Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘toujours’

Comme la belle au bois éveillée (Alejandra Pizarnik)

Posted by arbrealettres sur 7 décembre 2018




    
comme la belle au bois éveillée
pour toujours sans prince à attendre
et le sourire muet s’est effacé il y a longtemps

(Alejandra Pizarnik)

 

Recueil: Approximations
Traduction: Etienne Dobenesque
Editions: Ypfilon
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La voix de l’oiseau (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2018




Si le songe ne peut tromper
Le corps fiévreux, le coeur qui souffre,
La chair peut-elle tromper le rêve
Avec des lignes de poussière?
Du Paradis
La voix de l’oiseau qui ne meurt
Chante toujours.

***

If fancy cannot cheat
The fevered flesh, the aching heart,
Can sense the dream
With lineaments of dust?
From Paradise
The bird’s undying voice
Sings on.

(Kathleen Raine)

Illustration: Marie Lefrancq

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE ROYAUME INVISIBLE (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2018




LE ROYAUME INVISIBLE

NOTRE SAVOIR dépasse ce que nous savons
Nous qui voyons toujours la multiplicité déconcertante,
Foisonnante du spectacle commun.

Il vient à la main de l’artiste
De tels raffinements de forme, de lumière,
Jardins, présences,

Visages d’une si tendre beauté
Que nous nous demandons par quelle science jamais apprise on les voit,
Au-delà du lieu commun les aspects

Cachés du mystère, secrets
Que seule connaît l’âme,

Que seul connaît l’amour, incommensurable
Sagesse qui grandit par le labeur de nos propres mains,
Expression d’une connaissance qui ne nous est pas propre
Et cependant guide le pinceau et la plume, obéissant

À une omniscience que, bien qu’ignorants, nous partageons
Nous dont les coeurs réagissent et répondent
À la musique de Schubert, et à celle de Mozart, eux qui ne savent pas plus

Que nous des célestes harmonies
Qu’ils entendaient au-dessus de la continuelle dissonance
Que l’immédiat impose.

Cependant incessante
La musique des sphères, la magia de la lumière,
Connaissance de l’esprit en son flux

Renvoyant continuellement l’image du tout
Dont chaque instant est la présence
Se révélant à celui qui écoute, celui qui voit au coeur

Contemple dans le fleuve du temps
Le visage jamais changé qui toujours change.

***

THE INVISIBLE KINGDOM

WE KNOW more than we know
Who see always the bewildering proliferating
Multiplicity of the common show.

There come to the artist’s hands
Such subtleties of form, of light,
Gardens, presences,

Faces so tenderly beautiful
We wonder with what untaught knowledge seen,
Beyond the commonplace the hidden

Aspects of mystery, secrets
Known only to the soul,
Known only to love, immeasurable

Wisdom from our own hands’work grown,
Expression of a knowledge not our own
Which yet guides brush and pen, obedient

To an omniscience we, though ignorant, yet share
Whose hearts respond and answer
To Schubert’s music, and Mozart’s, they knowing no more

Than we of the celestial harmonies
They heard above the continual dissonance
The immediate imposes.

Yet unceasing
The music of the spheres, the magia of light,
Spirit’s self-knowledge in its flow

Imaging continually the all
Of which each moment is the presence
Telling itself to the listener, the seer in the heart

Contemplates in time’s river
The ever-changing never-changing face.

(Kathleen Raine)

Illustration: Salvador Dali

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

QU’EN EST-IL de la vie? (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2018




QU’EN EST-IL de la vie?
Où mon commencement,
Où ma fin
Moi qui suis ici et maintenant
Source cachée
Et écoulement incessant?
Ma chambre est petite
Cependant je suis sans borne,
Les mots que j’écris
D’autres les ont dits,
Mon héritage
Sagesse ancestrale
D’au-delà du temps,
Je parle de nouveau
À qui n’est pas né,
Car l’être est sans fin.

Qu’est-ce que la mort ?
Où irai-je?
Il n’y a qu’ici,
Et maintenant est toujours.
Me rappellerai-je
Cette vie, ce lieu?
Ce que j’ai oublié
Le saurai-je,
Ce que je sais
L’aurai-je oublié?
Dois-je cesser?
La musique continue de s’écouler.
Qui étais-je alors?
La Présence éternelle
Passe à travers l’herbe.

***

WHAT of life?
Where my beginning,
Where my ending
Who am here and now
Hidden source
And ceaseless flow?
My room is small
Yet I am boundless,
The words I write
Others have spoken,
My heritage
Ancestral wisdom
From beyond time,
I speak again
To the unborn,
For being is endless.

What is death?
Where shall I go?
There is only here
And now is always.
Shall I remember
This life, this place?
What I have forgotten
Shall I know,
What I know
Shall I have forgotten?
Must I cease?
The music flows on.
Who then was I?
The eternal Presence
Moves through the grass.

(Kathleen Raine)

 

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ENCORE MAINTENANT (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2018




ENCORE MAINTENANT, ciel,
Parfois je lève les yeux et dis,
« Non, je n’ai pas oublié,
Bien que pour le moment
Je passe d’un lieu à un autre,
De celui-ci au suivant, je promets
(Je le dis aux espaces bleus et aux hautes nuées)
D’être de nouveau, un jour,
En votre grande éternelle présence. »
Mais en silence vous me rappelez toujours
Que j’ai quitté, perdu, déserté.

***

EVEN NOW, sky,
Sometimes I look up and say,
`No, I have not forgotten,
Though for the time
Going from here to there,
From this to next, I promise
(So I say to the blue spaces and high clouds)
To be again, someday,
In your great ever-presence’.
But silently you remind me always
That I have left, lost, gone away.

(Kathleen Raine)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Anges de tous les jours (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 6 décembre 2018




Et cependant de nouveau, toujours
Ces présences viennent à nous, sont vues, sont connues,
Messagères du sens, sacrées, indéchiffrables,
Présentes partout, à tous.
Inaccessible comme la vie leur source;
Nous connaissons sans parole, sans instruction
Qui elles sont, quelle sainte vérité elles proclament.
Celui qui connaît, mystère, mystère ce qui est connu,
Formes de la sagesse en épiphanie perpétuelle, elles et nous,
Soleil et oeil, voyant et vu,
Anges de tous les jours, soleil et étoiles, fleuve et pluie.

***

And yet again, always
Those presences come to us, are seen, are known,
Messengers of meaning, sacred, indecipherable,
Present everywhere, to all.
Inaccessible as life their source;
We know untold, untaught
Who they are, what holy truth proclaim.
The knower a mystery, a mystery the known,
Forms of wisdom in perpetual epiphany, they and we,
Sun and eye, seer and seen,
Daily angels, sun and stars, river and rain.

(Kathleen Raine)

Illustration: Antonio Chacon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CACHÉ (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2018




CACHÉ

AUJOURD’HUI le rideau est baissé
Le voile jeté sur le visage,
Le monde n’est que son aspect,
Arbre, mur de brique, feuilles poussiéreuses

De lierre, un oiseau
Ayant secoué la poussière
Dont il a la couleur. Rien
N’a de sens ou d’être.

Cependant j’ai vu jadis
Le tissu de lumière dont tous ils sont faits
D’une manière autre que ceci. Avoir vu
Est savoir toujours.

***

HIDDEN

TODAY the curtain is down
The veil drawn over the face,
World only its aspect,
Tree, brick wall, dusty leaves

Of ivy, a bird
Shaken loose from the dust
It is the colour of. Nothing
Means or is.

Yet I saw once
The woven light of which all these are made
Otherwise than this. To have seen
Is to know always.

(Kathleen Raine)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ROC (Kathleen Raine)

Posted by arbrealettres sur 4 décembre 2018




ROC

Ce qu’il y a de pierre en moi connaît la pierre,
Substance du roc qui se rappelle l’interminable interminable
Simplicité de l’immobile
Tandis que les soleils torrides, les âges de glace
Passent sur le visage du roc aussi vite que les jours.
Dans le plus long des temps se font les changements du roc,
Au plus lent de tous les rythmes, les pulsations
Qui soulèvent du coeur de la planète les chaînes de montagnes
Et les désagrège en sable au fond de la mer.

Demeure en moi la trace de la durée du roc.
Ma substance éphémère était immobile dans les veines de
la terre depuis le commencement,
Attendant patiemment sa délivrance, ne demandant pas
Quand viendrait, quand, la floraison, le flot,
La vibration, l’éveil, l’envol,
Cette nuit attendue longtemps, la venue de l’époux.

Ce qu’il y a de pierre en moi connaît la pierre,
Dont le seul état est la stase
Tandis que le cycle lent des étoiles fait tournoyer un monde de rocs
A travers les années-lumière où dans mon cauchemar je tombe en criant :
 » Dois-je traverser une distance insondable pour toujours et toujours ?  »
Tout ce qui est roc en moi répond :
 » Toujours, s’il le faut ; sois, et dure ; endure.  »

***

ROCK

There is stone in me that knows stone,
Substance of rock that remembers the unending unending
Simplicity of rest
While scorching suns and ice ages
Pass over rock-face swiftly as days.
In the longest time of all come the rock’s changes,
Slowest of all rhythms, the pulsations
That raise from the planet’s core the mountain ranges
And weather them down to sand on the sea-floor.

Remains in me record of rock’s duration.
My ephemeral substance was still in the veins of the earth
from the beginning,
Patient for its release, not questioning
When, when will come the flowering, the flowing,
The pulsing, the awakening, the taking wing,
The long longed-for night of the bridegroom’s coming.

There is stone in me that knows stone,
Whose sole state is stasis
While the slow cycle of the stars whirls a world of rock
Through light-years where in nightmare I fall crying
” Must I travel fathomless distance for ever and ever? »
All that is in me of the rock, replies
 » For ever, if it must be: be, and be still; endure. »

(Kathleen Raine)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Extrême douceur d’être là (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 30 novembre 2018



 

Willy Verginer 26-12

Extrême douceur d’être là
et regarder dans l’immobilité
souveraine la beauté d’un mur
où le fil électrique et la lampe
existent depuis toujours
garantissant leur permanence.

(Patrizia Cavalli)

Illustration: Willy Verginer 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Emanation (Roxana Páez)

Posted by arbrealettres sur 28 novembre 2018


 



    
Emanation à la figure impalpable

Je ne veux pas que tu existes
en tant que seul reste
ou fumée

même si je dois m’éloigner
pour chercher ta main grise

et revenir encore et encore

là-bas
là-bas
là-bas
là où je suis
toujours
et même ici
devant cette bande d’oiseaux noirs
qui s’emmêle
dans les feuilles
et forme le cercle
des heures.

***

Emanación de figura impalpable

No quiero que existas
sôlo como resto
o humo

aunque tenga que alejarme
para buscar tu mano gris

y volver una y otra vez

Alli
alli
alli
donde siempre
estoy
incluso aqui
ante la bandada de pajaritos negros
que se enreda
en las hojas
y hace un circulo
de las horas.

(Roxana Páez)

 

Recueil: Des brindilles à sa flambée
Traduction:
Editions: Reflet de lettres

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :