Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘toujours’

AMOUR (Anna Keiko)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2019



Illustration: Rafal Olbinski
    
AMOUR

Si tu es un bateau
Je veux être l’eau
Si tu es l’eau
Je veux être la rive
Si tu es la rive
Je veux être pont
Et si tu es un pont
Je t’attendrai de l’autre côté
Toujours et pour l’éternité…

***

如果您是舟
我愿做水
如果你是水
我愿做岸
如果你是岸
我愿做桥
如果你是桥
我在对岸,等你
永远…

***

LOVE

If you are the boat
I wish to be water
If you’re water
I wish to be the shore
If you are the shore
I wish to be the bridge
If you’re a bridge
I’ll wait for you on the other side
Forever…

(Anna Keiko)

 

Recueil:
Traduction: Germain Droogenbroodt – Elisabeth Gerlache
Editions:
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’OMBRE (Leonardi Sinisgalli)

Posted by arbrealettres sur 11 février 2019



Illustration  
    
L’OMBRE

L’ombre d’une ligne droite
est toujours une ligne droite ;
mais l’ombre d’un cercle
n’est presque jamais un cercle

***

L’OMBRA

L’ombra di una retta
è sempre una retta ;
non è quasi mai un cerchio
l’ombra di un cerchio.

(Leonardi Sinisgalli)

 

Recueil: Oubliettes
Traduction: Thierry Gillyboeuf
Editions: Atelier La Feugraie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

N’adresse pas des cris (Angelus Silesius)

Posted by arbrealettres sur 8 février 2019



Angelus Silesius
    
N’adresse pas des cris à Dieu,
c’est en toi qu’est la source;
n’en bouche pas l’issue
et elle coulera toujours.

(Angelus Silesius)

 

Recueil: Le Voyageur chérubinique
Traduction:
Editions:

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | 6 Comments »

LE FATUM (Pier Paolo Pasolini)

Posted by arbrealettres sur 2 février 2019



 

Wallpaper - Desktop

LE FATUM

La lumière vespérale
de ton village du nord,
son soleil terreux,
pèseront toujours sur ton coeur.

(Pier Paolo Pasolini)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Epitaphe (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2019



 

Epitaphe

Dans le faubourg qui monte au cimetière,
Passant rêveur, j’ai souvent observé
Les croix de bois et les tombeaux de pierre
Attendant là qu’un nom y fût gravé.

Tu m’es ravie, enfant, et la nuit tombe
Dans ma pauvre âme où l’espoir s’amoindrit ;
Mais sur mon coeur, comme sur une tombe,
C’est pour toujours que ton nom est écrit.

(François Coppée)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toujours à nouveau (Germain Droogenbroodt)

Posted by arbrealettres sur 26 janvier 2019




Illustration: ArbreaPhotos
    
Toujours à nouveau
la houle sur le sable
mantra sans paroles.

***

Steeds herhalend
de golfslag op het zandstrand
woordloze mantra

***

Siempre repetitivo
el oleaje en la playa
mantra sin palabras

***

Always repeating
the swell of waves at the beach
a wordless mantra

***

Sempre ripete
l’onda del mare un mantra
senza parole

***

(Germain Droogenbroodt)

 

Recueil: Gouttes de rosée Cent haïkus
Traduction: Français Elisabeth Gerlache / Néerlandais l’original / Espagnol Rafael Carcelén / Anglais Stanley H. Barkan / Italien Silvia Pio / Japonais Taeko Uemura – Mariko Sumikura
Editions: POINT et Boeken Plan(P0ésie INTernationale)

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

A Mia Figlia (José Crociati)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2019



 

Liliana Crociati de Szaszak

A Mia Figlia

Solo mi chiedo il perché
Tu se partita e distrutto hai lasciato il mio cuore
Che te solamente voleva, perché?
Perché? Solo il destino sà il perché e mi domando perché?

Perché non si può stare senza te, perché?
Tanto bella eri che la natura invidiosa ti distrusse, perché?
Perché, solo mi domando se Dio c’é, con se porta via ciò che suo non è
Perché ci distrugge e lascia all’infinito il dolore!

Perché? Credo al destino e non a te, perché?
Perché solo sò che sempre sogno con te, perché c’é di che?
Per tutto l’amore che sente il mio cuore per te.
Perché? Perché?

Il tuo papá

***

To my Daughter

Only I ask myself why
You left and left my heart destroyed
That wanted only you, why?
Why? Only destiny knows the reason, and I ask myself why?

Because we can’t be without you, why?
You were so beautiful that invidious nature destroyed you. Why?
I only ask myself why, if God exists, does he take away that which is His name.
Because He destroys us and leaves us to an eternity of sadness!

Why? I believe in fate and not in you. Why?
Because I only know that I always dream with you, why is that?
For all the love my heart feels for you.
Why? Why?

Your Papá

(José Crociati)

Article Wikipedia

Sculpture de Wíeredovol Viladrich

Liliana Crociati de Szaszak

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

La moindre des choses (Paul Louis Rossi)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2019




Illustration: ArbreaPhotos
    
La moindre des choses

Lorsque la rouille
a tout
dévoré

il reste toujours
un coquelicot
pour sauver la face

(Paul Louis Rossi)

 

Recueil: Quand Anna murmurait
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 2 Comments »

Belle (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2019




Belle

Belle,
pareil à l’eau qui sur la pierre fraîche
de la source
ouvre son grand éclair d’écume,
est ton sourire,
belle.

Belle,
aux fines mains, aux pieds déliés
comme un petit cheval d’argent,
fleur du monde, marchant,
je te vois moi,
belle.

Belle,
avec un nid de cuivre enchevêtré
clans la tête, un nid
d’une brune couleur de miel
où mon coeur brûle et se repose,
belle,

Belle,
aux yeux trop grands pour ton visage,
aux yeux trop grands pour la planète.
Il y a des pays, des fleuves
dans tes yeux,
ma patrie se tient dans tes yeux,
je vagabonde à travers eux,
ils donnent sa clarté au monde
partout où s’avancent mes pas,
belle.

Belle,
tes seins sont pareils à deux pains
– terre froment et lune d’or -,
belle.

Belle,
ta taille
mon bras l’a faite comme un fleuve
mille années parcourant la douceur de ta chair,
belle.

Belle,
rien n’a le charme de tes hanches,
la terre en quelque lieu caché
a peut-être, elle,
la courbe de ton corps et son parfum,
en quelque lieu peut-être,
belle.

Belle, ma belle,
ta voix, ta peau, tes ongles,
belle, ma belle,
ton être, ta clarté, ton ombre,
belle,
tout cela est mien, belle,
tout cela, mienne, m’appartient,
lorsque tu marches ou te reposes,
lorsque tu chantes ou que tu dors,
lorsque tu souffres ou que tu rêves,
toujours,
lorsque tu es proche ou lointaine,
toujours,
ma belle, tu es mienne,
toujours.

(Pablo Neruda)

Illustration: Jean Léon Gerome

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toujours nu (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 9 janvier 2019



Je reste
avec le ciel toujours
toujours nu plage ou glèbe
entouré envoûté

(Pierre Dhainaut)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :