Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘face’

DANSE (Léon-Paul Fargue)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2017




    
DANSE

Les salades d’escarole
Dansent en robe à paniers
Sous la lune blonde et molle
Qui se lève pour souper.
Un couple d’amants s’isole
Gracieux comme un huilier
Et va sous un mouflier
Voir pousser les croquignoles.

Les salades d’escarole
Demain elles danseront
Dans leur urne funéraire
Sous les faces lunéraires
Qui dînent d’un oeil vairon
Et feront sur leurs frisons
L’escalade des paroles
Et le pas des postillons…

Cependant, la terre gronde,
Et dans cette dame blonde
Et dans ce monsieur qui ment,
La mort, lampe d’ossements,
Consume l’huile qui tombe…

(Léon-Paul Fargue)

 

Recueil: Ludions

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où est-elle la face du globe terrestre ? (Haruo Mizuhara)

Posted by arbrealettres sur 3 novembre 2017



Où est-elle la face
du globe terrestre ?
Nuit d’automne en été

(Haruo Mizuhara)

Illustration: Jean Libon

 

 

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Un lourd objet (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 31 octobre 2017



Illustration: Max Szoc Leuven
    
Un lourd objet de bronze creux
en forme de masque aux yeux clos
s’élève lentement et seul
très haut dans le désert sonore.

Jusqu’à cet astre vert, à cette Face
qui se tait depuis dix mille ans,
sans effort je m’envole,
sans crainte je m’approche.
Je frappe de mon doigt replié
sur le front dur sur les paupières bombées,
le son m’épouvante et me comble :
loin dans la nuit limpide
mon âme éternelle retentit.

Rayonne, obscurité, sourire, solitude!
Je n’irai pas violer le secret
je reste du côté du Visage
puisque je parle et lui ressemble.
Cependant tout autour la splendeur c’est le vide,
brillants cristaux nocturnes de l’été.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je suis un rayon du Soleil (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



    

Je suis un rayon du Soleil,
bien que j’erre parmi toutes ces demeures.

Je suis cornaline, or et rubis,
bien que je sois né d’eau et d’argile.

Quelle que soit la perle que tu vois,
cherche-en une autre en elle.

Chaque atome de poussière dit:
« Intérieurement je suis un trésor ».

Chaque joyau te dit:
« Ne te contente pas de ma beauté,car la lumière de ma face
provient de la chandelle de ma réalité intérieure ».

Je me tairai,
car tu ne peux comprendre.

Ne secoue pas la tête,
n’essaie pas de me tromper,
car mon œil discerne l’intelligence

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’étais mort (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2017



 


    
J’étais mort, je devins vivant;
j’étais en pleurs, je devins rires

Le règne de l’amour est venu,
et mon règne devint durable
(…)

Il me dit: tu n’es pas fou,
tu n’es pas digne de cette maison!

Je partis, je devins fou,
je me chargeai de chaînes

Il me dit: tu n’es pas ivre, va-t-en,
tu ne fais pas partie de la bande!

Je partis, je devins ivre
et rempli d’allégresse

Il me dit: tu n’es pas mort,
cela ne cadre pas avec l’allégresse!

Devant sa face de résurrection,
je devins mort, renversé

Il me dit: tu es un petit malin,
plein d’illusions et de doutes

Je devins bête, hébété,
de tout je me suis détaché

Il me dit : tu es bougie,
devenu pôle de cette assemblée

Je ne suis ni assemblée, ni bougie,
je devins fumée dispersée

Il me dit: tu es maître et seigneur,
tu es chef de file et guide

Je ne suis ni maître ni chef,
je ne suis que ton serviteur

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Seul un dieu peut encore nous sauver (Heidegger)

Posted by arbrealettres sur 1 octobre 2017



Seul un dieu peut encore nous sauver.
La seule possibilité qui nous reste
est de préparer,
par la pensée et la poésie,
une disponibilité à l’apparition du dieu
ou à l’absence du dieu dans notre déclin.
Quand nous déclinions devant la face du dieu absent.

(Heidegger)


Illustration: Odilon Redon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

MAIS VOYEZ MON CHER ESMOY (Fabrice-Marin Caiétain)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2017



Illustration: Edmund Blair Leighton
    
MAIS VOYEZ MON CHER ESMOY

Mais voyez mon cher esmoy,
Voyez combien de merveilles,
Vous parfaites dedans moy,
Par vos beautés nompareilles
Vous parfaites dedans moy
Par vos beautés nompareilles

De telle façon vos yeux,
Votre ris, et vostre grace,
Vostre front et vos cheveus,
Et vostre angelique face.

Me brulent depuis le jour
Que j’en eu la connoissance,
Désirant par grande amour
En avoir la jouissance.

Que sans l’aide de mes pleurs
Dont ma vie est arrosée,
Long temps a que les chaleurs,
D’Amour l’eussent embrasée.

Au contraire vos beaux yeux,
Vostre ris, et vostre grace,
Vostre front et vos cheveus,
Et vostre angelique face.

Me gelent depuis le jour
Que j’en ai eu la connaissance,
Désirant par grande amour
En avoir la jouissance.

***

But see, my dear emotion,
See how many wonders
You bring to perfection in me
Through your matchless beauty

You bring to perfection in me
Through your matchless beauty.
In such a way your eyes,
Your smile and your grace,
Your brow and your hair,
And your angelic face

Have been burning me since the day
I frst knew them,
Wishing passionately
To have the pleasure of them;

So that, without the help of my tears
In which my life is soaked,
Long since the heat
Of Love would have set it ablaze.

On the contrary, your fair eyes,
Your smile and your grace,
Your brow and your hair,
And your angelic face

Have been freezing me since the day
I frst knew them,
Wishing passionately
To have the pleasure of them.

***

Seht nur meine Unruh‘,
Seht die vielen Wunder,
Die vollbrachtet Ihr in mir
Durch Eure Schönheit ohnegleich‘!

So entflammen Eure Äuglein,
Euer Lachen und Eure Anmut,
Eure Stirn und Euer Haar
Und Euer engelhaftes Antlitz

Mich seit dem Tag,
An dem ich sie erblickt‘
Und voll großer Lieb‘
Sie mein eigen nennen möcht‘.

Denn ohn’ die Hilfe meiner Zähren,
Die mein Leben stets benetzen,
Hätte längst die Liebesglut
Es in Brand gesetzt.

Im Widersatz Eure schönen Äuglein,
Euer Lachen und Eure Anmut,
Eure Stirn und Euer Haar
Und Euer engelhaftes Antlitz

Mich gefrieren lassen seit dem Tag
An dem ich sie erblickt‘
Und voll großer Lieb‘
Sie mein eigen nennen möcht‘.

(Fabrice-Marin Caiétain)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il y a mieux (Lucien Becker)

Posted by arbrealettres sur 14 août 2017




    
Il y a mieux que ces faces amères,
que ces crises trop voyantes de misère
où le front se pose contre la vitre
de toute sa pierre sans larmes,

où le soleil reste sur les murs
sans pouvoir se détacher du soir,
où le vent sépare sans bruit
des plantes qui se referment sur lui.

J’oublie qu’il faut mourir parmi les herbes
entourées d’une écorce de soleil,
parmi ceux qui reviennent des champs
d’un pas familier pour la terre et le soir

parmi les chants qui se joignent
au-dessus des chemins, au-dessus de la nuit,
parmi les bois qui font du ciel
tant de regards sans visage, ni chaleur

(Lucien Becker)

 

Recueil: Rien que l’amour
Editions: La Table Ronde

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Au bout du voyage (Silvia Baron Supervielle)

Posted by arbrealettres sur 2 août 2017



Illustration
    
au bout du voyage
je serai seule
face à la mer
unie et ce sera
plus facile

(Silvia Baron Supervielle)

 

Recueil: Sur le fleuve
Editions: Arfuyen

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Montre ta face (Mawlana Rûmî)

Posted by arbrealettres sur 26 juillet 2017




    
Montre ta face, car je désire le verger et la roseraie,
Ouvre tes lèvres, car je désire sucre en abondance.

Ô Soleil, fais surgir ta face du voile de nuage,
Car je désire le radieux éclat de ce visage.

(Mawlana Rûmî)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :