Arbrealettres

Poésie

Il n’est de poésie que dans la déclaration d’amour que nous faisons aux noms aimés, par la parole ou par le chant (Jacques Darras)

Posted by arbrealettres sur 3 août 2009


POASIS https://arbrealettres.wordpress.com POEMENADES PERSONNELLES http://arbreaphotos.wordpress.com

ACCES DIRECT AUX PHOTOS LES PLUS RECENTES ou par rubriques:

RANDONNEES FRANCILIENNESRANDONNEES AUTRES ET VOYAGES MUSEES SPECTACLES EVENEMENTS CHATS JARDIN MAISON
MUSIQUES http://arbreamusiques.wordpress.com

Pour voyager parmi 27 800 Poèmes : Cliquez sur lien ou lettre ci-dessous INDEX: Index par Mots et Auteurs du site d’ArbreaLettres

Par mots: a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w y z Î à â ç é ê î ô Par auteurs: A B C D E F G H I J K L M N O P R S T U V W X Y a c m Ô

==> Copyright © : La propriété des poèmes et des illustrations publiés sur ce site revient à leurs auteurs respectifs
Si vous souhaitez retirer une de vos oeuvres publiée ici, merci de me le signaler

litterature

> La NEVRALGIE PUDENDALE A découvrir et pour faire avancer les choses cliquer ici <<<

Posted in poésie | 132 Comments »

Lisbonne Story (Wim Winders)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Date de sortie cinéma : 6 juillet 1995
Réalisé par Wim Wenders

Sans doute TRES ennuyeux pour certains! lol!

Un pur moment de Bonheur Poétique pour d’autres
Entraîné par la musique envoûtante de « Madredeus »

Allociné_Film \ »Lisbonne Story\ »


Quelques extraits du Groupe Madredeus ici et ci-dessous

 

Posted in poésie | Tagué: , | 2 Comments »

Elle passe… (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Elle passe…

LE ciel l’encadre ainsi que ferait une châsse,
Et je vivrais cent ans sans jamais la revoir.
Elle est soudaine : elle est le miracle du soir.
L’instant religieux brille et tinte. Elle passe…

Je suis venue avec la foule des lépreux
Dès l’aurore, ayant su que je serais guérie.
Ils regardent vers elle avec idolâtrie
En pleurant à voix basse. Et je pleure avec eux.

Un rayon d’espérance illumine l’espace,
Car ses pieds nus ont sanctifié le chemin.
Voyez ! un grand lys blanc est tombé de sa main…
Les sanglots se sont tus brusquement. Elle passe.

De nous tous qui pleurions elle a fait ses élus,
Et parmi nous aucun ne pleure ni ne doute.
Elle ne reviendra plus jamais sur la route,
Mais je la vis passer et je ne souffre plus.

(Renée Vivien)

Illustration: Alexandru Darida

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Errer (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Errer

Elle va elle va
La remuante vie
Distançant nos fictions
Devançant tous nos rêves

Tandis que nous errons
D’ébauches en ébauches
Fabriquant sur l’écorce du monde
De frêles abris

Tandis que nous rôdons
Vers l’incernable issue
Mendiants d’éternité
Et de terres mal promises

Les peurs parfois nous déportent
Vers de douteux appuis
Nous enferment parfois
En de sombres bastilles
Sans fenêtres sur l’espace
Sans passage vers autrui.

(Andrée Chedid)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Chanson pour la reine des sept poissons (Edmond Jabès)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Sept poissons dans l’eau claire
réclament une Reine. Ce sont
les sept poissons des sept mers.

Poisson d’or, il me faut
une Reine en chapeau.

Poisson rouge, il me faut
une Reine en couteau.

Poisson vert, il me faut
une Reine en jet d’eau.

Cornez, acier des routes,
Le monde vous redoute.

Sept poissons et sept Reines
se disputent la mer.

Poisson blanc, il me faut
une Reine déshabillée.

Poisson jaune, il me faut
une Reine allumée.

Poisson bleu, il me faut
une Reine évaporée.

Mugissez, sirènes d’ombre,
Le nombre vous dénombre.

Sept poissons dans l’eau froide
élisent leur Reine. Ce sont
les sept poissons des sept rades.

« Et moi – dit le poisson des peines –
Je veux être ma propre Reine. »

(Edmond Jabès)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Liminaire (Birago Diop)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Liminaire

Des Yeux m’ont regardé dont maintenant je doute,
Des Yeux très lourds, des Yeux très las, des Yeux très doux.
Des Voix ont murmuré, qui depuis, furent toutes,
Des Voix mortes ailleurs et que j’entends partout.

LUEURS qui,jalonnez mon hésitante Route,
LEURRES des Jours partis vers je ne sais plus où,
Souvent, me retournant, je les cherche et j’écoute
Leurs Echos, leurs Reflets, m’arrivent-ils de vous ?

Des Bouches ont souri, mais sur d’autres Visages,
Et des Corps ont passé laissant dans leurs Sillages
Des Traces qui plus tard hantèrent d’autres Corps.

Des rythmes ont surgi berçant d’autres Accords ;
Mais, Leurres et Lueurs, de vos défunts Présages,
Naissent des Rêves lourds comme des Enfants morts.

(Birago Diop)


Illustration: Pierre-Yves Vigneron

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Reflets d’Ardoise (Renée Vivien)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Reflets d’Ardoise

Vois, tandis que gauchit la bruine sournoise,
Les nuages pareils à des chauves-souris,
Et là-bas, gris et bleu sous les cieux bleus et gris,
Ruisseler le reflet pluvieux de l’ardoise.

O mon divin Tourment, dans tes yeux bleus et gris
S’aiguise et se ternit le reflet de l’ardoise.
Tes longs doigts, où sommeille une étrange turquoise,
Ont pour les lys fanés un geste de mépris.

La clarté du couchant prestigieux pavoise
La mer et les vaisseaux d’ailes de colibris…
Vois là-bas, gris et bleu sous les cieux bleus et gris,
Ruisseler le reflet pluvieux de l’ardoise.

Le flux et le reflux du soir déferlent, gris
Comme la mer, noyant les pierres et l’ardoise.
Sur mon chemin le Doute aux yeux pâles se croise
Avec le Souvenir, près des ifs assombris.

Jamais, nous défendant de la foule narquoise,
Un toit n’abritera nos soupirs incompris…
Vois là-bas, gris et bleu sous les cieux bleus et gris,
Ruisseler le reflet pluvieux de l’ardoise.

(Renée Vivien)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tant que je repose inerte immobile (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



 

Tant que je repose inerte immobile,
je ne fais qu’entasser la masse des choses,
je ne fais que dévorer ce monde
par petits morceaux, ainsi que fait l’insecte.
Chaque fardeau de douleurs devient plus pesant;
la vie vieille, blanchie parmi l’hiver des doutes
est courbée sous le poids d’une préoccupation.

Mais si je vais et cours
dans le torrent du mouvement
avec la masse serrée de ce monde,
tous vêtements déchirés, lacérés,
alors les fardeaux variés de la souffrance se dissipent.
Je deviens pur, baignant dans le courant de marche
et je bois la liqueur immortelle de marche.
Ma jeunesse est éveillée à la vie neuve,
elle rajeunit à chaque instant!

Ainsi je suis le voyageur dont les regards vont en avant,
à quoi vous servirait de m’appeler derrière ?
Je ne demeure pas assis dans ma maison, envoûté par l’attirance de la mort!
Mais j’ai mis ma guirlande au cou de l’Etre Jeune.
Je porte à la main ses présents d’union,
je rejette l’ancien fardeau, l’amas précieux de ma vieillesse!
Le grand ciel est empli du joyeux chant de marche,
ô toi mon âme,
Dieu Poète du Monde chante en ton chariot,
et le soleil, la lune, les étoiles chantent à l’entour!

(Rabindranath Tagore)

Illustration: Hartig Kopp Delaney

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Retouche à l’Internat (Daniel Boulanger)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016




Retouche à l’Internat

dans le lierre des jours
l’odeur de chien de la mémoire

les murs ont pris le battement du coeur éteint
le bruit de clés le rire de l’enfance
qui se passait le ciel au doigt

le doute les longs coups du vent
quand l’âme en tenue de voyage
appareillait sur une feuille d’arbre

(Daniel Boulanger)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ton mystère éternel (Wen I-To)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Ton mystère éternel, ton beau mensonge,
Ta question obstinée, ton pur éclat,
Je ne sais quoi d’intime, une haute flamme,
Une voix inouïe, mais qui es-tu?
Nul doute en moi, ce lien doit être vrai;
L’océan ne saurait trahir ses vagues!

On aime le chant quand on est dans le rythme,
Ô souffle fulgurant, tu m’as vaincu.
Tu m’as vaincu, chatoyant arc-en-ciel,
Toi, présence de cinq mille ans, sois là!
Mon seul désir: te serrer dans mes bras,
Comme tu es sauvage, comme tu es belle!

(Wen I-To)

Illustration Frederic Leighton

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le parfum des roses (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 27 septembre 2016



Le parfum des roses

Un chauve têtu construit
jour après jour sa maison
de la plus lourde pierre

pour dérober au soleil
aux dialogues de la pluie
sa pauvre éternité

sans se douter qu’un coup de sang
le guette dans le jardin
au détour charmant de l’allée.

Pourtant déjà l’oreille pointe
et le mufle dans le buisson
où bêle le parfum des roses.

(Jean Joubert)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »