Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘pourquoi’

Fable (Claude Haller)

Posted by arbrealettres sur 17 juin 2022




    
Fable

Il est né
Disait-il
Pour aimer

Pour aimer qui
Pour aimer quoi
Il ne le savait pas

Il a donc attendu
Attendu qui
Attendu quoi
Attendu qu’il ne le savait pas

Ce qui est dur
D’attendre
C’est qu’à la fin
Et sans savoir pourquoi
Les dés en sont jetés
Et votre vie avec

Quand on vous dit
D’aimer
Sans attendre
Qu’attendez-vous

(Claude Haller)

Recueil: Poèmes du petit matin
Traduction:
Editions: Hachette

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avant que le Ciel ne m’ait donné vie (Wang Fanzhi)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2022



Illustration: Jeanne Balas
    
Avant que le Ciel ne m’ait donné vie,
j’étais dans l’obscurité sans conscience;
Le Ciel soudain m’a donné naissance;
il me l’a donnée pour quoi faire?
Sans habit, je ressens le froid;
sans nourriture, j’éprouve la faim;
Rendez-moi mon moi du Ciel,
rendez-moi le moi d’avant de naître!

(Wang Fanzhi)

Recueil: Poèmes Chan
Traduction: du chinois par Jacques Pimpaneau
Editions: Philippe Picquier

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

COMPLAINTE DE GALILÉE (Christoph Janacs)

Posted by arbrealettres sur 11 juin 2022



Illustration: Tineke Storteboom
    
Poem in French, English, Spanish, Dutch and in Albanian, Arabic, Armenian, Bangla, Bosnian, Catalan, Chinese, Farsi, German, Greek, Gujarati, Hebrew, Hindi, Icelandic, Indonesian, Irish (Gaelic), Italian, Japanese, Kiswahili, Kurdish, Macedonian, Malay, Polish, Portuguese, Romanian, Russian, Serbian, Sicilian, Tamil

Painting by Tineke Storteboom, Netherlands

Poem of the Week Ithaca 728, “GALILEI’S LAMENTATION”, CHRISTOPH JANACS, Austria, 1955

Selected from the project in progress « Lamentationes »,
which will be published by Edition Tandem in Salzburg in 2023

– All translations are made in collaboration with Germain Droogenbroodt –

***

COMPLAINTE DE GALILÉE

Pourquoi construire
un téléscope
qui fait voir
des choses impossibles?
pourquoi lever
les yeux
vers un ciel vide?

l’humanité ne sait pas
voir

mais pourtant je pense
à la conception
et la séduction
de l’inconnu

c’est pourquoi je construis
des objets inutiles
et je conçois
l’inconcevable.

(Christoph Janacs), Autriche
Traduction Elisabeth Gerlache

***

GALILEI’S LAMENTATION

what to construct
a telescope for
that shows
impossible things?

why raise
the eyes
to an empty
sky?

mankind does not
know how to look

nevertheless, I believe
in mind
and the temptation
of the unknown.

that is why I construct
useless things
and think
the unthinkable

CHRISTOPH JANACS, Austria
Translation Germain Droogenbroodt

***

LAMENTO DE GALILEI

¿para qué construir
un telescopio
que muestra cosas
imposibles?

¿porqué levantar
los ojos
a un cielo
vacío?

la humanidad
no sabe mirar

sin embargo creo
en la razón
y la seducción
del desconocido

por eso construyo
cosas inútiles
y pienso
lo impensable

CHRISTOPH JANACS, Austria
Traducción Germain Droogenbroodt – Rafael Carcelén

***

GALILEI’S KLAAGZANG

waarom een telescoop
construeren
die onmogelijke dingen
laat zien?

waarvoor de ogen
verheffen
naar een lege
hemel?

de mensheid weet
niet te zien
maar toch geloof ik
in het verstand
en de verlokking
van het onbekende

daarom construeer ik
nutteloze dingen
en denk ik
het ondenkbare

CHRISTOPH JANACS, Oostenrijk
Vertaling Germain Droogenbroodt

***

VAJTIMI I GALILEIT

përse të ndërtohet
një teleskop
që gjëra të pamundura
tregon?
përse të ngremë
sytë
drejt një qielli
bosh?
njerëzimi nuk di
as të vështrojë
megjithatë, unë besoj
në mendjen
dhe tundimin
e së panjohurës.
kjo është arsyeja pse ndërtoj
gjëra të kota
dhe të pamendueshmen
mendoj.
CHRISTOPH JANACS, Austria, 1955
Translation into Albanian by Irma Kurti

***

النَّائِحُ غَالِيلِي

لِمَاذَا نَبْنِي تِلِسْكُوبًا
يَكْشِفُ المُسْتَحِيلَات؟
لِمَاذَا تَرْفَعُ عَيْنَيك إِلى السَّمَاءِ الفَارِغَةِ؟
عَلَى الرُّغم مِن أَنَّ الجَمِيعَ لَا يَعْرِفُون كَيْفَ يَنْظُرُون

أَنا أُؤمِن بِالحِكْمَةِ ويغريني إِكْتِشَافُ المَجْهُولِ
لَهَذَا السَّبَبِ أَبْنِي أَشْيَاءً بِلا فَائِدَةٍ
وَأُخْرَى لَا يَمْكِنُ تَصَوُّرُهَا أَبَدًا.

كريستوف جاناكس (CHRISTOPH JANACS)، النمسا، 1955
ترجمة للعربية: عبد القادر كشيدة
Translated into Arab by Mesaoud Abdelkader

***

Գալիլեյի ողբը

Ինչի՞ համար
աստղադիտակ կառուցել,
որն անհնարին բաներ է
ցույց տալիս:

Ինչու՞ աչքերը
դեպի երկինք
հառել:
Մարդկությունը չգիտի՝
ինչպես նայել,
այնուամենայնիվ,
ես հավատում եմ մտքին և
գայթակղությանը անհայտի:

Ահա թե ինչու եմ ես կառուցում
անպետք բաներ
և խորհում
աներևակայելիի մասին:

Թարգմանությունը Գերման Դրոգենբրոդտի
Հայերեն թարգմանությունը Արմենուհի Սիսյանի
Քրիստոֆ Ջանաքս, Օստերեյխ, 1955
Ընտրված է ընթացքի մեջ գտնվող ՛՛Ողբեր՛՛նախագծից, որը hրատարակվելու է
Զալցբուրգում 2023թ.-ին Թանդեմ հրատ.-ի կողմից:
Armenian trnslation by Armenuhi Sisyan

***

গ্যালিলিওর মর্মবেদনা

করবো কি করে আমি উদ্ভাবন
একটি টেলিস্কোপ যা
আশা দেখায়
অসম্ভব কিছুর?

কেন চাইবো
চোখ তুলে
কোন একটি শূন্য আকাশ
পানে?

মানবতা জানেনা
কি করে হয় দেখতে

তবুও, বিশ্বাস নিয়ে রই
আমার মন মাঝারে
আর আছে আকর্ষণ
অজানা কোন কিছুর তরে ।

তাই আমি কুড়ি সৃষ্টি
নিরর্থক কিছু
আর করি রচনা
অভাবনীয় স্বপ্নের

ক্রিস্টফ জ্যানাকস, অস্ট্রিয়া, ১৯৫৫
অনুবাদ জার্মেইন ড্রুজেনব্রুডট
Bangla Translation: Tabassum Tahmina Shagufta Hussein

***

GALILEOVA LAMENTACIJA

šta konstruisati
teleskop za
to pokazuje
nemoguće stvari?

zašto podizati
oči
na prazno
nebo?
čovečanstvo ne
znati kako izgledati
ipak, verujem
najmanje
i iskušenje
nepoznatog.
zato konstruišem
beskorisne stvari
i razmisli
nezamislivo

CHRISTOPH JANACS, Austrija, 1955
Translated into Bosnian by Maid Corbic

***

LAMENT DE GALILEU

Per què construir
un telescopi
que mostra coses
impossibles?

per què aixecar
els ulls
a un cel
buit?
la humanitat
no sap mirar

crec però
en la raó
i en l’atracció
d’allò descononegut

per això construeixo
coses inútils
i penso
allò impensable

CHRISTOPH JANACS, Àustria
Traducció al català: Natalia Fernández Díaz-Cabal

***

伽利略的哀歌

为什么造
望远镜
为展示
不可能的东西?

为什么举
眼睛
到空旷的
天空?

人类不懂
怎样看

不过,我内心
相信
这未知
的诱惑。
这就是我为什么构建
无用的事物
和思考
不可思议的东西

原作:奥地利 克里斯托夫·贾纳茨1955
英译:比利时 杰曼·卓根布鲁特
Translated into Chinese by Willam Zhou

***

مرثیه برای گالیه

چه تلسکوپی بسازیم
تا چیزهای غیرممکن را
نشان دهد؟
چرا به آسمان خالی
نگاه کنیم؟
بشر نمی‌داند
چگونه نگاه کند
با اینحال من به ذهن
و وسوسه ناشناخته ایمان دارم.
به همین جهت
من چیزهای بیهوده را می‌سازم
و به چیزهای محال فکر می‌کنم.

کریستف جانیس، اتریش، ۱۹۵۵
ترجمه از سپیده زمانی
Translated into Farsi by Sepedih Zamani

***

GALILEIS KLAGE

wofür ein teleskop
konstruieren
das unmögliche dinge
zeigt?

wozu die augen
erheben
zu einem leeren
himmel?

die menschheit versteht
nicht zu schauen

dennoch glaube ich
an den verstand
und die verlockung
des unbekannten

deshalb konstruiere ich
nutzlose dinge
und denke
das undenkbare

CHRISTOPH JANACS, Österreich

***

ΘΡΗΝΟΣ ΤΟΥ ΓΑΛΙΛΑΙΟΥ

Γιατί να εφεύρω
το τηλεσκόπιο
που δείχνει
τ’ αδύνατο;

Γιατί να υψώσω τα μάτια
προς τον έρημο ουρανό;

Το μάτι τ’ ανθρώπου
δεν ξέρει πώς να δει.

Μα, ας είναι, πιστεύω
στο νου και στην πρόκληση
του αγνώστου

γι’ αυτό έχω εφεύρει
άχρηστα εργαλεία
και διαλογίζομαι
το ακατανόητο.

Μετάφραση Μανώλη Αλυγιζάκη
Translated into Greek by Manolis Aligizakis

***

ગેલેલીનો વિલાપ

શા માટે એવું દૂરબીન રચવું કે જે અશક્ય વસ્તુઓ બતાવે છે?
શા માટે ખાલી આકાશ સામે આંખો ઉંચી કરીને જોવું?
માણસજાતને નથી ખબર કેવી રીતે જોવું
તેમ છતાં, મને વિશ્વાસ છે એ અજાણ્યાં મગજ અને લાલચ પર.
અને એટલા માટે જ હું રચના કરું છું એ બિનઉપયોગી વસ્તુઓની અને કરું છું અશક્ય વિચારો.

Translation into Gujarati: Nirali Soni

***

קינת גלילאו / קריסטוף יאנאש
Christoph Janacs
נולד באוסטריה, 1955

לָמָּה לִבְנוֹת
טֶלֶסְקוֹפּ
שֶׁמַּרְאֶה
דְּבָרִים בִּלְתִּי אֶפְשָׁרִיִּים?

לָמָּה לְהָרִים
עֵינַיִם
לְשָׁמַיִם
רֵיקִים?

הָאֱנוֹשׁוּת אֵינָהּ
מְבִינָה אֵיךְ לְהִתְבּוֹנֵן

לַמְרוֹת זֹאת, אֲנִי מַאֲמִין
בַּתּוֹדָעָה
וּבַפִּתּוּי
שֶׁל הַלֹּא-מֻכָּר

לָכֵן אֲנִי בּוֹנֶה
דְּבָרִים לֹא נְחוּצִים
וְחוֹשֵׁב
עַל הַבִּלְתִּי מִתְקַבֵּל עַל הַדַּעַת

תרגום מאנגלית: ג’רמיין דרוגנברודט
הציור של Tineke Storteboom

תרגום מאנגלית לעברית: דורית ויסמן
Translated into Hebrew by Dorit Weisman

***

गैलीलियो का विलाप

क्या निर्माण करना है
एक दूरबीन
वो दिखाता है
असंभव चीजें?
आंखें क्यों ऊपर उठाएं
एक खाली आसमान को?
मानव जाति नहीं
पता है कैसे दिखना है
फिर भी, मुझे विश्वास है
मन में
और प्रलोभन
अज्ञात की।
इसलिए मैं निर्माण करता हूं
बेकार चीजें
और मैं सोचता रहता हूँ
अकल्पनीय।

क्रिस्टोफ जानक्स, ऑस्ट्रिया, 1955
अनुवाद – ज्योतिर्मय ठाकुर l
Hindi translation by Jyotirmaya Thakur.

***

HARMAKVEIN GALILEIS

til hvers að byggja
sjónauka
sem sýnir
ómögulega hluti?
hvers vegna
að líta upp
í auðan
himin?
mennirnir kunna
ekki að horfa
engu að síður trúi ég
á skynsemina
og freistingu
hins óþekkta.
þess vegna byggi ég
gagnslausa hluti
og hugsa
óhugsandi hugsanir

CHRISTOPH JANACS, Austurríki, 1955
Þór Stefánsson þýddi samkvæmt enskri þýðingu Germains Droogenbroodt
Translated into Icelandic by Thor Stefansson

***

ELEGI GALILEI

untuk apa ciptakan
teleskop
yang menunjukan
hal yang tak mungkin?

mengapa mata menatap
naik
ke arah langit
yang hampa?

manusia tak
tahu bagaimana memandang

namun, aku yakin
pada fikiran
dan godaan
dari yang tidak dipaham.

Tersebab itulah kucipta
hal yang tak berguna
dan berfikir
yang tak terfikirkan

CHRISTOPH JANACS, Austria, 1955
Translation Lily Siti Multatuliana (Indonesia)

***

OLAGÓN GALILEo

Cad fós atá le tógáil—
teileascóip
a thaispeánann
rudaí dodhéanta?

Cad chuige
a n-amharcfaí
i dtreo spéir
folaimh?

Ní thuigeann an cine daonna
conas amharc i gceart;

é sin ráite, creidim
san aigne
agus i gcathú
an rud aineoil.

Sin an chúis a thógaim
rudaí gan tairbhe,
an chúis a dhéanaim machnamh
faoi rudaí domhachnaithne.

CHRISTOPH JANACS, Austria, 1955
Leagan Gaeilge le Rua Breathnach
Translated into Irish (Gaelic) by Rua Breathnach

***

LAMENTAZIONI DI GALILEO

A che scopo costruire
un telescopio
che mostri
cose impossibili?

Perchè sollevare
gli occhi
a un cielo
vuoto?

L’essere umano non
sa come guardare

tuttavia, credo
nella mente
e nella tentazione
dell’ignoto.

Per questo costruisco
inutile cose
e penso
l’impensabile.

CHRISTOPH JANACS, Austria
Traduzione di Germain Droogenbroodt e Luca Benassi

***

ガリレイの嘆き

何をつくるべきか
不可能なものを見せてくれる望遠鏡?

なぜ何もない空を見上げるのか?

人間はどのように見るのかを知らない
にもかかわらず、わたしは
未知のものへの誘惑を信じる

だからわたしは役に立たぬものをつくり
考えられないことを考えるのだ

クリストフ・ジャナックス
(オーストリア, 1955)
Translated into Japanese by Manabu Kitawaki

***

MAOMBOLEZO YA GALILEI

maana gani, kutengeneza darubini ionyeshayo mambo isiyowezekana?
haja gani kuinua
macho
kwenye anga tupu?
mwanadamu hajui jinsi ya kuangalia
Walakin, ndio naamini akili na majaribio ya wasiojulikana.
ndio maana naunda vitu visivyo na maana, na kufikiria kisichofikirika.

CHRISTOPH JANACS, Austria, 1955
Watafsiri Germain Droogenbroodt na Bob Mwangi Kihara
Translated into Kiswahili by Bob Mwangi Kihara

***

ŞÎNA GALÎLO

ji çi re teleskopekê
dirustbikin
ya ku nikane tiştekî
nimabike?

ji çi re çehvan
jordanî de bikin
bona esmanekî
vala?

mirovatî lê nihhêrînê
tênagîhne

tevî wê jî ez bi xîredê
bawerdikim
û bi arana
yê nenaskirî

lema jî ez
tiştên bêhavil dirustdikim
û bîrdikim
li yê bîr lê natêkirin

CHRISTOPH JANACS, 1955, Nemsa
Translation into Kurdish by Hussein Habasch

***

ПЛАЧОТ НА ГАЛИЛЕЈ

зошто би се конструирал
телескоп
што покажува
невозможни нешта?

зошто би се насочувале
очите

кон празното
небо?

човештвото не знае
да гледа

сепак, верувам
во умот
и искушението
на непознатото.
токму затоа конструирам
некорисни нешта
и мислам
на незамисливото

КРИСТОФ ЈАНАКС, Aвстрија, 1955
Christoph Janacs, Austria, 1955

Превод: Жермен Дрогенброт и Даниела Андоновска-Трајковска
Translation: Germain Droogenbroodt and Daniela Andonovska-Trajkovska

***

RATAPAN GALILEI

apa yang hendak dibina
teleskop untuk
pertunjukan-pertunjukan itu
perkara yang mustahil?

mengapa beliakkan
mata-mata
ke langit
yang kosong?

manusia tidak
tahu cara untuk melihat

walau bagaimanapun, aku percaya
di minda
dan godaan
yang tidak diketahui

itu sebabnya kubina
benda-benda tak berguna
dan fikirkan
yang tak terfikirkan

CHRISTOPH JANACS, Austria, 1955
Terjemahan Irwan Abu Bakar
Malayan translation by Irwan Abu Bakar

***

LAMENTACJA GALILEUSZA

po co budować
teleskop
który pokazuje
rzeczy niemożliwe

po cóż wznosić
oczy
ku pustemu
niebu?

ludzkość nie wie
jak patrzeć

a jednak wierzę
w umysł
i pokusę
nieznanego

dlatego konstruuuję
rzeczy bezużyteczne
i rozmyślam
o tym, co nie do pomyślenia

Translated to Polish: Mirosław Grudzień – Anna Maria Stępień

***

LAMENTO DE GALILEU

para quê construir
um telescópio
que mostra coisas
impossíves?

para quê levantar
os olhos
para um céu
vazio?

a humanidade
não sabe olhar

acredito no entanto
na razão
e na atração
do desconhecido

por isso construo
coisas inúteis
e penso
o impensável.

CHRISTOPH JANACS, Austria
Tradução portuguesa: Maria do Sameiro Barroso

***

LAMENTAREA LUI GALILEO

la ce bun să concepi
un telescop
ca să-ți arate
ceva inexistent?

la ce bun
să-ți îndrepți ochii
spre un cer
pustiu?

știm bine că omenirea
nu știe să privească

dar eu, cu toate acestea,
cred în puterea minții
și în chemarea
necunoscutului

de aceea construiesc
obiecte inutile
și îmi imaginez
neînchipuirea

CHRISTOPH JANACS, Austria
Traducerea: Gabriela Căluțiu Sonnenberg
Translated into Romanian by Gabriela Căluțiu Sonnenberg

***

ЖАЛОБА ГАЛИЛЕЯ

для чего создавать
телескоп
который видит
невидимое?
для чего поднимать
глаза
и смотреть в пустое
небо?
человечество знает
ничего не увидеть
но все же я верю
в разум
и в соблазн
познать непознанное
поэтому я создаю
бесполезные вещи
и размышляю
о немыслимом
КРИСТОФ ЯНАЧ, Австрия, 1955
Перевод Гермайна Дрогенбродта
Перевод на русский язык Дарьи Мишуевой
Translated into Russian by Daria Mishueva

***

Sardo

Gianni Mascia

****

GALILEJEVO JADIKOVANJE

zašto napraviti teleskop
koji pokazuje nemoguće stvari?
zašto istraživati
prazno nebo?
čovečanstvo ne zna
kako da istražuje
pa ipak verujem u svest
i izazov nepoznatog
zato pravimo beskorisne stvari
i mislimo nezamislivo

ЦХРИСТОПХ ЈАНАЦС, Aустрија
Sa engleskog prevela S. Piksiades
Translated into Serbian by S. Piksiades

***

U LAMENTU DI GALILEI

Pirchì costruiri
un telescopiu
ca fa vidiri
cosi mpossibili?

Pirchì isari l’occhi
a lu celu
vacanti?

L’umanità
Non sapi taliari.

Cu tuttu chissu,
jo cridu
nni la menti
e la tintazioni
di lu sconusciutu.

Pirchissu costruisciu
cosi inutili
e penzu
a lu mpinzabbili.

CHRISTOPH JANACS, Österreich, 1955
Traduzioni in sicilianu di Gaetano Cipolla

***

கலீலியோவின் துயர்!

இயலாதவிஷயங்களைக் காட்டுவதற்காக
தொலைஆடியை எப்படி ஏன் கட்டுவது?
ஒன்றுமில்லாத ஆகாயத்தைக்காண
ஏன் கண்களை உயர்த்த வேண்டும்?

மனித இனத்திற்கு எப்படிப் பார்ப்பது
என்பது தெரியாது
இருப்பினும் தெரியாமையின் ஆர்வம்
என மனதில்இருந்து நம்புகிறது !

அதனால்தான்
நினைக்கமுடியாதவற்றை நினைத்து
பயனற்றவற்றை
கட்டுகிறேன்!
ஆக்கம்
இயலாதவிஷயங்களைக் காட்டுவதற்காக
தொலைஆடியை எப்படி ஏன் காட்டுவது?
ஒன்றுமில்லாத ஆகாயத்தைக்காண
ஏன் கண்களை உயர்த்த வேண்டும்?
மனித இனத்திற்கு எப்படிப் பார்ப்பது
என்பது தெரியாது
இருப்பினும் தெரியாமையின் ஆர்வம்
என மனதில்இருந்து நம்புகிறது !
அதனால்தான்
நினைக்கமுடியாதவற்றை நினைத்து
பயனற்றவற்றை
கட்டுகிறேன்!
ஆக்கம்

CHRISTOPH JANACS, Österreich, 1955
ஆங்கில மொழிமாற்றம்
ஜெர்மெய்ன் ட் ரூகன்பரூட்ட்

Translated into Tamil by DR. N V Subbaraman

Recueil: ITHACA 728
Editions: POINT
Site: http://www.point-editions.com/en/

FRIENDS ITHACA
Holland: https://boekenplan.nl
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
France: https://arbrealettres.wordpress.com
Poland: http://www.poetrybridges.com.pl
Romania: http://www.logossiagape.ro; http://la-gamba.net/ro; http://climate.literare.ro; http://www.curteadelaarges.ro.; https://cetatealuibucur.wordpress.com
Spain: https://www.point-editions.com; https://www.luzcultural.com
India: https://nvsr.wordpress.com; https://ourpoetryarchive.blogspot.com>
USA-Romania: http://www.iwj-magazine.com/journal02

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Petit oiseau écervelé (Nicolaï Oleïnikov)

Posted by arbrealettres sur 2 mai 2022



Illustration: Jean-Claude Forez
    
Petit oiseau écervelé
Au plumage blanc,
Pourquoi sans cesse t’agiter,
Pour qui te ronges-tu les sangs?
Pourquoi si plaintivement
Pousses-tu ton chant?
Pourquoi tu ne pleures pas
Pourquoi tu ne souris pas?
Pour quelle raison souffres-tu,
Et dans quel but vis-tu?
Voilà — tu ne sais pas —
Pas besoin de savoir.
De toute façon tu périras,
Et ce sera pareil pour moi.

(Nicolaï Oleïnikov)

 

Recueil: Un poète fusillé
Traduction: Anne de Pouvourville Gallimard
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ta voix… (Liu Xiaozu)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2022




    
Ta voix…
(Chansons sur l’air de la « Branche suspendue »)

Mon chéri, ce n’est pas que je voudrais que tu m’appelles.
Un appel non souhaité est bien sûr mal venu.
Pourquoi m’appeler, si tu n’en as pas envie ?
Ta voix me réjouit et me va droit au coeur,
Mais s’y forcer est peine perdue :
Mieux vaut en fin de compte n’en rien faire.
Dès que tu me vois, tu aimerais que je t’appelle, mon chéri.
Si, en famille, je ne le fais, tu deviens anxieux.
Puisque je t’aime, qu’est-ce que ça peut te faire ?
La voix n’est que sur les lèvres ; mon amour, je te porte dans mon coeur.
Si le tien est sincère, n’est-ce pas aussi bien de ne pas s’appeler ?

(Liu Xiaozu)

 

Recueil: Cent poèmes d’amour de la Chine ancienne
Traduction: André Lévy
Editions: Philippe Picquier

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur ma manche rose (Hidé-Yossi)

Posted by arbrealettres sur 27 mars 2022



Illustration: Hosui Yamamoto
    
Sur ma manche rose
Dont mes larmes noient les fleurs,
La lune se pose.
Dis au moins: Pourquoi ces pleurs ?
O toi, qui sais bien leur cause!

***

Sodé no yé ni
Taré youyé touki wa
Yadorou zo to
Yosso ni nassité mo
Hito no toyé Kassi.

(Hidé-Yossi)

Recueil: Poëmes de la libellule
Traduction: Judith Gautier
Editions: Beaux-Arts de Paris

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LES JAMBES DE BOIS (René de Obaldia)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2022



LES JAMBES DE BOIS

Quand on perd une jambe à la guerre
On en met une autre de bois
Car i1 parait qu’on a beau faire
Les jambes ne repoussent pas.

Mais peut-on me dire pourquoi
I1 ne pousse pas de feuilles sur les jambes de bois ?

Des feuilles toute vertes
Avec des tas d’insectes,
Des feuilles toute belles
Où les papillons viendraient réparer leurs ailes…

Le soleil voudrait se mettre de la partie
Il pourrait y grimper des fruits,
Et ça serait tout de même chic
D’avoir sur soi des poires
Qu’on prendrait sans histoires
Des pommes et des prunes et des petits pois chiches !

Si tous les hommes avaient une jambe de bois
Qu’on arroserait bien les jours qu’il ne pleut pas
Ca f’rait une forêt qui n’en finirait pas.

(René de Obaldia)


Illustration: Michel Michaux

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Rondeau de la guerre de Cent Ans (Jacques Roubaud)

Posted by arbrealettres sur 24 mars 2022



Illustration  
    
Rondeau de la guerre de Cent Ans

Vous partez, chevalier, pourquoi ?
« Mais, pour la guerre de Cent Ans ! »
Ça vous fera bien cent vingt mois
Sans retourner en Vendômois
Où votre épouse vous attend

Elle vous attend sans émoi
Écartant tous ses prétendants
Filant, jouant au jeu de l’oie
Vous partez, chevalier, pourquoi ?

Les années passent, il fait froid
Votre épouse a les cheveux blancs
Ses os brinquebalent, sa voix
Se casse, toujours elle attend
Mais pourquoi, chevalier, pourquoi ?

(Jacques Roubaud)

 

Recueil: Rondeaux poésies
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE JOUR OÙ TOUT SE BRISE EN TOI (Cécile Coulon)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2022



Illustration: Bing Wright
    
LE JOUR OÙ TOUT SE BRISE EN TOI

Le jour où tout se brise en toi
est un jour de vacances, ou bien
un jour de bureau, ou encore
un jour de retrouvailles, un jour
de famille, d’amis, de mariage ou de sexe.

Le jour où tout se brise en toi
ressemble aux autres jours de l’année : bien
sûr il y eut des signes de cet effondrement
mais tout est toujours sur le point de
s’effondrer, les immeubles, les piles de
linge propre, les actions en bourse,
alors pourquoi accorder à ces alarmes
quotidiennes la moindre importance ?

Le jour où tout se brise en toi —
je dis bien « tout » car il ne s’agit pas seulement
du coeur cassé comme le cou d’une volaille
la veille d’un dimanche à la campagne,
je parle du corps, de l’os du genou à celui de la mâchoire,
je parle de l’âme dans ses derniers retranchements,
je parle des plaies qui s’ouvrent, toutes en même temps.
Je parle de la raison qui se jette contre les murs,
du crâne mordu du sommet au
menton, des doigts de la main gauche
pliés entre ceux de la main droite.

Le jour où tout se brise en toi,
le pire n’est pas la quantité ahurissante de larmes
que tu bois des paupières à la bouche,
ni la migraine qui paralyse le visage et la nuque,
le pire, le jour où tout se brise en toi,
c’est le langage qu’on abandonne pour
des reniflements, le langage qu’on roue de coups
pour qu’il cesse d’aboyer ses mots d’amour
et de respect, le langage qu’on étouffe
dans la pornographie, le langage auquel on croyait tant
qui s’effondre avec le reste.

Le jour où tout se brise en toi
tu t’en veux si fort d’y avoir cru.

(Cécile Coulon)

Recueil: Noir Volcan
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Jean-Daniel (Charles-Ferdinand Ramuz)

Posted by arbrealettres sur 6 mars 2022



Illustration: Marfa Indoukaeva
    
Jean-Daniel

I

Ce jour-là, quand je t’ai vue,
j’étais comme quand on regarde le soleil;
j’avais un grand feu dans la tête,
je ne savais plus ce que je faisais,
j’allais tout de travers comme un qui a trop bu,
et mes mains tremblaient.

Je suis allé tout seul par le sentier des bois,
je croyais te voir marcher devant moi,
et je te parlais,
mais tu ne me répondais pas.

J’avais peur de te voir, j’avais peur de t’entendre,
j’avais peur du bruit de tes pieds dans l’herbe,
j’avais peur de ton rire dans les branches;
Et je me disais: «Tu es fou,
ah! si on te voyait, comme on se moquerait de toi! »
Ça ne servait à rien du tout.

Et, quand je suis rentré, c’était minuit passé,
mais je n’ai pas pu m’endormir.
Et le lendemain, en soignant mes bêtes,
je répétais ton nom, je disais: « Marianne… »
Les bêtes tournaient la tête pour entendre;
je me fâchais, je leur criais: « Ça vous regarde?
allons, tranquilles, eh! Comtesse, eh! la Rousse… »
et je les prenais par les cornes.

Ça a duré ainsi trois jours
et puis je n’ai plus eu la force.
Il a fallu que je la revoie.
Elle est venue, elle a passé,
elle n’a pas pris garde à moi.

II

Les amoureux, c’est pour les filles
comme un écureuil dans un arbre;
elles s’amusent à le voir grimper:
sitôt qu’il est loin, il est oublié.
Elles ne pensent qu’à des bagues,
à des chapeaux, à des colliers;
qu’est-ce que çа leur fait qu’on souffre?
sitôt qu’on est loin, on est oublié.

C’est des miroirs à alouettes,
ça brille à distance, mais, quand on est près,
ça n’est plus rien que des morceaux de verre.
Il faut être bien fou pour leur courir après.

Ces filles, c’est comme des poupées
faites avec des ficelles et du carton;
ça a des joues en porcelaine,
ça a le ventre plein de son.

Mais on a beau dire et beau faire,
on n’y peut rien:
quand on est pris, c’est qu’on l’est bien.

III

Je lui demandé pardon dans mes pensées
de l’avoir ainsi méprisée.
Je sais qu’elle est douce et qu’elle a bon coeur.

Je sais qu’elle ne me connaît pas
et qu’il serait bien étonnant
qu’elle eût fait attention à moi
puisqu’elle ne me connaît pas.

Seulement il est dur d’être seul quand on aime.
On est comme fou, on se met en colère,
on pleure, on rit, sans savoir pourquoi.
On n’est pas juste quelquefois,
tant on a mal au coeur qui aime.

Mon coeur a mal, et moi je suis
comme un oiseau qui s’est envolé
et qui ne peut plus se poser,
et qui se sent bien fatigué
loin de son nid.

IV

Elle vit avec sa mère qui est vieille.
Elle l’aide à tenir le ménage.
Elle lave la vaisselle,
elle fait le dîner et les savonnages,
elle travaille du matin au soir:
il n’y a pas beaucoup de filles
qui font comme elle leur devoir.

Quand elle coud, ses doigts vont vite
comme au jeu de pigeon vole,
sa tête se penche sous la lampe,
sous la lampe sa tête se penche,
elle est appliquée et vaillante.

Elle laisse passer les jours
sans regret du temps qui s’en va,
ayant bien employé ses heures.
Le temps s’en va, elle demeure;
et sa vie est comme un ruisseau
qui coule d’un cours bien régulier,
sous les frênes et les noisetiers,
avec les oiseaux qui viennent y boire
et l’ombre errante vers le soir
des arbres noirs sur le ciel rose.

Et les mois et les mois viendront:
quand sera-t-elle comme elle est,
bonne et gaie, à coudre et à faire la cuisine,
dans une maison qui serait à nous,
dans une maison qui serait notre maison?

V

Car, moi, je suis pauvre et sa mère est riche.
Elle a une ferme et des champs,
elle a de l’argent
tout plein son armoire.

Elle a des chevaux, des boeufs et des vaches,
deux domestiques toute l’année,
des ouvriers quand l’ouvrage est pressant;
sa grange est pleine, ses étames de même;
et elle veut un gendre qui soit riche comme elle.

Il faudrait sans doute qu’on vienne
et qu’on lui dise: «Donnez-moi
votre fille, j’ai du bien
autant que vous;
j’ai comme vous des prés, des vaches et des bois,
alors c’est à égalité, n’est-ce pas ? »
Mais qu’on aime sa fille, elle n’y pense même pas.

Elle aura pour gendre un coureur d’auberges,
une espèce de beau parleur
qui fait briller ses écus
pour qu’on sache qu’il a de quoi…
Et je n’ai que mon amour, moi.

Seulement aussi amenez-m’en un
qui travaille davantage,
qui boude moins à l’ouvrage,
qui se lève de plus grand matin.

Je dis que des bons bras, c’est de l’argent comptant;
et je porterais des montagnes,
si on me disait: C’est pour Marianne.

VI

Quand le jour est mort, une lampe brille.
C’est la lampe, la petite lampe
que tu as à ta fenêtre,
Marianne, par les temps noirs,
pour les pauvres gens qui sont sur les routes.

On n’a plus peur; on voit de loin la lampe, on dit:
« C’est la lampe de Marianne,
elle est à coudre dans sa chambre avec sa mère »;
et on va vers la lumière,
parce qu’on sait que la porte s’ouvrira.

C’est comme une étoile, celle
qui guidait les bergers dans la nuit de Noël
et ils ont été amenés par elle
dans l’étable chaude où était la crèche
entre le boeuf et l’âne.

Là où la lampe brille, là aussi il fait chaud.
Celui qui vient pousse la porte et dit bonsoir.
On ne voit pas ses yeux sous son grand chapeau.
Sa moustache est givrée, il se fait déjà tard,
et il tient à la main un gros bâton d’épine.

Moi, je suis comme un papillon de nuit
qui tourne autour de la lumière.
Je me glisse le long des murs comme un voleur
pour te voir par la fenêtre.

Je n’ose pas entrer; je n’ose pas heurter;
je regarde de loin
le linge que tu tiens.
Je reste ainsi longtemps sans bouger de mon coin,
les yeux tendus vers toi,
mais c’est mon coeur qui va pour moi.

Il va vers toi, il se tient bien tranquille;
il est dans l’ombre de tes rideaux
il est dans l’aiguille qui brille,
il est dans le fil que tu casses
de temps en temps entre tes dents.

A quoi songes-tu? Sais-tu que je suis là?
Quand je te vois rêver, je pense que c’est à moi;
je ris ensuite de ma sottise.
Mais j’attends quand même
et sans savoir quoi,
jusqu’à ce que ta lampe s’éteigne.

VII

Le dimanche matin, elle va à l’église.
Le clocher a l’air d’un peu se pencher
pour mieux voir les fleurs dans les prés
comme ferait une petite fille
qui cueille un bouquet en chantant;
et la cloche dans le clocher
sonne d’abord un long moment.

Les femmes passent deux par deux;
elles sont en noir par respect pour le bon Dieu,
elles ont leur psautier dans la main.

Les hommes attendent qu’elles soient entrées
devant le porche en causant du beau temps,
du prix du bétail, des travaux des champs;
et il y a tant d’oiseaux dans les haies
que les branches se balancent
comme quand il fait du vent.

Alors, elle aussi, elle vient, elle a des gants blancs,
une robe bleue, un chapeau de paille;
elle traverse la place,
elle entre, je ne la vois plus.

La cloche se tait, le sonneur descend,
ses gros souliers dans l’escalier
font un bruit comme quand on bat en grange;
les gens dans l’église attendent en silence;
le pasteur, avec sa robe noire,
son chapeau de soie et son rabat blanc,
approche d’un air grave dans l’ombre des arbres.
Et je me sens si seul que je voudrais pleurer…

Je serais sur le banc, assis à côté d’elle;
quand elle chanterait, j’écouterais sa voix
et elle pencherait la tête pour prier.

VIII

Comme tu es jolie sur le petit sentier,
où tu vas, portant ton panier
avec le pain et le café
pour les quatre-heures.
L’ombre des cerisiers glisse sur tes épaules,
il fait chaud, les gens se reposent,
assis dans l’herbe, tout en causant,
et, te voyant venir, ils disent:

« Voilà Marianne avec son panier. »
Ils sont contents, parce qu’ils ont faim,
ayant travaillé qu’ils n’en peuvent plus
et le foin qui sèche sent fort au soleil.

Ils te disent: «Vous avez fait
la paresseuse! »
Tu dis: « Mais non, il n’est pas quatre heures. »
Un des ouvriers regarde à sa montre,
il dit: « Que si! il est quatre heures et cinq! »
Et tout le monde
éclate de rire sans savoir pourquoi.

C’est peut-être que le café
est meilleur quand tu le verses.
Tu fais plaisir à regarder
avec ton gros jupon d’indienne;
tu fais plaisir avec cette façon que tu as
de sourire en tendant la miche
et d’avoir soin qu’on soit toujours servi.

IX

Elle est venue un soir pour la première fois.
Il faisait nuit, elle est venue sans bruit.
Je regardais partout, je ne voyais personne
et j’entendais mon coeur battre dans le silence.
Mais, quand je l’ai vue, j’ai eu presque peur
et j’aurais voulu me sauver.

Elle venait entre les saules,
elle allait lentement, est-ce qu’elle avait peur aussi ?
Ou bien est-ce que c’était de l’ombre ?

Je suis allé vers elle, je lui ai dit bonjour.
« Alors, comme ça, ça va bien? »
« Oui, merci. » Nous n’avons plus su que dire.
Il y avait un arbre, l’étang était tout près,
le vent a passé dans les roseaux
et j’ai senti sa main trembler.
« Écoute, est-ce qu’on fait un petit tour? »
« On nous verrait, non, j’aime mieux… »
« On pourrait s’asseoir. » « Ce n’est pas la peine. »
J’ai voulu parler, mais je n’ai pas pu
et elle était déjà partie.

X

Elle m’a dit: «J’ai bien senti
tout de suite
que tu serais mon bon ami
N’est-ce pas? la première fois
qu’on se voit,
on ne s’aime pas,
pour bien dire, encore,
mais çа vient tout tranquillement
avec le temps.
Parce que, tu sais, ma mère est bien bonne
et je l’aime bien aussi,
mais ce n’est pas tout dans la vie.
On peut travailler du matin au soir
et être bien sage, çа n’empêche pas
qu’on pense parfois à des choses.

On se dit: «Il y en a qui ont des enfants,
il y en a qui se sont fait
des trousseaux d’une beauté
qu’on ne peut pas s’imaginer,
et on rêve à se marier
quand même. »

Elle m’a dit: «Je t’aime tellement
qu’il me faudrait bien venir à cent ans
pour t’aimer jusqu’au bout
et que je ne sais pas si j’y arriverais. »
Elle m’a dit: «Et toi, est-ce que tu m’aimes autant? »
« Ah! lui ai-je dit, qu’est-ce que tu penses? »
Et je lui ai serré la main
tellement fort qu’elle a crié.

XI

J’ai été au soleil et je pensais à toi.
Tu es toujours avec moi,
comme avant, mais avec un sourire,
à présent que je sais que, moi aussi, je vais
à tes côtés dans ta pensée.

Des oiseaux tombaient des branches,
l’herbe était fleurie, les foins mûrissaient;
j’avais ma faux, j’ai fauché,
ma faux allait toute seule.

Je suis revenu chercher la charrette,
j’ai chargé mon herbe; la roue grinçait
comme quand tu chantes pour le plaisir
ou pour te tenir compagnie.

Et puis le soir venu, j’ai pensé : « Que fait-elle? »
Je m’étais assis sur un banc,
j’avais mis mes mains dans mes poches;
je fumais ma pipe, je te voyais venir;
et tu étais dans la fumée
comme un de ces anges avec des ailes bleues
qui sont dans les livres.

XII

Je ne sais pas pourquoi
d’autres fois je suis triste
et je n’ai de coeur à rien faire.
Il faudrait faucher, il faudrait semer,
mais je dis: «Tant pis!» qu’il pleuve ou qu’il grêle,
ça m’est bien égal.
C’est ainsi quelquefois sans raison,
à cause d’une manière qu’elle a eue de me parler,
à cause d’un air qu’elle a eu de me regarder,
à cause de son rire,
à cause de sa voix qui était changée et de ses yeux
qui se sont baissés devant les miens,
comme si elle me cachait quelque chose.

Et pourtant je suis heureux quand même.
Je l’accuse à tort parce que je l’aime.
C’est pour me faire mal, et puis je me repens.
J’ai honte de moi, je me dis: «Tout va bien»;
et le bonheur me revient
comme quand la lune sort
de derrière un gros nuage.

XIII

Si ta mère savait pourtant que nous nous aimons,
et que le soir je viens t’accompagner
jusque tout près de la maison,
si elle savait que nous nous fréquentons
et que, cette fois, c’est pour de bon,
que dirait-elle ?

Elle qui a un front ridé,
des mains noires toutes tremblantes,
elle qui ne se souvient plus
de sa jeunesse;
elle qui a oublié le temps où elle allait danser,
et qui ne sait plus ce que c’est
tout le bonheur qu’on a d’aimer,
ta mère, qu’est-ce qu’elle penserait?

Nous ne parlons pas de ces choses
pour ne pas gâter notre bonheur;
nous nous regardons seulement
pour nous redonner du courage.
Car nous ne faisons rien de mal,
n’est-ce pas? il est naturel
d’être amoureux comme nous sommes;
ils ont tous été comme nous.
Et je dis: «Vois-tu, il faudra s’aimer d’autant plus,
d’autant plus fort, d’autant plus doux;
alors peut-être que ta mère aura pitié,
et elle nous laissera nous aimer. »

XIV

Marianne a pleuré, il faisait du soleil,
la cuisine était rose.
Ses larmes coulaient sur ses joues.
Elle a pris son mouchoir, elle a pleuré dedans,
elle s’est assise, n’ayant plus de force.

«Est-ce que c’est vrai que tu l’aimes tant? »
Marianne n’a rien répondu.
«J’aurais voulu pour toi quelqu’un d’autre. »

Marianne a secoué la tête.
«J’ai la raison que tu n’as pas,
j’ai connu la vie, je suis vieille.
Il n’y a pas que l’amour,
l’amour est beau, mais l’amour passe,
tandis que l’argent, ça dure une vie
et qu’on en laisse à ses enfants.»

Marianne a pleuré si fort
qu’on l’entendait depuis dehors.

« Mais maintenant que je t’ai dit ce que je pensais,
je ne voudrais pas te faire de la peine.
Prends ton amoureux si tu l’aimes… »

Marianne a levé la tête
et elle a cessé de pleurer.
« Je crois que c’est un bon garçon,
il aura soin de la maison,
il ne boit pas, il est sérieux,
eh bien, puisque tu le veux,
mariez-vous et soyez heureux. »

Elle a embrassé sa mère sur le front,
elle l’a prise par le cou:
«Tu permettras que je te l’amène?…
Tu verras que j’avais raison. »

XV

Le jour de notre noce, j’y pense tout le temps,
il fera un soleil comme on n’a jamais vu;
il fera bon aller en char
à cause du vent frais qui vous souffle au visage,
quand la bonne jument va trottant sur la route
et qu’on claque du fouet pour qu’elle aille plus fort.
On lui donnera de l’avoine,
en veux-tu, en voilà;
on l’étrillera bien qu’elle ait l’air d’un cheval
comme ceux de la ville;
et trotte! et tu auras ton voile qui s’envole,

et tu souriras au travers
parce qu’il aura l’air
de faire signe aux arbres
comme quand on agite un mouchoir au départ.

On se regardera, on dira: « On s’en va,
on commence le grand voyage;
heureusement qu’il n’y a pas
des océans à traverser. »
Et quand nous serons arrivés,
la cloche sonnera, la porte s’ouvrira,
l’orgue se mettra à jouer;
tu diras oui, je dirai oui;
et nos voix trembleront un peu
et hésiteront à cause du monde
et parce qu’on n’aime à se dire ces choses
que tout doucement à l’oreille.

XVI

Notre maison est blanche, elle est sous les noyers,
ta mère tricote près de la fenêtre;
iI fait chaud, on va moissonner,
mais, comme les foins sont rentrés,
on a un moment pour se reposer.

Tu mets les verres sur la table pour le dîner.
Du rucher, je te vois passer dans la cuisine,
et ta chanson me vient parmi
le bourdonnement des abeilles.

Ta mère s’est levée, elle a mis son tricot
et ses aiguilles dans la corbeille;
elle a l’air heureux de vivre avec nous,
nous sommes heureux de vivre avec elle.

Ne sommes-nous pas heureux de nous aimer,
d’être ensemble, de travailler,
de voir mûrir les foins, les moissons se dorer,
et, plus tard, vers l’automne,
les arbres plus lourds du poids de leurs fruits
jusqu’à terre se pencher?

Tu vas dans la maison, faisant un petit bruit,
et, du matin au soir, c’est toi qui veilles à tout;
pendant que, moi, je vais faucher
et que les chars rentrent grinçants,
hauts et carrés,
comme des petites maisons roulantes.

VII

Un jour je te verrai venir un peu plus lasse
et lourde d’un fardeau que tu n’as pas connu,
tandis que s’épaissit ta taille,
marchant dans le jardin où les roses fleurissent
et je t’aimerai encore un peu plus.

Je songe que tu portes deux vies
et qu’il me faut donc t’aimer doublement
pour toi-même et puis pour celui
qui va naître de tes souffrances.

Je sens que j’ai grandi vers de nouveaux aspects
d’où le monde paraît avec des tristesses,
mais missi avec des joies accrues en nombre;

et, quand je sens ta main s’appuyer sur mon bras,
et l’ombre de ton front se poser sur ma joue,
il me semble avancer sûrement avec toi
vers la réalisation d’une promesse.

XVIII

L’enfant que nous aurons ne nous quittera pas.
Il grandira dans la campagne.
Il sera paysan comme nous.
Il portera la blouse comme son père a fait,
et, comme son père, il traira les vaches;
il fera les moissons, il fera les regains,
il fauchera les foins;
il étendra peu à peu son domaine;
et, lorsque nous serons trop vieux,
quand l’heure du repos sera pour nous venue,
il nous remplacera, maître de la maison.

Il aimera comme nous avons aimé;
les jeux de nos petits-enfants
entoureront notre vieillesse.

Ce sera une après-midi de beau temps;
je serai assis au soleil,
j’aurai joint les mains sur ma canne,
il fera clair sur la campagne;
et toi, utile encore avec tes vieilles mains,
tu iras et viendras, tout près, dans le jardin,
nous acheminant ainsi ensemble
vers l’autre repos, qui est sans fin.

Nos derniers jours seront paisibles,
nous aurons fait ce que nous devions faire;
il y a une tranquillité qui vient,
une grande paix descend sur la terre.

Nous nous parlerons du passé:
te souviens-tu du jour où tu avais pleuré,
te souviens-tu du jour de nos noces?
on avait sonné les deux cloches
qu’on voyait bouger en haut du clocher.

Te souviens-tu du temps des cerises
et on se faisait avec des boucles d’oreilles,
et du vieux prunier qu’on secouait
pour en faire tomber les prunes?

Le cadet des garçons arrive alors et dit:
«Grand’mère, la poule chante,
elle a fait l’oeuf. »
«Va voir dans la paille, mon ami.»
Et nous sourions de le voir qui court
tant qu’il peut, à travers la cour,
sur ses grosses jambes trop courtes.

(Charles-Ferdinand Ramuz)

Recueil: Le Petit Village
Traduction:
Editions: Héros-Limite

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :