Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘foudre’

A quels bruissements (Anne Goyen)

Posted by arbrealettres sur 22 avril 2018



Illustration: Aron Wiesenfeld
    
A quels bruissements
Reconnais-tu
L’intime voix
D’un chant venu d’ailleurs
Abîme où se côtoient
La foudre et l’arc-en-ciel
S’y accordent les rêves
Nouveau-nés
Avant de hanter
L’antre des forêts
Ou de dormir
Dans le secret berceau
de nos coeurs.

(Anne Goyen)

 

Recueil: Arbres, soyez
Traduction:
Editions: Ad Solem
Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Rappelez-vous (Philippe Jaccottet)

Posted by arbrealettres sur 21 avril 2018



Rappelez-vous :
s’il peut être une foudre lente
et tendre à en mourir,
irradiant le corps,
c’est cela dont mourir vous privera.

(Philippe Jaccottet)

Illustration: Koji Wakamatsu

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

La clé de l’oeuvre (Abdellatif Laâbi)

Posted by arbrealettres sur 14 avril 2018



On peut avoir le coup de foudre
pour un mot
un mot vient à votre rencontre
et vous tend
la clé de l’oeuvre

(Abdellatif Laâbi)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

L’AIR (Jacques Dupin)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



Illustration: Amedeo Bocchi 
    
L’AIR

Le corps et la rêverie de la dame
Pour qui tournoyaient les marteaux,
Se perdent ensemble et reviennent,
Ne rapportant de la nuée
Que les guenilles de la foudre
Avec la future rosée.

(Jacques Dupin)

 

Recueil: Le corps clairvoyant
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Hurle, ô foudre ! … (Tadeusz Miciński)

Posted by arbrealettres sur 11 mars 2018



 

Prométhée enchaîné

Hurle, ô foudre ! …

Hurle, ô foudre ! ô vent, déchire ces cordes
où ce nabot misérable — la Terre — me retient et m’étrangle,
jette-les au large de l’étendue où l’âme perd la parole,
dans le grand poème cabalistique de la nature.
Ombre souterraine ! Tes pentes escarpées et tes versants sourds
me mènent aux allées oubliées des tombeaux —
moi — le Prométhée enchaîné aux galères —
je crains les insultes et les moqueries des étoiles froides.
Un feu secret réduit mon cœur en cendres,
comme le bloc de glace détruit la roche de granit.
Pélion sur Ossa ! la mer furieuse, déchaînée,
les volcans, les soleils pour la conquête de l’âme —
qu’ai-je pris en possession ? la fleur des champs célestes —
et une douleur inconcevable — silencieuse, infinie.

(Tadeusz Miciński)

Découvert ici : poetespolonais

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Première pluie (Paul Louis Rossi)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018



 

Première pluie

Entre cette saison morte
Et cette saison à naître
Une lèvre balbutie des mots
Un regard verse des larmes
Qui ne servent à rien

C’est feu de paille mon désir
Rien qui puisse retenir
L’oiseau que le vent appelle
Le temps moissonneur peut gémir
La foudre m’emporte sur son aile

(Paul Louis Rossi)

Illustration: Arthur Hopkins

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Aquarelle… (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2018


 


 

ruines [1280x768]

Aquarelle…

Les soldats ont brûlé la ferme et le château,
Abattu le donjon, la ruine romaine,
Qui, triomphant du temps, de la foudre et de l’eau,
D’un long passé restaient une preuve certaine.
Leurs débris maintenant détournent le ruisseau…
Monuments de tristesse et de guerre et de haine.
Les soldats ont brûlé la ferme et le château,
Abattu le donjon, la ruine romaine…

L’oiseau ne chante plus à l’ombre du rameau,
Le cerf ne vient plus boire à la fraîche fontaine,
Le lièvre a déserté le sinueux réseau
Des taillis épineux dont il fit son domaine…
Les soldats ont brûlé la ferme et le château,
Abattu le donjon, la ruine romaine…

(Robert Desnos)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Cela me frappait – chaque Jour – (Emily Dickinson)

Posted by arbrealettres sur 24 janvier 2018



Cela me frappait – chaque Jour –
Foudre aussi neuve
Que si la Nue à l’instant se fendait
Pour vomir le Feu –

Cela Me brûlait – dans la Nuit –
Et Calcinait Mon Rêve –
Et se ravivait à mes yeux –
A chaque retour du Matin –

Je croyais l’Orage – chose brève –
La plus Folle – la plus vite –
Mais de Ceci la Nature a perdu la Date –
Elle l’a laissé dans le Ciel –

***

It struck me — every Day –
The Lightning was as new
As if the Cloud that instant slit
And let the Fire through —

It burned Me — in the Night —
It Blistered to My Dream —
It sickened fresh opon my sight —
With every Morn that came —

I thought that Storm — was brief—
The Maddest — quickest by –
But Nature lost the Date of This –
And left it in the Sky —

(Emily Dickinson)


Illustration: Odilon Redon

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Invitation aux plaisirs (David Marino)

Posted by arbrealettres sur 28 décembre 2017



Invitation aux plaisirs

Le soleil diffuse des liqueurs fleurissantes,
Où les sons parfumés brillent comme de l’or,
Où les arcs en couleur lancent des pluies criantes
Aux terriens de la foudre et aux grands hommes forts.

Je danse avec les fleurs solaires, plein de vices.
Tu cherches un monde rempli de bons délices
Où les Dieux se plaisent à boire les nectars
Lumineux et divins. Viens ! Ils sont présents tard

Au banquet des mortels : ce lieu de tendresse
Qui te donne l’Amour, te berce de caresses.
Et je suis un gardien retranché de ces murs.
Je consomme les fruits alcoolisés et mûrs

Des boissons nouvelles qui procurent l’ivresse.
Je suis l’heureux époux d’une belle déesse.
Mon Ami, je t’en prie, viens me rejoindre et ris
Dans ce lieu de fête. – « Danse, bois et écris ! »

(David Marino)


Illustration: Bernard de Rijckere

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pour toi (Olivier Larronde)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2017



    

Pour toi, la Rose de mon souffle
Rose durcie jusqu’à la pierre
Pour, entre nous, cette étincelle reine
Sache, comme l’orage à la rose s’allaite,
Que tout ton feu bat dans mes foudres!
Un seul de tes regards les tresse en couronne d’éclat.

(Olivier Larronde)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 4 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :