Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘temps’

Jour après jour sans lumière (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



jour après jour sans lumière
nuit après nuit sans sommeil
interminable le temps de la mue

(Charles Juliet)

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Les temps pavoisaient à coeur joie (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Illustration: Josephine Wall
    
Les temps pavoisaient à coeur joie,
Toutes fleurs crûment nues de désir
Où se sont abîmés les mâles
Ivres des sèves noires et d’oubli.
Mais les feux s’éteindront de nouveau
Nous renierons l’étendard de la joie.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Le Poème Hanté
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’AMOUR ET LA BEAUTÉ (John Clare)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2018




    
L’AMOUR ET LA BEAUTÉ

Quand la Beauté comble l’oeil de l’amant
Et vit tel un temps variable
Sa gorge dort comme amoureusement
Ce sont oiseaux blottis ensemble

L’Amour les tient pour des anges tout faits
Épanouis et délectables
Mais vient le Temps d’abord intimidé
Puis rudoyeur qui leur dit : femme

Le Temps voleur vient ainsi chaque année
Dérober la gloire qu’il donne
Lors la Beauté s’enfuit effarouchée
Laissant la Vertu toute seule

***

LOVE AND BEAUTY

When Beauty fills the lover’s eyes
And lives like doubtful weather
Her bosom seems to sleep with love
They lie like birds together

Love finds them angels ready made
So beautiful and blooming
But Time comes in though half afraid
And rudely calls them woman

Time like a robber every year
Takes all the fame he gives
While Beauty only goes away
And Virtue only lives

(John Clare)

 

Recueil: Poèmes et Proses de la Folie de John Clare
Traduction: Pierre Leyris
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

JE SENS QUE JE SUIS (John Clare)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2018



    
JE SENS QUE JE SUIS

Je sens que je suis je sais seulement que je suis
Que je foule la terre non moins morne et vacant
Sa geôle m’a glacé de sa ration d’ennui
A réduit à néant mes pensées en essor
J’ai fui les rêves passionnés dans le désert
Mais le souci me traque — je sais seulement que je suis
J’ai été un être créé parmi la race
Des hommes pour qui ni temps ni lieux n’avaient de bornes
Un esprit voyageur qui franchissait l’espace
De la terre et du ciel comme une idée sublime —
Et libre s’y jouait comme mon Créateur
Une âme sans entraves — comme l’Éternité
Reniant de la terre le vain le vil servage
Mais à présent je sais que je suis — voilà tout

***

I FEEL I AM

I feel I am I only know I am
And plod upon the earth as dull and void
Earth’s prison chilled my body with its dram
Of dullness and my soaring thoughts destroyed
I fled to solitudes from passion’s dream
But strife pursued — I only know I am
I was a being created in the race
Of men disdaining bounds of place and time
A spirit that could travel o’er the space
Of earth and heaven like a thought sublime —
Tracing creation like my Maker free
A soul unshackled — like eternity
Spurning earth’s vain and soul debasing thrall —
But now I only know I am — that’s all

(John Clare)

 

Recueil: Poèmes et Proses de la Folie de John Clare
Traduction: Pierre Leyris
Editions: Mercure de France

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Étoile tournoyante (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2018




    
Étoile tournoyante
ô croisée des vies
traversée incertaine.

De la misère du coeur
quel élan peut jaillir
pour qu’un amour s’inscrive
au-delà du temps même
dans un scintillement de l’être ?

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Contre-Chants
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vieux pays (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2018



Illustration: Paul Cézanne
    
Vieux pays
par le temps
jusqu’à la douceur
usé

et qu’il est jeune
descendu des collines
le peuple sylvestre.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Contre-Chants
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’orée (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2018




Illustration: Anne Vignau
    
L’orée,

quelle ombre ailée de lumière
quel silence où veille l’oiseau
quel désir d’avant l’être
quel signe à la lisière de l’air
quelle saison hors du temps
pourraient l’inclure
où nous serions sauvés.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Contre-Chants
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

À quoi riment-elles tes rimes déguisées (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 19 janvier 2018




    
À quoi riment-elles tes rimes déguisées
voudraient-elles débusquer lovée sous la mémoire
quelque heure pareille à la bête blessée
qui dans le fourré souffre et se tait ?

Ou quel reflet sur les miroirs du temps
rêvent-elles d’éveiller image d’un enfant
sans royaume autre que celui des nuages
et qui nous redirait la fable un instant apaisante
des chênes comme autrefois receleurs de secrets.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Contre-Chants
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Attends-moi (Constantin Simonov)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration: Constantin Simonov
    
Attends-moi

Si tu m’attends, je reviendrai,
Mais attends-moi très fort.

Attends, quand la pluie jaune
Apporte la tristesse,
Attends quand la neige tournoie,
Attends quand triomphe l’été
Attends quand le passé s’oublie
Et qu’on n’ attend plus les autres.
Attends quand des pays lointains
Il ne viendra plus de courrier,
Attends, lorsque seront lassés
Ceux qui avec toi attendaient.

Si tu m’attends, je reviendrai.

Ne leur pardonne pas, à ceux
Qui vont trouver les mots pour dire
Qu’est venu le temps de l’oubli.
Et s’ils croient, mon fils et ma mère,
S’ils croient, que je ne suis plus,
Si les amis las de m’attendre
Viennent s’asseoir auprès du feu,
Et s’ils portent un toast funèbre
A la mémoire de mon âme…
Attends. Attends et avec eux
refuse de lever ton verre.

Si tu m’attends, je reviendrai
En dépit de toutes les morts.

Et qui ne m’a pas attendu
Peut bien dire : « C’est de la veine ».
Ceux qui ne m’ont pas attendu
D’où le comprendraient-ils, comment
En plein milieu du feu,
Ton attente
M’a sauvé.
Comment j’ai survécu, seuls toi et moi
Nous le saurons,
C’est bien simple, tu auras su m’attendre, comme personne.

(Constantin Simonov)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me souviens de poèmes sauvages (Élise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration: Élise Turcotte
    
Je me souviens
de poèmes sauvages
peu nombreux
telles des plantes nouées
qui naissent
sous la véranda
je les récite
sans bouger les lèvres
sous l’eau
ma peau a changé
je ne crois pas aux baisers

Des jours entiers
à fouiller
dans les cendres
volantes

J’arrache un poème
sur le dos
de l’inhumanité

La violence
possède aussi
un déguisement
c’est l’esprit
de nouveauté

J’ai cru dormir un instant
un miracle se produisait
je courais
en suivant des pistes de loups
le temps était aussi complexe
que lumineux
mais c’est faux
je ne dors pas
la fatigue
ne m’atteint plus

(Élise Turcotte)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Recueil: Sombre ménagerie
Traduction:
Editions: du Noroît

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :