Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘temps’

HAMPI (INDE) (Anise Koltz)

Posted by arbrealettres sur 8 septembre 2020




Illustration
    
HAMPI (INDE)

Nulle part
le silence des pierres
n’est plus éloquent
la désolation
plus somptueuse
Sous un soleil pesant
l’éternité rôde
Le temps assis sur un roc
se repose d’être le temps

(Anise Koltz)

 

Recueil: Somnambule du jour
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poème nous émeut. (Jeanne Benameur)

Posted by arbrealettres sur 7 septembre 2020




    
Le poème nous émeut.
L’émotion, cette force vive.
Celle qui, au sens étymologique du terme, nous met en mouvement.
Nous l’accueillons.
Nous la réfléchissons.
Dans le silence que génèrent les mots du poème, quelque chose a lieu.
Au plus profond de nous.
De ces plongées nos vies sortent changées.

Comment penser qu’un mot peut changer une vie?
Il faut imaginer.
Il n’y a pire fou que celui qui n’imagine pas.
Celui qui conduit à la mort des cortèges d’êtres humains parce qu’il en a reçu l’ordre.
Celui qui peut ouvrir et fermer la porte d’une chambre à gaz.
Celui qui appuie sur le bouton qui envoie le missile.
Celui qui appuie le canon sur la tempe de l’autre.
Tous ceux-là n’imaginent pas.
Ils sont coupés de cette part humaine si profonde si fertile : l’imaginaire.
Il est beaucoup plus facile d’imposer lois et décrets iniques
à des êtres à qui on a retiré la faculté d’imaginer.
C’est un temps que les humains connaissent.
C’est ainsi que toutes les formes de pouvoir totalitaire se sont maintenues.
Partout.
Et de tout temps.

Alors plus que jamais, le poème a sa place.
Parce que nos vies, mouvantes dans le temps, éphémères et fragiles, valent leur poème.
Chacune.
Et ce n’est pas, comme la littérature aux yeux de qui cela arrange, la «cerise sur le gâteau ».
Non, c’est le pain.
Le seul le vrai qui nourrisse au plus profond notre être.

(Jeanne Benameur)

 

Recueil: Notre nom est une île
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le sens est comme le temps (Christiane Singer)

Posted by arbrealettres sur 1 septembre 2020




    
Le sens est comme le temps, il en vient à chaque instant du nouveau

(Christiane Singer)

 

Recueil: Où cours-tu ? Ne sais-tu pas que le ciel est en toi ?
Traduction:
Editions: LE LIVRE DE POCHE

Posted in méditations | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Notre nom est une île (Jeanne Benameur)

Posted by arbrealettres sur 28 août 2020



Illustration:François Schlesser
    
Notre nom est une île
au voyage sans fin
par chaque bouche reliée
au coeur d’un autre nom
porté par l’océan le souffle du désert le cri
du nouveau-né

Nous sommes archipel infini
dans le temps.

(Jeanne Benameur)

 

Recueil: Notre nom est une île
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Notre nom est une île (Jeanne Benameur)

Posted by arbrealettres sur 28 août 2020



Illustration: Bruno Chevalier-Costard  
    
Notre nom est une île

Corps convenus au temps nous allons
sans réserve

Debout
Tout est à lire
Nous sommes dos au mur

(Jeanne Benameur)

 

Recueil: Notre nom est une île
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’orchidée du désir (Jean Marcenac)

Posted by arbrealettres sur 26 août 2020



A hauteur de tes yeux le jour perd sa lumière
Bel oiseau qui dort dans son vol
Le temps pose une seule étoile sur la terre
L’orchidée du désir

(Jean Marcenac)


Illustration: Marie-Paule Deville Chabrolle

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

SONNET DE LA MEMOIRE INUTILE (André Berry)

Posted by arbrealettres sur 19 août 2020




Illustration: René Magritte

    
SONNET DE LA MEMOIRE INUTILE

A tous mes jours vécus je songe et je resonge,
A tout cet heureux temps que ma vie a tissé,
Et par un vain rappel un instant le prolonge…
Stérile souvenir, ô pourquoi ressassé?

Quand elle se dessèche ô qu’importe à l’éponge
Dans ses pores flétris quelle eau vive a passé;
Qu’importe au van rompu, quand la rouille le ronge,
A travers son treillis quel grain neuf a glissé?

Je n’ai plus de souci de ma propre mémoire
Que n’en a du vaisseau la mer compacte et noire,
Lorsque la voile blanche a disparu dans l’ouest.

Plus de souci je n’ai des heures abolies
Que n’en a le ciel clair des étoiles pâlies,
Quand l’astre qui les souffle a reparu dans l’est.

(André Berry)

 

Recueil: Poèmes involontaires suivi du Petit Ecclésiaste
Traduction:
Editions: René Julliard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dressés (Fernando Bronchal)

Posted by arbrealettres sur 5 août 2020



 

Kathryn Jacobi  Chorus_study__addendum_

Dressés
Nous nous sommes plantés

dressés comme des arbres
qui lèvent bien haut
leur cime
au milieu du temps

nos racines creuseront
jusqu’au feu
et nos regards troueront
le ciel
et nous crierons
le mot ensemble

et nous ne mourrons pas

(Fernando Bronchal)

Illustration: Kathryn Jacobi

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retouche aux chagrins (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 25 juillet 2020



Retouche aux chagrins

leurs bateaux de papier
descendent l’eau de mes rues vides
poussés par le balai du temps

(Daniel Boulanger)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Bruges (Bernard Lorraine)

Posted by arbrealettres sur 24 juillet 2020



Bruges

Cancanent tes canards,
Bruges-les-Saules,
Sous les planches des môles,
Bruges-les-Arts.

Quand les soleils t’essuient,
Bruges-les-Eaux,
Miroitent tes canaux,
Bruges-la-Pluie.

Tu te mets en dentelles,
Bruges-la-Brique,
Pour tes nuits électriques,
Bruges-la-Belle.

Bière blanche de Bruges,
Bruges-l’Ancienne
Aux cloches magiciennes,
Bruges-Déluge !

Bruinent tes ciels de cendre,
Bruges-les-Ponts,
Tintent tes carillons,
Bruges-la-Flandre.

Tes pignons à redans,
Bruges-la-Brume,
Qu’éclaire un quart de lune,
Bruges-le-Vent !

Bruges, hors du Temps.

(Bernard Lorraine)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :