Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘peine’

JE VOUDRAIS CISELER POUR TOI (Ruben Dario)

Posted by arbrealettres sur 21 juillet 2018



 

Armand Point  l

JE VOUDRAIS CISELER POUR TOI
(Yo quisiera cincelarte)

Je voudrais ciseler pour toi
une rime
délicate et élégante
telle marguerite d’or,
ou couverte d’irisée
pierrerie,
ou tel joyau d’Orient
ou coupe florentine.

Je voudrais pouvoir te donner
une rime
tel le collier de Zobéide,
fait de perles d’Ormuz,
qui fleurent bon comme les roses
et qui brillent
comme la rosée sur les pétales
de la fleur qui vient d’éclore.

Je voudrais pouvoir te donner
une rime
qui exprimerait l’amertume
de mes peines profondes
dans l’or de la sertissure
des phrases cristallines.

Je voudrais pouvoir te donner
une rime
qui en toi ne provoquerait
ni indifférence ni rire,
mais que tu contemplerais
en ta pâle allégresse,
et qui après l’avoir lue
te laisserait pensive.

(Ruben Dario)

Illustration: Armand Point

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA CIGOGNE (Textes chinois)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2018



Illustration
    
LA CIGOGNE
Tchen-Tsé-Tsi

O pauvres habitants de la grande Patrie du Milieu,
vous êtes en proie à la guerre civile,
et mon cœur pâlit de tristesse, lorsque je songe à votre misère !

Vous êtes nés libres, et vous êtes esclaves ;
vous êtes punis quoique vous n’ayez fait aucun mal.
Quand donc viendra pour vous le jour du salut ?

De quelle race est-il, l’homme choisi par le ciel pour vous tirer de peine ?
Une blanche cigogne apparaît, là-bas, parmi les nuages,
mais on ne sait pas encore sur quelle maison elle se posera.

(Textes chinois)

 

Recueil: Le Livre de Jade
Traduction: Judith Gautier
Editions: Plon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Marche à l’étoile (Alexandra David-Néel)

Posted by arbrealettres sur 19 juillet 2018



Marche à l’étoile,
même si elle est trop haute,
ne la quitte pas des yeux.
Elle te fera avancer loin,
sans fatigue et sans peine.

(Alexandra David-Néel)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 5 Comments »

LES FLEURS (Pierre Louÿs)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2018




    
LES FLEURS

Nymphes des bois et des fontaines, amies bienfaisantes, je suis là.
Ne vous cachez pas, mais venez m’aider,
car je suis fort en peine de tant de fleurs cueillies.

Je veux choisir dans toute la forêt une pauvre hamadryade aux bras levés,
et dans ses cheveux couleur de feuilles,
je piquerai ma plus lourde rose.

Voyez : j’en ai tant pris aux champs
que je ne pourrais les apporter si vous ne m’en faites un bouquet.
Si vous refusez, prenez garde :

Celle de vous qui a les cheveux orangés,
je l’ai vue hier saillie comme une bête par le satyre Lamprosathès,
et je dénoncerai l’impudique.

(Pierre Louÿs)

 

Recueil: Les chansons de Bilitis
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour vos beaux yeux qui me vont consumant (Vincent Voiture)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2018



Loetitia Pillault_372_p

Pour vos beaux yeux qui me vont consumant,
L’Amour n’a point de peine et de tourment,
De feu cuisant, ny de cruel martyre,
Que de bon coeur je ne voulusse élire,
Et qu’on ne doive endurer doucement.

Tout l’Univers n’a rien de si charmant,
Et s’il estoit sous mon commandement,
Je quitterois volontiers son empire
Pour vos beaux yeux.

Toute la cour vous sert également ;
Mais quant à moy, si je vous vais aimant,
Ne croyez pas que par là je desire
Cette faveur où tout le monde aspire
Car je vous ayme et vous sers seulement
Pour vos beaux yeux.

(Vincent Voiture)

Illustration: Loetitia Pillault

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Terres Chaleureuses (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2018



Terres Chaleureuses

Moi, altéré de vie, enfant des impatiences,
Je chanterai les noces de l’ombre et de l’ardent.

Avec mon peu de souffle, jusqu’au temps sans lisière,
Je tiendrai promesse envers l’unique mort.

Aux chemins divisés, l’horizon est le même ;
Nos jours furent ce miracle pareil aux moissons.

Songe à l’oiseau délié en nos arbres meurtris ;
Nous avons eu l’herbe et l’eau du seul amour.

Songe à l’espérance, sa tige doublée de terre ;
Songe au cœur dénoué par la voix de l’ami.

Un champ raidi prête naissance au pavot ;
Et le grain fut, chaque fois, le contraire de la nuit.

Mon amertume se noie, si légère est sa trame ;
Si vaste est l’univers où tout s’accomplira.

Oui, je te chante ô mort, jusqu’à l’ultime absence,
Gardienne de l’inconnu, douce prairie des errants !

Je chante, car ici-bas l’épi échappe aux cendres ;
La parole délivre, l’aile trouve sa raison.

Un soir, je m’en irai loin des terres chaleureuses ;
Le masque, couleur d’aube, sur ma face de vivant.

Un soir je m’en irai, ayant pour seule peine
De quitter tout amour enlacé aux saisons.

Ô mort, tu me viendras, et je le veux ainsi.

(Andrée Chedid)

Découvert ici: http://laboucheaoreilles.wordpress.com/

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Retour (Friedrich Nietsche)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2018




Retour

Ce fut un jour de peine,
Quand jadis je fis mes adieux :
D’angoisse encore plus vive
Le jour où ensuite je revins.
Les espoirs du voyage
Anéantis d’un seul coup!
Ô heure malheureuse!
Ô jour funeste!

j’ai beaucoup pleuré
Sur la tombe de mon père,
des larmes amères
Sont tombées sur la dalle.
La chère maison paternelle
M’est apparue si vide et si triste
Que j’ai dû la quitter bien souvent
Pour gagner la forêt obscure.

Dans son espace ombragé
J’ai oublié toute douleur.
Par de doux rêves
La paix est revenue dans mon coeur.
Le doux éclat des jeunes fleurs,
Les roses et l’ébat des alouettes
Ont éclairé mon sommeil
A l’ombre d’un hêtre.

(Friedrich Nietsche)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que ne suis-je l’âne du meunier (Fernando Pessoa)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018



Que ne suis-je la poussière du chemin,
les pauvres me foulant sous leurs pieds…

Que ne suis-je les fleuves qui coulent,
avec les lavandières sur ma berge…

Que ne suis-je les saules au bord du fleuve,
n’ayant que le ciel sur ma tête et l’eau à mes pieds…

Que ne suis-je l’âne du meunier,
lequel me battrait tout en ayant pour moi de l’affection…

Plutôt cela plutôt qu’être celui qui traverse l’existence
en regardant derrière soi et la peine au cœur…

(Fernando Pessoa)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

SOUS LA PLUIE (Anne Hébert)

Posted by arbrealettres sur 9 juillet 2018



SOUS LA PLUIE

Ah que la pluie dure !
Lente fraîcheur
Sur le monde replié
Passif et doux.

Pluie pluie
Lente lente pluie
Sur celle qui dort
Ramenant sur soi le sommeil transparent
Tel un frêle abri fluide.

Séjour à demi caché
Sous la pluie
Cour intérieure dérobée
Où les gestes de peine
Ont l’air de reflets dans l’eau
Tremblante et pure

Toutes les gouttes du jour
Versées sur celle qui dort.

Nous n’apercevons son coeur
Qu’à travers le jour qu’il fait

Le jour qu’elle ramène
Sur sa peine
Comme un voile d’eau.

(Anne Hébert)

Illustration: Irène Landau

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Peine (Philippe Leuckx)

Posted by arbrealettres sur 7 juillet 2018



 

 

Illustration: Rafal Olbinski

    
Peine ô que je peine
À te nommer
Dans l’assaut du visage
Quand le souvenir éveille
Une à une
Les plaies.

(Philippe Leuckx)

 

Recueil: Quelques mains de poèmes
Traduction:
Editions: l’Arbre à paroles

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »