Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘partir’

La nuit autour de moi se fait plus obscure (Emily Brontë)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2017



neige 6 [800x600]

La nuit autour de moi se fait plus obscure,
Les vents sauvages soufflent, plus froids,
Mais un charme tout puissant me lie,
Et partir, partir, je ne le peux.

Les arbres géants abaissent
Leurs branches nues, pesantes de neige,
Et la tempête va grande erre,
Et cependant je ne puis partir.

Nuages au-delà, nuages au-dessus de moi,
Solitudes au-delà, solitudes plus bas,
Mais nulle désolation ne peut m’émouvoir,
Je ne veux pas, je ne peux pas partir.

(Emily Brontë)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour calmer mon coeur (Ôtomo no Yakamochi)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2017



Nicholas Roerich saint-pantaleon-the-healer-1916-1

 

Pour calmer mon coeur,
Sur les collines et dans les plaines
De Takamoto
Je suis parti
Promener mes pas.
Mais les fleurs étaient seules
A montrer leur splendeur,
Plus je les regardais,
Plus je pensais à toi,
Comment
Pourrais-je oublier
Ce désir ardent qu’est l’amour ?

(Ôtomo no Yakamochi)

Illustration: Nicholas Roerich

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour ceux qui s’aiment (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 25 juin 2017



Pour ceux qui s’aiment

Qu’entre leurs mains la rivière s’émerveille
Qu’entre leurs lèvres les souffles soient étoilés
Et la brise prodigue à leur accord

Qu’ils parlent le même langage

Qu’ils partent et puis qu’ils veillent
Surtout qu’ils veillent
Les pièges sont tendus
Jusqu’en leur coeur.

(Andrée Chedid)


Illustration: Robert Doisneau

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Celui qui connaît le sens de ses rêves (Marcel Béalu)

Posted by arbrealettres sur 14 juin 2017


 


 

Celui qui connaît le sens de ses rêves
N’a plus rien à apprendre de la réalité
Son royaume réside au-delà des galaxies
A cet endroit précis
D’où part le regard

(Marcel Béalu)

Illustration: Odilon Redon

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Ce n’est pas un voyage (Elise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 6 juin 2017



 

Illustration: Ryszard Miłek

    

Ce n’est pas un voyage

Plusieurs fois je suis partie
entraînant avec moi des segments de récits.
Une armée de voix livrées sur la scène.
Comme à l’intérieur d’un puits.

N’emporte rien avec toi.
Le mot le plus pauvre attend ton retour.
Mort plusieurs fois,
et revenu à la vie.

Une pauvre lueur.
Sans parler d’éternité.

(Elise Turcotte)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le café (Zbigniew Herbert)

Posted by arbrealettres sur 1 juin 2017



Le café

L’on s’aperçoit soudain qu’il n’y a rien dans le verre,
que l’on porte l’abîme à ses lèvres.
Les guéridons de marbre s’évaporent comme neige au soleil.
Seuls les miroirs se mettent en frais face aux miroirs, ils sont les seuls à croire à l’infini.
Voici l’heure où il convient, sans attendre le saut meurtrier de l’araignée, de partir.
La nuit on peut revenir pour observer à travers la grille le terrible sabbat des objets.
Les tables et les chaises tuées avec bestialité sont sur le dos les pieds dressés vers un ciel de chaux.

(Zbigniew Herbert)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

POUVOIRS DE LA LUMIÈRE (Homero Aridjis)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2017




Illustration: ArbreaPhotos
    

POUVOIRS DE LA LUMIÈRE

Maintenant éveille-toi
avec la lumière dans les yeux.

Dis les choses maintenant
avec la lumière sur les lèvres.

Pars maintenant vers le monde
avec la lumière du tout hier.

(Homero Aridjis)

 

Recueil: Les poèmes solaires
Traduction: Ivan Alechine
Editions: Mercure de France

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

A La Jésus (Maurice Fanon)

Posted by arbrealettres sur 15 mai 2017



Illustration

    

A La Jésus

Avec ses cheveux à la Jésus
Avec ses yeux d’ange déchu
Avec ses mains de pharisienne
Avec son sourire de chrétienne

Elle avait l’air en marchant dans ma rue
De chercher sur la terre le paradis perdu
Et c’est pour ça quand elle m’a dit
Un peu beaucoup à la folie
Et c’est pour ça que je l’ai crue
Un peu beaucoup à la folie

Avec ses cheveux à la Jésus
Avec ses yeux d’ange déchu
Avec ses mains de pharisienne
Avec son sourire de chrétienne

Elle avait l’air devant Monsieur le Maire
D’avoir trouvé sur terre le paradis perdu
Et c’est pour ça quand elle m’a dit
C’est pour la vie, c’est pour la vie
Et c’est pour ça que je l’ai crue
C’est pour la vie, c’est pour la vie

Avec ses cheveux à la Jésus
Avec ses yeux d’ange déchu
Avec ses mains de pharisienne
Avec son sourire de chrétienne

Elle avait l’air quand je rentrais le soir
De ne jamais me voir quand je lui disais bonsoir
Et c’est pour ça quand elle m’a dit
Que j’avais vieilli, que j’avais vieilli
Et c’est pour ça que je l’ai crue
Et j’ai vieilli, et j’ai vieilli

Avec ses cheveux à la Jésus
Avec ses yeux d’ange déchu
Avec ses mains de pharisienne
Avec son sourire de chrétienne

Elle avait l’air quand elle l’a rencontré
D’avoir enfin trouvé son paradis perdu
Et c’est pour ça quand elle m’a dit
Que c’était fini, que c’était fini
Et c’est pour ça que je l’ai crue
Et je suis parti, et je suis parti, et je suis parti, et je suis parti….

(Maurice Fanon)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ENVOL (Alain Jean Macé)

Posted by arbrealettres sur 13 mai 2017



    

ENVOL

D’un coup de fusil
L’automne s’étonne
La chasse est ouverte
Vivement qu’on meure
Se disent les feuilles
Tout bas à l’oreille

Vivement la mort
Pour partir enfin
Comme il est conté
Voyager au loin
Mille et une nuits
En tapis volant

Seulement voilà
Il leur manque encore
Facteur essentiel
Quelque vent complice
Pour leur apporter
La feuille de route

(Alain Jean Macé)

Editions: Traction-Brabant

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Poème sur mes pensées (Antoni Lange)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2017



 

pont en feu

Poème sur mes pensées

Où que tu sois, tu as toujours envie de partir,
Tu voudrais être à un autre endroit, en ce moment,
Tu t’es mis en tête que ton sort peut changer et devenir
Comme l’étoile qui brille, ailleurs… Tu y penses chaque jour !

Où que tu sois, tu souhaites seulement partir au loin,
Car ta place, tu le sais, ne se trouve nulle part, ici-bas —
Et tu vogues, toujours déchiré dans tes pensées profondes,
Et dans l’erreur, tu suis sans cesse des vagues qui te repoussent.

Où que tu sois, tu cherches seulement à fuir, fuir au loin,
Peu importe où, là où tu n’existes, car partout où tu n’es pas,
Tes chagrins non plus n’y sont pas — et ce désespoir sans voix
Ne t’effraie plus, là-bas… Pousse au loin ta barque, et rame !

Où que tu sois, tu es toujours porté vers cet ailleurs,
Où tu cesses à jamais d’être dans l’espace et le temps,
Pour toujours — là-bas — où que tu sois, jusques
Aux portes de l’éternité — cette demeure est la tienne.

***

J’ai construit un pont —
J’ai relié les bords des deux rives, de façon
À pouvoir, sur-le-champ, quitter
La première rive, pour rejoindre l’avenir des féeries…
Derrière moi, des lignées sombres sont restées,
Emplies de rêves et de baisers,
Et de désillusions…
Et, bien que je regrette de les laisser,
Il me faut pourtant partir au loin —
Je dois aller vers ces pays impossibles à mesurer…
Quand bien même je souhaiterais revenir sur mes pas,
Une voix m’appelle et crie : Brûle tes souvenirs !
Oh, je voudrais tellement revenir en arrière —
Rejoindre le soleil d’or de ma jeunesse…
Mais, cette voix m’a dit :
Oublie ce que tu sais et avance au loin,
Avance tout droit
Vers l’autre rive !…
… J’ai traversé la rive et rejoint l’autre bord —
Alors, j’ai mis le feu au pont…

(Antoni Lange)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :