Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘partout’

UN MIOCHE (H. Leivick)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2019



Illustration: Périclès Pantazis

    

UN MIOCHE

Nuit, lucioles d’orage,
Un tortueux chemin
Je leur cherche un langage,
Je leur cherche un refrain.

Tous les mots s’émerveillent
Du plus petit discours –
Juste créé, s’éveille
Le monde âgé d’un jour.

Un bruit d’orage roule,
La voie lactée se tord
L’odeur du divin moule
Flotte partout encore.

Juste issu de l’abîme
Vers son but, son sens vrai,
Tout demeure anonyme –
Sourire, jeu, secret.

La lune, hochet-cloche,
Paraît puis déguerpit
Dieu lui-même – un mioche
Joue avec sa toupie.

(H. Leivick)

 

Recueil: Anthologie de la poésie yiddish Le miroir d’un peuple
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mes cris, je les perds (Ingerborg Bachmann)

Posted by arbrealettres sur 17 novembre 2019



 Illustration: Pascal Renoux
    
Mes cris, je les perds
comme un autre perd
son argent, ses pièces de monnaie,
son coeur, mes grands cris,
je les perds
à Rome, partout, à
Berlin, je perds
dans la rue des cris,
authentiques, jusqu’à ce que
mon cerveau devienne rouge sang
à l’intérieur, je perds tout,
il n’y a que la terreur
que je ne perde pas, que
l’on puisse perdre ses cris
chaque jour et
partout

***

Meine Schreie verlier ich
wie ein anderer sein Geld
verliert, seine Moneten,
sein Herz, meine großen
Schreie verlier ich in
Rom, überall, in
Berlin, ich verlier auf
den Straßen Schreie,
wahrhaftige, bis
mein Hirn blutrot anläuft
innen, ich verlier alles,
ich verlier nur nicht
das Entsetzen, daß
man seine Schreie verlieren
kann jeden Tag und
überall

(Ingerborg Bachmann)

Recueil: Toute personne qui tombe a des ailes
Traduction: Françoise Rétif
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nous deux (Paul Eluard)

Posted by arbrealettres sur 27 octobre 2019



amour
Nous deux nous tenant par la main
Nous nous croyons partout chez nous
Sous l’arbre doux sous le ciel noir
Sous tous les toits au coin du feu
Dans la rue vide en plein soleil
Dans les yeux vagues de la foule
Auprès des sages et des fous
Parmi les enfants et les grands
L’amour n’a rien de mystérieux
Nous sommes l’évidence même

(Paul Eluard)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je suis entré partout (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2019



Je suis entré partout
Où l’on pouvait entrer.

Je suis entré dans bien des salles.

J’y suis resté
Sans rien détruire.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 2 Comments »

Puisqu’il faut renoncer (René Char)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2019



 

Kris Galli g46 [1280x768]

Puisqu’il faut renoncer
A ce qu’on ne peut retenir,
Qui devient autre chose
Contre ou avec le coeur, –
L’oublier rondement,

Puis battre les buissons
Pour chercher sans trouver
Ce qui doit nous guérir
De nos maux inconnus
Que nous portons partout.

(René Char)

Illustration: Kris Galli

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Tout est toujours et partout (Michel Serres)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2019




    
Tout est toujours et partout la même chose,
au degré de grandeur et de perfection près.

(Michel Serres)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

J’y suis (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2019




Alors seulement,
L’horizon
A disparu.
C’est partout le centre –
Et j’y suis.

(Guillevic)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , | 2 Comments »

N’oublions pas (Robert-Lucien Geeraert)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2019



 

N’oublions pas, je vous en prie,
le paraplu du plat pays ;
parapluie ici, paraplu là-bas,
mais c’est partout la même pluie.

(Robert-Lucien Geeraert)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

LE FEU DE TA MÉLODIE (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2019




    
LE FEU DE TA MÉLODIE

Ce feu de mélodie que Tu as allumé dans mon coeur,
Ce feu a tout embrasé, partout.
Les flammes dansent tout en battant la mesure,
De branche en branche, sur des arbres croulants :
Qui appellent-elles dans le ciel
Les mains exaltées ?
Ébahies, les étoiles dévisagent le noir,
Affolé, un vent surgit d’on ne sait où,
Immaculé, au plus profond de la nuit
S’épanouit ce lotus d’or :
Personne ne peut sonder le sortilège de cette flamme.

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: Tantôt dièse tantôt bémol
Traduction: Prithwindra Mukherjee
Editions: La Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il dessinait partout des fenêtres (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2019



Il dessinait partout des fenêtres
Sur les murs trop hauts,
sur les murs trop bas,
sur les parois obtuses, dans les coins,
dans l’air, et jusque sur les plafonds.

Il dessinait des fenêtres
comme s’il dessinait des oiseaux.
Sur le sol, sur les nuits,
sur les regards tangiblement sourds,
sur les environs de la mort,
sur les tombes, les arbres.

Il dessinait des fenêtres
jusque sur les portes.
Mais jamais il ne dessina une porte.
Il ne voulait ni entrer ni sortir.
Il savait que cela ne se peut.

Il voulait seulement voir: voir.
Il dessinait des fenêtres.
Partout.

(Roberto Juarroz)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :