ça a duré ainsi trois jours
et puis je n’ai plus eu la force.
Il a fallu que je la revoie.
Elle est venue, elle a passé,
elle n’a pas pris garde à moi.

II

Les amoureux, c’est pour les filles
comme un écureuil dans un arbre;
elles s’amusent à le voir grimper:
sitôt qu’il est loin, il est oublié.
Elles ne pensent qu’à des bagues,
à des chapeaux, à des colliers;
qu’est-ce que çа leur fait qu’on souffre?
sitôt qu’on est loin, on est oublié.

C’est des miroirs à alouettes,
ça brille à distance, mais, quand on est près,
ça n’est plus rien que des morceaux de verre.
Il faut être bien fou pour leur courir après.

Ces filles, c’est comme des poupées
faites avec des ficelles et du carton;
ça a des joues en porcelaine,
ça a le ventre plein de son.

Mais on a beau dire et beau faire,
on n’y peut rien:
quand on est pris, c’est qu’on l’est bien.

III

Je lui demandé pardon dans mes pensées
de l’avoir ainsi méprisée.
Je sais qu’elle est douce et qu’elle a bon coeur.

Je sais qu’elle ne me connaît pas
et qu’il serait bien étonnant
qu’elle eût fait attention à moi
puisqu’elle ne me connaît pas.

Seulement il est dur d’être seul quand on aime.
On est comme fou, on se met en colère,
on pleure, on rit, sans savoir pourquoi.
On n’est pas juste quelquefois,
tant on a mal au coeur qui aime.

Mon coeur a mal, et moi je suis
comme un oiseau qui s’est envolé
et qui ne peut plus se poser,
et qui se sent bien fatigué
loin de son nid.

IV

Elle vit avec sa mère qui est vieille.
Elle l’aide à tenir le ménage.
Elle lave la vaisselle,
elle fait le dîner et les savonnages,
elle travaille du matin au soir:
il n’y a pas beaucoup de filles
qui font comme elle leur devoir.

Quand elle coud, ses doigts vont vite
comme au jeu de pigeon vole,
sa tête se penche sous la lampe,
sous la lampe sa tête se penche,
elle est appliquée et vaillante.

Elle laisse passer les jours
sans regret du temps qui s’en va,
ayant bien employé ses heures.
Le temps s’en va, elle demeure;
et sa vie est comme un ruisseau
qui coule d’un cours bien régulier,
sous les frênes et les noisetiers,
avec les oiseaux qui viennent y boire
et l’ombre errante vers le soir
des arbres noirs sur le ciel rose.

Et les mois et les mois viendront:
quand sera-t-elle comme elle est,
bonne et gaie, à coudre et à faire la cuisine,
dans une maison qui serait à nous,
dans une maison qui serait notre maison?

V

Car, moi, je suis pauvre et sa mère est riche.
Elle a une ferme et des champs,
elle a de l’argent
tout plein son armoire.

Elle a des chevaux, des boeufs et des vaches,
deux domestiques toute l’année,
des ouvriers quand l’ouvrage est pressant;
sa grange est pleine, ses étames de même;
et elle veut un gendre qui soit riche comme elle.

Il faudrait sans doute qu’on vienne
et qu’on lui dise: «Donnez-moi
votre fille, j’ai du bien
autant que vous;
j’ai comme vous des prés, des vaches et des bois,
alors c’est à égalité, n’est-ce pas ? »
Mais qu’on aime sa fille, elle n’y pense même pas.

Elle aura pour gendre un coureur d’auberges,
une espèce de beau parleur
qui fait briller ses écus
pour qu’on sache qu’il a de quoi…
Et je n’ai que mon amour, moi.

Seulement aussi amenez-m’en un
qui travaille davantage,
qui boude moins à l’ouvrage,
qui se lève de plus grand matin.

Je dis que des bons bras, c’est de l’argent comptant;
et je porterais des montagnes,
si on me disait: C’est pour Marianne.

VI

Quand le jour est mort, une lampe brille.
C’est la lampe, la petite lampe
que tu as à ta fenêtre,
Marianne, par les temps noirs,
pour les pauvres gens qui sont sur les routes.

On n’a plus peur; on voit de loin la lampe, on dit:
« C’est la lampe de Marianne,
elle est à coudre dans sa chambre avec sa mère »;
et on va vers la lumière,
parce qu’on sait que la porte s’ouvrira.

C’est comme une étoile, celle
qui guidait les bergers dans la nuit de Noël
et ils ont été amenés par elle
dans l’étable chaude où était la crèche
entre le boeuf et l’âne.

Là où la lampe brille, là aussi il fait chaud.
Celui qui vient pousse la porte et dit bonsoir.
On ne voit pas ses yeux sous son grand chapeau.
Sa moustache est givrée, il se fait déjà tard,
et il tient à la main un gros bâton d’épine.

Moi, je suis comme un papillon de nuit
qui tourne autour de la lumière.
Je me glisse le long des murs comme un voleur
pour te voir par la fenêtre.

Je n’ose pas entrer; je n’ose pas heurter;
je regarde de loin
le linge que tu tiens.
Je reste ainsi longtemps sans bouger de mon coin,
les yeux tendus vers toi,
mais c’est mon coeur qui va pour moi.

Il va vers toi, il se tient bien tranquille;
il est dans l’ombre de tes rideaux
il est dans l’aiguille qui brille,
il est dans le fil que tu casses
de temps en temps entre tes dents.

A quoi songes-tu? Sais-tu que je suis là?
Quand je te vois rêver, je pense que c’est à moi;
je ris ensuite de ma sottise.
Mais j’attends quand même
et sans savoir quoi,
jusqu’à ce que ta lampe s’éteigne.

VII

Le dimanche matin, elle va à l’église.
Le clocher a l’air d’un peu se pencher
pour mieux voir les fleurs dans les prés
comme ferait une petite fille
qui cueille un bouquet en chantant;
et la cloche dans le clocher
sonne d’abord un long moment.

Les femmes passent deux par deux;
elles sont en noir par respect pour le bon Dieu,
elles ont leur psautier dans la main.

Les hommes attendent qu’elles soient entrées
devant le porche en causant du beau temps,
du prix du bétail, des travaux des champs;
et il y a tant d’oiseaux dans les haies
que les branches se balancent
comme quand il fait du vent.

Alors, elle aussi, elle vient, elle a des gants blancs,
une robe bleue, un chapeau de paille;
elle traverse la place,
elle entre, je ne la vois plus.

La cloche se tait, le sonneur descend,
ses gros souliers dans l’escalier
font un bruit comme quand on bat en grange;
les gens dans l’église attendent en silence;
le pasteur, avec sa robe noire,
son chapeau de soie et son rabat blanc,
approche d’un air grave dans l’ombre des arbres.
Et je me sens si seul que je voudrais pleurer…

Je serais sur le banc, assis à côté d’elle;
quand elle chanterait, j’écouterais sa voix
et elle pencherait la tête pour prier.

VIII

Comme tu es jolie sur le petit sentier,
où tu vas, portant ton panier
avec le pain et le café
pour les quatre-heures.
L’ombre des cerisiers glisse sur tes épaules,
il fait chaud, les gens se reposent,
assis dans l’herbe, tout en causant,
et, te voyant venir, ils disent:

« Voilà Marianne avec son panier. »
Ils sont contents, parce qu’ils ont faim,
ayant travaillé qu’ils n’en peuvent plus
et le foin qui sèche sent fort au soleil.

Ils te disent: «Vous avez fait
la paresseuse! »
Tu dis: « Mais non, il n’est pas quatre heures. »
Un des ouvriers regarde à sa montre,
il dit: « Que si! il est quatre heures et cinq! »
Et tout le monde
éclate de rire sans savoir pourquoi.

C’est peut-être que le café
est meilleur quand tu le verses.
Tu fais plaisir à regarder
avec ton gros jupon d’indienne;
tu fais plaisir avec cette façon que tu as
de sourire en tendant la miche
et d’avoir soin qu’on soit toujours servi.

IX

Elle est venue un soir pour la première fois.
Il faisait nuit, elle est venue sans bruit.
Je regardais partout, je ne voyais personne
et j’entendais mon coeur battre dans le silence.
Mais, quand je l’ai vue, j’ai eu presque peur
et j’aurais voulu me sauver.

Elle venait entre les saules,
elle allait lentement, est-ce qu’elle avait peur aussi ?
Ou bien est-ce que c’était de l’ombre ?

Je suis allé vers elle, je lui ai dit bonjour.
« Alors, comme ça, ça va bien? »
« Oui, merci. » Nous n’avons plus su que dire.
Il y avait un arbre, l’étang était tout près,
le vent a passé dans les roseaux
et j’ai senti sa main trembler.
« Écoute, est-ce qu’on fait un petit tour? »
« On nous verrait, non, j’aime mieux… »
« On pourrait s’asseoir. » « Ce n’est pas la peine. »
J’ai voulu parler, mais je n’ai pas pu
et elle était déjà partie.

X

Elle m’a dit: «J’ai bien senti
tout de suite
que tu serais mon bon ami
N’est-ce pas? la première fois
qu’on se voit,
on ne s’aime pas,
pour bien dire, encore,
mais çа vient tout tranquillement
avec le temps.
Parce que, tu sais, ma mère est bien bonne
et je l’aime bien aussi,
mais ce n’est pas tout dans la vie.
On peut travailler du matin au soir
et être bien sage, çа n’empêche pas
qu’on pense parfois à des choses.

On se dit: «Il y en a qui ont des enfants,
il y en a qui se sont fait
des trousseaux d’une beauté
qu’on ne peut pas s’imaginer,
et on rêve à se marier
quand même. »

Elle m’a dit: «Je t’aime tellement
qu’il me faudrait bien venir à cent ans
pour t’aimer jusqu’au bout
et que je ne sais pas si j’y arriverais. »
Elle m’a dit: «Et toi, est-ce que tu m’aimes autant? »
« Ah! lui ai-je dit, qu’est-ce que tu penses? »
Et je lui ai serré la main
tellement fort qu’elle a crié.

XI

J’ai été au soleil et je pensais à toi.
Tu es toujours avec moi,
comme avant, mais avec un sourire,
à présent que je sais que, moi aussi, je vais
à tes côtés dans ta pensée.

Des oiseaux tombaient des branches,
l’herbe était fleurie, les foins mûrissaient;
j’avais ma faux, j’ai fauché,
ma faux allait toute seule.

Je suis revenu chercher la charrette,
j’ai chargé mon herbe; la roue grinçait
comme quand tu chantes pour le plaisir
ou pour te tenir compagnie.

Et puis le soir venu, j’ai pensé : « Que fait-elle? »
Je m’étais assis sur un banc,
j’avais mis mes mains dans mes poches;
je fumais ma pipe, je te voyais venir;
et tu étais dans la fumée
comme un de ces anges avec des ailes bleues
qui sont dans les livres.

XII

Je ne sais pas pourquoi
d’autres fois je suis triste
et je n’ai de coeur à rien faire.
Il faudrait faucher, il faudrait semer,
mais je dis: «Tant pis!» qu’il pleuve ou qu’il grêle,
ça m’est bien égal.
C’est ainsi quelquefois sans raison,
à cause d’une manière qu’elle a eue de me parler,
à cause d’un air qu’elle a eu de me regarder,
à cause de son rire,
à cause de sa voix qui était changée et de ses yeux
qui se sont baissés devant les miens,
comme si elle me cachait quelque chose.

Et pourtant je suis heureux quand même.
Je l’accuse à tort parce que je l’aime.
C’est pour me faire mal, et puis je me repens.
J’ai honte de moi, je me dis: «Tout va bien»;
et le bonheur me revient
comme quand la lune sort
de derrière un gros nuage.

XIII

Si ta mère savait pourtant que nous nous aimons,
et que le soir je viens t’accompagner
jusque tout près de la maison,
si elle savait que nous nous fréquentons
et que, cette fois, c’est pour de bon,
que dirait-elle ?

Elle qui a un front ridé,
des mains noires toutes tremblantes,
elle qui ne se souvient plus
de sa jeunesse;
elle qui a oublié le temps où elle allait danser,
et qui ne sait plus ce que c’est
tout le bonheur qu’on a d’aimer,
ta mère, qu’est-ce qu’elle penserait?

Nous ne parlons pas de ces choses
pour ne pas gâter notre bonheur;
nous nous regardons seulement
pour nous redonner du courage.
Car nous ne faisons rien de mal,
n’est-ce pas? il est naturel
d’être amoureux comme nous sommes;
ils ont tous été comme nous.
Et je dis: «Vois-tu, il faudra s’aimer d’autant plus,
d’autant plus fort, d’autant plus doux;
alors peut-être que ta mère aura pitié,
et elle nous laissera nous aimer. »

XIV

Marianne a pleuré, il faisait du soleil,
la cuisine était rose.
Ses larmes coulaient sur ses joues.
Elle a pris son mouchoir, elle a pleuré dedans,
elle s’est assise, n’ayant plus de force.

«Est-ce que c’est vrai que tu l’aimes tant? »
Marianne n’a rien répondu.
«J’aurais voulu pour toi quelqu’un d’autre. »

Marianne a secoué la tête.
«J’ai la raison que tu n’as pas,
j’ai connu la vie, je suis vieille.
Il n’y a pas que l’amour,
l’amour est beau, mais l’amour passe,
tandis que l’argent, ça dure une vie
et qu’on en laisse à ses enfants.»

Marianne a pleuré si fort
qu’on l’entendait depuis dehors.

« Mais maintenant que je t’ai dit ce que je pensais,
je ne voudrais pas te faire de la peine.
Prends ton amoureux si tu l’aimes… »

Marianne a levé la tête
et elle a cessé de pleurer.
« Je crois que c’est un bon garçon,
il aura soin de la maison,
il ne boit pas, il est sérieux,
eh bien, puisque tu le veux,
mariez-vous et soyez heureux. »

Elle a embrassé sa mère sur le front,
elle l’a prise par le cou:
«Tu permettras que je te l’amène?…
Tu verras que j’avais raison. »

XV

Le jour de notre noce, j’y pense tout le temps,
il fera un soleil comme on n’a jamais vu;
il fera bon aller en char
à cause du vent frais qui vous souffle au visage,
quand la bonne jument va trottant sur la route
et qu’on claque du fouet pour qu’elle aille plus fort.
On lui donnera de l’avoine,
en veux-tu, en voilà;
on l’étrillera bien qu’elle ait l’air d’un cheval
comme ceux de la ville;
et trotte! et tu auras ton voile qui s’envole,

et tu souriras au travers
parce qu’il aura l’air
de faire signe aux arbres
comme quand on agite un mouchoir au départ.

On se regardera, on dira: « On s’en va,
on commence le grand voyage;
heureusement qu’il n’y a pas
des océans à traverser. »
Et quand nous serons arrivés,
la cloche sonnera, la porte s’ouvrira,
l’orgue se mettra à jouer;
tu diras oui, je dirai oui;
et nos voix trembleront un peu
et hésiteront à cause du monde
et parce qu’on n’aime à se dire ces choses
que tout doucement à l’oreille.

XVI

Notre maison est blanche, elle est sous les noyers,
ta mère tricote près de la fenêtre;
iI fait chaud, on va moissonner,
mais, comme les foins sont rentrés,
on a un moment pour se reposer.

Tu mets les verres sur la table pour le dîner.
Du rucher, je te vois passer dans la cuisine,
et ta chanson me vient parmi
le bourdonnement des abeilles.

Ta mère s’est levée, elle a mis son tricot
et ses aiguilles dans la corbeille;
elle a l’air heureux de vivre avec nous,
nous sommes heureux de vivre avec elle.

Ne sommes-nous pas heureux de nous aimer,
d’être ensemble, de travailler,
de voir mûrir les foins, les moissons se dorer,
et, plus tard, vers l’automne,
les arbres plus lourds du poids de leurs fruits
jusqu’à terre se pencher?

Tu vas dans la maison, faisant un petit bruit,
et, du matin au soir, c’est toi qui veilles à tout;
pendant que, moi, je vais faucher
et que les chars rentrent grinçants,
hauts et carrés,
comme des petites maisons roulantes.

VII

Un jour je te verrai venir un peu plus lasse
et lourde d’un fardeau que tu n’as pas connu,
tandis que s’épaissit ta taille,
marchant dans le jardin où les roses fleurissent
et je t’aimerai encore un peu plus.

Je songe que tu portes deux vies
et qu’il me faut donc t’aimer doublement
pour toi-même et puis pour celui
qui va naître de tes souffrances.

Je sens que j’ai grandi vers de nouveaux aspects
d’où le monde paraît avec des tristesses,
mais missi avec des joies accrues en nombre;

et, quand je sens ta main s’appuyer sur mon bras,
et l’ombre de ton front se poser sur ma joue,
il me semble avancer sûrement avec toi
vers la réalisation d’une promesse.

XVIII

L’enfant que nous aurons ne nous quittera pas.
Il grandira dans la campagne.
Il sera paysan comme nous.
Il portera la blouse comme son père a fait,
et, comme son père, il traira les vaches;
il fera les moissons, il fera les regains,
il fauchera les foins;
il étendra peu à peu son domaine;
et, lorsque nous serons trop vieux,
quand l’heure du repos sera pour nous venue,
il nous remplacera, maître de la maison.

Il aimera comme nous avons aimé;
les jeux de nos petits-enfants
entoureront notre vieillesse.

Ce sera une après-midi de beau temps;
je serai assis au soleil,
j’aurai joint les mains sur ma canne,
il fera clair sur la campagne;
et toi, utile encore avec tes vieilles mains,
tu iras et viendras, tout près, dans le jardin,
nous acheminant ainsi ensemble
vers l’autre repos, qui est sans fin.

Nos derniers jours seront paisibles,
nous aurons fait ce que nous devions faire;
il y a une tranquillité qui vient,
une grande paix descend sur la terre.

Nous nous parlerons du passé:
te souviens-tu du jour où tu avais pleuré,
te souviens-tu du jour de nos noces?
on avait sonné les deux cloches
qu’on voyait bouger en haut du clocher.

Te souviens-tu du temps des cerises
et on se faisait avec des boucles d’oreilles,
et du vieux prunier qu’on secouait
pour en faire tomber les prunes?

Le cadet des garçons arrive alors et dit:
«Grand’mère, la poule chante,
elle a fait l’oeuf. »
«Va voir dans la paille, mon ami.»
Et nous sourions de le voir qui court
tant qu’il peut, à travers la cour,
sur ses grosses jambes trop courtes.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

C’EST LE PAPILLON DE NUIT (Gerhard Frisch)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2022



Illustration: Ryszard Tyszkiewicz  
    
C’EST LE PAPILLON DE NUIT

C’est le papillon de nuit qui lance
son corps de dragon or vert contre l’abat-jour,
tenace et aveugle
il frappe

C’est le ruisseau du moulin qui achemine ses eaux
vers la calandre en bois
à travers les prés, c’est le vent dans le tilleul
devant la fenêtre qui commence à parler
comme l’eau entre les pierres, en aval.

C’est le bois qui se rapproche
tels les nuages de la montagne noire
et qui éteint les vers luisants
encore avant qu’il ne pleuve.

C’est le premier éclair qui dans la vallée
lance sa torche vers les granges.
Tout est aveugle et sauvage
et se précipite sur la terre.
Dans la tempête seul l’amour
n’écoute pas que lui-même.
aveuglément.
Seul l’amour.

(Gerhard Frisch)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aller sous les nuages (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 23 janvier 2022


nuages_700

Aller sous les nuages,
comment serions-nous des intrus?

(Pierre Dhainaut)

Posted in poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

Aux quatre coins du monde (Ch’ònghò)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2022



Illustration: Bang Hai Ja Souffle de la Nature
    
Aux quatre coins du monde,
aucune demeure
Une seule canne
pour toute ma vie
Sur la langue,
la fraîcheur d’un nuage
Aimanté par ce goût
je retourne à la montagne

(Ch’ònghò)

Recueil: Les mille monts de lune Poèmes de Corée
Traduction: Sunmi Kim
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le vent agite les sourcils du saule (Mugam)

Posted by arbrealettres sur 17 janvier 2022



Illustration: Bang Hai Ja Méditation
    
Le vent agite les sourcils du saule,
le coeur tremble
De chaque vallée montent les nuages,
dans le coeur se lève la poussière
Inutile de poursuivre les vagues du monde
Éveillé, l’homme vrai comprend l’univers

(Mugam)

Recueil: Les mille monts de lune Poèmes de Corée
Traduction: Sunmi Kim
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :