Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘fleuve’

Le vent du fleuve (Yosho Basonkushi)

Posted by arbrealettres sur 19 novembre 2017



Le vent du fleuve
Enerve les femmes
Qui l’apaisera?

(Yosho Basonkushi)

Illustration : Harunobu

 

Publicités

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Plus de ces sens bornés… (Marie Dauguet)

Posted by arbrealettres sur 15 novembre 2017



Illustration: Alexandre Cabanel
    
Plus de ces sens bornés…

Plus de ces sens bornés, étroite solitude,
Vérité ou raison, plus de frein qui jugule,
Je suis la chose enfin, je vis bien au delà
De mon corps méprisable, étriqué, ridicule;
Je suis parmi l’éther la lune qui circule,
Le ruisseau, ciel errant, que la nuit constella.

Mon âme se répand comme une onde élargie
Et ma prison s’écroule à la tendre élégie
Des ramiers amoureux perdus au bord du ciel.
O Nature, que j’ai souffert dans cette geôle,
Mon coeur, il me fallait l’espace où l’on s’envole,
La terre qui m’accueille au limon maternel.

Il me fallait l’oubli vaste que tu prodigues,
Calme fleuve étendu sans berges et sans digues;
Il me fallait pour lit la douceur des lotus
Et pour chevet l’odeur féconde et primitive
De la vase et des joncs pourrissant sur la rive
Où mes tourments muets à jamais se sont tus.

(Marie Dauguet)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Voici (Paul Jean Toulet)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2017




    
Voici que j’ai touché les confins de mon âge.
Tandis que mes désirs sèchent sous le ciel nu,
Le temps passe et m’emporte à l’abyme inconnu,
Comme un grand fleuve noir, où s’engourdit la nage.

(Paul Jean Toulet)

 

Recueil: Les Contrerimes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Responsable (Jean Tardieu)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2017



Illustration
    
Responsable
A Guillevic.

Et pendant ce temps-là que faisait le soleil?
ll dépensait les biens que je lui ai donnés.

Et que faisait la mer? — lmbécile, têtue
elle ouvrait et fermait des portes pour personne.

Et les arbres? — Ils n’avaient plus assez de feuilles
pour les oiseaux sans voix qui attendaient le jour.

Et les fleuves? Et les montagnes? Et les villes?
Je ne sais plus, je ne sais plus, je ne sais plus.

(Jean Tardieu)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Devant la lumière (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2017



Devant la lumière fais de ta vie
Une terrasse lucide exacte et blanche,
Doucement coupée
Par le fleuve des nuits.

Le pas à l’écart sur une route perdue
Vis, sans être lui, ton destin.
Contemple, inflexible
Ta propre absence.

***

Faz da tua vida em frente à luz
Um lúcido terraço exacto e branco,
Docemente cortado
Pelo rio das noites.

Alheio o passo em tão perdida estrada
Vive, sem seres ele, o teu destino.
Inflexível assiste
À tua própria ausência.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Edward Hopper

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’AI VU (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2017



J’AI VU

J’ai vu des pays de pierres et de fleuves
Où des nuages sombres comme des araignées
Rongent le profil violet des montagnes
Parmi des crépuscules roses et froids.

Mouvante je suis passée à travers les images
Excessives de terres et de ciels
Plongeant dans le corps de ce dieu
Qui s’offre, tel un baiser, dans les paysages.

***

VI

Vi países de pedras e de rios
Onde nuvens escuras como aranhas
Roem o perfil roxo das montanhas
Entre poentes cor-de-rosa e frios.

Transbordante passei entre as imagen
Excessivas das terras e dos céus
Mergulhando no corpo desse deus
Que se oferece, como um beijo, nas paisagens.

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LA PASSION NUE… (Sophia de Mello Breyner Andresen)

Posted by arbrealettres sur 11 novembre 2017




Illustration: ArbreaPhotos

Illustration: Lucien Levy-Dhurmer
    
LA PASSION NUE…

La passion nue et aveugle des étés
Tels des fleuves traversa ma vie

***

A PAIXAO NUA…

A paixão nua e cega dos estios
Atravessou a minha vida como rios

(Sophia de Mello Breyner Andresen)

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

AU MILIEU DU FLEUVE (Tchang-Tsi)

Posted by arbrealettres sur 7 novembre 2017



OLYMPUS DIGITAL CAMERA

AU MILIEU DU FLEUVE

Dans mon bateau, que le fleuve balance,
sans brusquerie, je me promène, tant que le jour dure.
Et je regarde l’ombre des montagnes, dans l’eau.
Je n’ai plus d’autre amour, que l’amour du vin,
et ma tasse pleine est en face de moi.

Aussi mon coeur est rempli de gaîté.
Autrefois, il y avait dans mon coeur plus de mille chagrins ;
mais à présent :
Je regarde l’ombre des montagnes, dans l’eau.

(Tchang-Tsi)

 
Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Une seule fois (Nuno Júdice)

Posted by arbrealettres sur 7 novembre 2017



Aron Wiesenfeld l

 

Une seule fois

l’amour a suspendu sa phrase ;
une seule fois
le fleuve a débordé sur la berge ;
une seule fois
les astres se sont éteints ;
une seule fois
j’ai entendu le silence des vents.
Le hasard
ne conjugue pas les coïncidences :
il les résout
dans un échange de regards que les amants avaient cru
éternel
Et je descends cette page
jusqu’au bout de la rue
– en vain.

Le bureau de tabac
A fermé ce soir,
Seulement une fois
– la dernière fois.

(Nuno Júdice)

Illustration: Aron Wiesenfeld

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Seine, va (Guy Béart)

Posted by arbrealettres sur 6 novembre 2017



Seine, va

S’il faut que tu partes pars, pars mon ami(e)
Du jour où l’on vient le départ est promis
L’amour a glissé à travers mes anneaux
Je n’ai pas su fermer les doigts sur ton eau

Seine va
Tu me quittes déjà
Seine va
Je ne te retiens pas

Tu dois t’en aller quand moi je t’aime encor
Je suis dans ma barque enchaîné à ton bord
Je vois chaque instant t’éloigner de ma rive
La goutte est partie une autre goutte arrive

Sur ta peau je pêchais avec ce roseau
Cette canne que je glissais sur tes eaux
Après moi plus loin des pêcheurs inconnus
Dans ce même flot vont plonger leurs bras nus

Même en t’en allant tu sembles t’arrêter
Dis-moi si tu vas vraiment de ce côté
Dis-moi si tu vas un jour me revenir
Dis-moi si déjà tu n’es qu’un souvenir

Cette eau dans mes yeux cette eau sur mon visage
Vient-elle de toi vient-elle des nuages
Vient-elle du fleuve en larmes sous les cieux ?
Elle vient de moi cette eau-là dans mes yeux

Seine va
Tu me quittes déjà
Seine va
Je ne t’oublierai pas

(Guy Béart)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :