Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘désirer’

Je puis prendre mon parti de n’être pas poète (Pierre Oster)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2020



Illustration: Josephine Wall 
    
Je puis prendre mon parti de n’être pas poète :
je n’oublierai pas ce que c’est que Poésie.
Murmure de l’Eternel,
et cela enfin qui fait que nous pouvons désirer de vivre.

(Pierre Oster)

 

Recueil: Paysage du Tout
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La marque la plus voyante de l’homme (Pierre Oster)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2020



Illustration
    
La marque la plus voyante de l’homme,
c’est qu’il s’use à désirer ce qu’en vain il possède.

(Pierre Oster)

 

Recueil: Paysage du Tout
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne désire point ce qui existe (Paul-Marie Lapointe)

Posted by arbrealettres sur 12 juin 2020



Ettore Aldo Del Vigo -  (32)

 

Ne désire point ce qui existe, mais ce qui n’existe pas.
Ainsi éviteras-tu la mort terrible.

(Paul-Marie Lapointe)

Illustration: Ettore Aldo Del Vigo

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Retouche au mélancolique (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 29 mai 2020



 

jeu_de_l_oie

retouche au mélancolique

l’âme en jeu d’oie
errant de case en case
il désire prison
dont nul dé ne délivre

(Daniel Boulanger)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Grâce (Carole Zalberg)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2020


1235148781

Elle avance
et voit palpiter l’air autour,
caresse qui la suit à pas de loup

Elle avance, avance
et sent que c’est un de ces jours
où tout s’enlace:
les regards, le vent, l’instant
ce qu’elle désire et ce qui l’attend

elle avance, avance, avance
laisse sa trace
de parfum, de lumière, de silence doux
c’est un frisson, une joie dense
et la voilà qui court.

(Carole Zalberg)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

La verticale (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 9 avril 2020



 

piscine_verticale

La verticale est-elle heureuse
N’a-t-elle plus rien à désirer
L’une d’elles m’a dit
Qu’elle a toujours rêvé
D’être l’horizontale

(Pierre Albert-Birot)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

A l’Ondine (Xavier Grall)

Posted by arbrealettres sur 3 avril 2020



 

A l’Ondine

Je te prendrai dans l’émotion des landes
muettement tu embrasseras ma terre
Je te prendrai dans la clarté des fontaines
avidement je te boirai
Tu portes mes amours mauves
dans la source des prunelles
écoute
les ajoncs et les plantes
vont chanter pour nous deux
la nuit fertile, la plage fraternelle
Nous referons cette Cornouaille mortelle
secrètement
dans le lit des hautes herbes
je te prendrai dans la grange verte
et ton corps aux semences mélangé
concevra tout un pays de fougères
et de genêts.
Ma belle amie sur la grève allongée
comme moi désire la mer
laisse-toi chavirer sous le vent des navires

(Xavier Grall)

Découvert chez Lara ici

Illustration: William Bouguereau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ce recommencement (Martine Broda)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2020



 

Ernesto Arrisueño 601

ce recommencement

comme un trait brûlant
la peau et suppliant
l’énigme désirer

ce recommencement tant

quand lasse
incline

un regard un retrait une

(Martine Broda)

Illustration: Ernesto Arrisueño

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

CONSCIENCE (Gabriel Cousin)

Posted by arbrealettres sur 23 février 2020



Manuel Gil Perez   N [800x600]

CONSCIENCE

Il y a parfois comme de grandes choses achevées.
La table est rangée, la chambre propre.
Tout est calme, paré de quiétude.
Il n’y a plus que des amis. Plus besoin d’attitudes.
Les objets se regardent exister.
ll semble que tout soit prêt, que le repos arrive.
La paix aura la couleur du soleil.
On pourra désirer le sommeil.
Mettre des fleurs dans les vases et comprendre les mots.
Les livres seront des robes de jeunes filles.
Tout sera simple et frais. L’amour, le travail et le corps.
Les songes auront le temps de vivre.
Des nappes sereines entourent les épaules.
Des buées rémittentes se posent sur le front. Le sang rêve.
Les mains s’adoucissent.
Une perception universelle aiguise la conscience.

(Gabriel Cousin)

Illustration: Manuel Gil Perez 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Chanson Noire (Dimcho Debelyanov)

Posted by arbrealettres sur 30 janvier 2020



Illustration: Etienne-Maurice Falconet
    

Chanson Noire

Je meurs et renais à la lumière –
éclatée, mon âme est en vrac,
la journée sans relâche je construis,
la nuit sans pitié je détruis.

*

Je désire une journée simple,
les orages couvrent la mer assombrie,
Je cherche une tempête – à moi
des cris et le murmure des morts.

*

je désire des aubes ardentes
mais leurs lumières m’aveuglent,
au printemps et à l’automne, je languis,
à l’automne et au printemps, j’espère.

*

Sur l’impassible fuite incessante du temps
ma vie non vécue s’estompe en silence
et mon cri meurt sur le quai
et dans un grand désert plonge.

***

Черна песен

Аз умирам и светло се раждам –
разнолика, нестройна душа,
през деня неуморно изграждам,
през нощта без пощада руша.

*

Призова ли дни светло-смирени,
гръмват бури над тъмно море,
а подиря ли буря – край мене
всеки вопъл и ропот замре.

*

За зора огнеструйна копнея,
а слепи ме с лъчите си тя,
в пролетта като в есен аз крея,
в есента като в пролет цъфтя.

*

На безстрастното време в неспира
гасне мълком живот неживян
и плачът ми за пристан умира,
низ велика пустиня развян.

(Dimcho Debelyanov)

 

Site : http://artgitato.com/
Traduction: Français Jacky Lavauzelle / Bulgare
Editions:

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :