Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘poème’

Poèmes comme une pierre sur l’eau (Pascal Commère)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2018



Illustration
    
Poèmes comme une pierre sur l’eau – deux
ou trois ricochets, le dernier
si loin parfois, si loin, que l’eau,
fragile n’en garde trace.

(Pascal Commère)

 

Recueil: Des laines qui éclairent
Traduction:
Editions: Obsidiane & Le temps qu’il fait

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Que dit-il (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2018



des mots plus vaillants
luttent s’imposent se nouent
donnent consistance
à ce qu’il leur faut
engendrer

la main entre en action
transcrit le poème
qui lui est dicté

que dit-il

(Charles Juliet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

Telle une brassée de roses (Kostas Karyotakis)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018




    
Telle une brassée de roses

j’ai vu ce soir-là.
Dorée et subtile
par les rues, une senteur.
Et dans le coeur
une tendresse brusque.
Le manteau sous le bras,
le visage levé, irradié de lune.
L’atmosphère électrisée
de baisers, on dirait.
La pensée, les poèmes,
fardeau superflu.

J’ai comme l’aile brisée.
Pourquoi nous fut échu
cet été, je ne le sais pas même.
Pour quelle joie inespérée,
pour quelles amours,
pour quel voyage de rêve ?

(Kostas Karyotakis)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Recueil: Telles des guitares désaccordées
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me souviens de poèmes sauvages (Élise Turcotte)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Illustration: Élise Turcotte
    
Je me souviens
de poèmes sauvages
peu nombreux
telles des plantes nouées
qui naissent
sous la véranda
je les récite
sans bouger les lèvres
sous l’eau
ma peau a changé
je ne crois pas aux baisers

Des jours entiers
à fouiller
dans les cendres
volantes

J’arrache un poème
sur le dos
de l’inhumanité

La violence
possède aussi
un déguisement
c’est l’esprit
de nouveauté

J’ai cru dormir un instant
un miracle se produisait
je courais
en suivant des pistes de loups
le temps était aussi complexe
que lumineux
mais c’est faux
je ne dors pas
la fatigue
ne m’atteint plus

(Élise Turcotte)

Découvert ici: https://desmotsetdesnotes.wordpress.com/

Recueil: Sombre ménagerie
Traduction:
Editions: du Noroît

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Amis de toute part (Max Alhau)

Posted by arbrealettres sur 18 janvier 2018



Amis de toute part
reviendrai-je chez vous
partager vos paroles.
Vous m’êtes une fête
sans cesse commencée.
Avec vous je célèbre
l’été qui se prolonge
la moisson continue
gardée au fond des soirs.

Amis de toute part
je vous offre le feu
ma soif et ce poème.

(Max Alhau)

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tu te penches à la fenêtre pour regarder passer les nuages (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 16 janvier 2018



 

Tu te penches à la fenêtre
pour regarder passer les nuages
la panique d’un troupeau de bisons
te réjouit
seul un sillon de silence
pourrait inventer un chemin nouveau
dans le bleu

comme un cheval de lumière qui saute
de poème en poème
tu trébuches entre le miroir et le lit
j’attends que tu tombes
pour prendre ton regard entre mes mains

(Luis Mizón)

Illustration: Salvador Dali

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sur l’assiette de faïence (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 14 janvier 2018



 

Sur l’assiette de faïence
la fleur flétrie
pose l’énigme de l’instant
je lis dans ses dépouilles
qu’il n’y a pas d’autre destin
que celui déjà vécu
alors je construis le labyrinthe
d’un poème nouveau
pour brouiller les cartes
avec la vérité d’un miroir émietté

(Luis Mizón)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

AVEC L’AMOUR (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2018



 Illustration: Kajan: https://dessinrencontre.com/
    
AVEC L’AMOUR

N’entrez pas en ce moment
Ne venez pas me rejoindre à ce tournant
De ma vie
Laissez plutôt les chiens hurler sous la fenêtre
Et le vent s’approcher des murs
Je commence un poème qui ne doit pas s’achever
Il est parti du monde avec les feuilles
Il a tourné dans le soleil et dans ma main
Il est monté avec l’oiseau jusqu’à mes lèvres
Mais la beauté ne suffit plus

Laissez-moi seul avec l’amour
Je n’ai besoin pour vous aimer
Que d’un bruit de pas dans la rue
Et loin de vous je puis écrire
J’aime tous ceux qui font l’amour
Car je suis capable d’aller
De vous à moi
Sans déranger
La solitude et la parole.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dame du lac (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2018



Illustration: Aristide Maillol
    

Dame du lac

Dame du lac où toute onde est métal
si belle et blonde, avec dans tes cheveux
un frisson d’or exilé d’une étoile
où je te vis jadis dans l’autre vie,
où je me rêve auprès de toi qui dors.

Nous danserons. Ce sera comme un bal
avec des yeux qui s’aiment, des yeux d’eau
pour nous sourire — et ta voix dans la mienne
comme un baiser mais que l’on ose à peine
pour que le soir ne s’effarouche pas.

Oh ! souviens-toi de cet homme qui passe
cueillant les mots pour dire la beauté.
Il va partir au détour d’une année
et ton soleil verra d’autres rivages.
ll restera ce poème pour toi.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je le voudrais (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2018




    
Je le voudrais

Je le voudrais écrire ce poème
et qui serait d’une immense beauté.
En le lisant réfuterait la mort
tout inconnu replié sur l’angoisse.

Là, si le mot en appelle dix autres,
par la splendeur, chacun multiplié
ferait briller les larmes de la terre
et tous les yeux devenus paysages.

A défaut d’être un homme de génie,
je peux le dire : il existe, il existe
si bien caché qu’il refuse de naître,
ce grand poème en ma tête enterré.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :