Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘rouge’

DEMAIN LES HERBES ROUGES (Jean-Paul Filion)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2017



Caroline Besse x247

DEMAIN LES HERBES ROUGES

J’ai le mal d’homme comme on traîne une blessure
J’ai le mal de ciel et celui d’enfer
Mais l’espace a créé sa forge d’étoiles
Qui viendra souffler sur mon épouvante
Demain les herbes rouges

Il a venté sur ma joie en poussière
Et j’attends de l’univers un nouveau dialogue
J’ai l’amour en cascade le bon Dieu au rancart
M’occupant à jeter un pont sur le matin
Demain les herbes rouges

J’abhorre les esprits les magies les phantasmes
Mon regard famélique n’est plus à la table des astres
Contre la moire des sources vertigineuses
Je veux mordre mon pain d’écorce et de terreau
Demain les herbes rouges

J’offre mes larmes ténébreuses à dévorer par le feu
Que le jour engouffre mes neiges et mes nuits
Mon coeur n’est plus gisant sous la cognée du soleil
Qui entre blondir le pays que j’habite
Demain les herbes rouges.

(Jean-Paul Filion)

Illustration: Caroline Besse

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Oublie (Rose Ausländer)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2017



&

nbsp;   

Oublie
que nous nous aimions
quand nous étions enfants

Aujourd’hui nous sommes
des oeillets ouverts
blancs et rouges

***

Vergiss
dass wir uns liebten
als wir Kinder waren

Heu te sind wir
aufgeblühte Nelken
rot und weiss

(Rose Ausländer)

 

Recueil: Je compte les étoiles de mes mots
Traduction: Edmond Verroul
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Attiré par la robe rouge (Marie-Claire Bancquart)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2017




    
Attiré par la robe rouge d’une inconnue
mon regard porte au fond d’une boutique obscure
qui vend aiguilles, passementeries,
fourbis désuets de mercière.

Je voudrais à mon tour
pénétrer dans cette ombre, parler à la passante
de bolducs, de gros-grains.
ensuite ? Salon de thé pour toutes deux, madeleines,
menues confidences.

Mais des autobus couinent, la rue
dresse un barrage contre la dame de mes voeux.

J’ai perdu peut-être
une rencontre doucement surannée, une amie ?

(Marie-Claire Bancquart)

 

Recueil: Terre Energumène
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Comme boutons frais (Herman Gorter)

Posted by arbrealettres sur 19 mai 2017



 

    
Comme boutons frais
votre présence,
comme boutons de rose
le rouge délicat de vos joues, votre gaîté,
comme d’éclatantes gouttes
d’argent, de provocation,
vos yeux quand vous les écartez de moi,
que le délicieux corps mince se courbe
en arrière, de côté, comme un roseau,
afin de m’attirer vers vous,
votre tendre sourire veut me dire:
tu ne viens pas

(Herman Gorter)

 

Recueil: Poètes néerlandais de la modernité
Traduction: Henri Deluy
Editions: Le Temps des Cerises

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Amour Noir (Marie-Anne Bruch)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2017




Amour Noir

Je te préfère au bonheur
comme je préfère
le rouge au rose
les impasses aux ruelles
et le tango à la farandole.

Je te préfère à l’espoir
comme je préfère
l’éclair à l’arc-en-ciel,
le pavot à la marguerite,
et le bâton à la carotte.

Je te préfère à la raison
comme je préfère
l’adolescence à l’enfance,
Tantale à Sisyphe,
et le désespoir à la résignation.

Je te préfère à la vie
comme je préfère
le noir au gris,
la douleur à l’errance,
et les vacheries aux singeries.

(Marie-Anne Bruch)

son site laboucheaoreilles ici

Illustration: Alexandre Cabanel

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE NOM (Carlos Drummond de Andrade)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2017



    

LE NOM

L’océan s’est enflé, en entendant un nom.
Les fauves ont fait silence. Du haut des monts,
une rumeur rouge et panique a dévalé
sur la ville, telle une araignée assommée,

apportant la poussière du temps écoulé
et des choses mourantes, en un si profond
désarroi, que tandis que tout il consumait,
allait croissant la force étrange de ce nom.

Quelle puissance si terrible est recueillie
dans ses syllabes cruelles et musicales,
pour ainsi ranimer tout ce qu’oublie l’esprit?

Et restent-elles à voltiger, à vibrer,
dans l’univers révulsé, entre les spirales
convulsées d’un amour qui ne peut plus aimer?

(Carlos Drummond de Andrade)

 

Recueil: La machine du monde et autres poèmes
Traduction: Didier Lamaison et Claudia Poncioni
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les enfants (Pierre Albert-Birot)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2017



Illustration: Félix Vallotton

    
Les enfants ont hier pavoisé mon repaire
De guirlandes de rires de couleurs
La nuit a volé quelque chose
Il ne reste plus guère blanc qu'un noeud rouge qui court
Il y a aussi des voix derrière les arbres
Mais ce ne sont pas les voix des arbres
Ces sages qui regardent si paisiblement les uns par-dessus les autres

(Pierre Albert-Birot)

 

Recueil: Poèmes à l’autre moi précédé de La Joie des sept couleurs et suivi de Ma morte et de La Panthère noire
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pavots (Ana Mafalda Leite)

Posted by arbrealettres sur 28 avril 2017



 

Illustration
    

Pavots

Je suis opiacée de toi
et tu parcours tous mes nerfs
avec des pavots des papillons rouges

mon corps est entrelacé de rêves
et il les sent qui cheminent par-dedans

je t’aspire
comme si l’air me manquait
et les parfums dansent en moi

quelque chose comme une drogue bien forte
corps et âme
récitent de petites prières
gestes rythmés en t’étreignant comme qui étreint
des rêves

chose étrange

opiacée je dois être ou seulement vêtue de pavots et
de beaucoup de soleil avec des lunes par-dedans

pour pouvoir mâcher ces rêves
réels comme des mandragores

(Ana Mafalda Leite)

 

Recueil: L’inventaire des choses (Anthologie)
Traduction: Marie-Claire Vromans
Editions: Action Poétique

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La fillette rose (Rafael Alberti)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2017



La fillette rose, assise.
Et sur sa jupe,
comme une fleur,
l’atlas, ouvert.

Ô comme je la regardais
voyager, moi, de mon balcon !

La blanche voile de son doigt
partie des îles Canaries
allait mourir dans la mer Noire.

Ô comme je le regardais
mourir, son doigt, de mon balcon !

La fillette, rose assise.
Et sur sa jupe,
comme une fleur,
l’atlas, fermé.

Sur l’océan de la soirée
les nuages vont, versant des larmes
qui sont des îles de sang rouges.

(Rafael Alberti)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le rire d’un enfant (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 15 avril 2017



Le rire d’un enfant,
comme une grappe
de groseilles rouges.

(Philippe Jaccottet)

Illustration: Julia Pappas

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »