Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se précipiter’

T’appartient-il, Seigneur (Rabindranath Tagore)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2019



    

T’appartient-il, Seigneur, de participer à la félicité de ce rythme?
d’être lancé, perdu, brisé dans le tourbillon de cette formidable joie?

Toute chose se précipite, sans arrêt, sans regard en arrière,
sans qu’aucun pouvoir puisse bien retenir,
toutes les choses se précipitent.

Emboîtant le pas au rythme de cette musique inlassée,
chaque saison accourt en dansant, puis passe outre
— couleurs, tons et parfums déversent d’infinies cascades
dans cette surabondante joie qui s’éparpille
et se renonce et meurt à tout moment.

(Rabindranath Tagore)

 

Recueil: L’offrande lyrique
Traduction: André Gide
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

DEPART (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2019




    
DEPART

L’heure
Adieu

La foule tournoie
un homme s’agite
Les cris
des femmes autour de moi
chacun se précipite me bousculant
Voici que le soir tombant
j’ai froid

Avec ses paroles j’emporte son sourire

(Philippe Soupault)

 

Recueil: Poèmes et Poésies
Traduction:
Editions: Grasset

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Claire lumière (Francesca Y. Caroutch)

Posted by arbrealettres sur 18 octobre 2018



tunnel-800x600

Claire lumière

Carence d’avoir
et surcroît d’être bleu scarabée
Mise en abîme des évidences

Nous sommes les Parques
qui tissons notre propre destinée

Les pensées d’anthracite ou de nacre
ondoient dans un demi-sommeil

La sentinelle a prévenu :
C’est trois jours après la mort
que l’on doit s’éveiller
dans une apocalypse de lumière
Précipite-toi vers la clarté
dans la matrice de l’espace

Le vide ne peut blesser le vide

(Francesca Y. Caroutch)

Découvert ici: http://revuedepoesie.blog.lemonde.fr/

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Quelle saison du coeur (Alessandro Baricco)

Posted by arbrealettres sur 16 septembre 2018



Dimo Kolibarov (4)

Quelle saison du coeur est-ce donc que celle-ci, où l’on se précipite
au secours des années oubliées, en feignant de les avoir entendues
crier à l’aide?

(Alessandro Baricco)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Dimo Kolibarov

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La Justice (Norge)

Posted by arbrealettres sur 22 août 2018



La Justice

Omar, le bon Omar se précipite aux pieds du sultan-philosophe.
– Seigneur, pourquoi m’accabler de douleurs ?
Et qu’ai-je fait pour mériter vos châtiments ? –
D’où te vient cette idée, cher Omar, qu’on a ce qu’on mérite ?
Pour le coup, telle erreur mérite un châtiment.

(Norge)

Poème découvert chez Laboucheaoreille ici

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 1 Comment »

En automne crie le hibou (Sergueï Essénine)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2018



Illustration
    
En automne crie le hibou
Sur la blessure de la route.
Alors ma tête choit,
Mes cheveux blonds se fanent.

Hou! hou! des champs et de la steppe,
Bonjour tremble bleuté, ma mère!
Bientôt la lune, se baignant dans la neige,
S’assiéra sur les boucles de ton fils.

Bientôt sans feuilles je serai glacé,
Un tintement d’étoile à mon ouïe.
Les jeunes chanteront sans moi,
Les vieux ne m’écouteront plus.

Un nouveau poète viendra des champs,
Un nouveau sifflement dans la forêt,
Par l’automne le vent se précipite,
Par l’automne les feuilles parlent bas.

***

(Sergueï Essénine)

 

Recueil: Poèmes 1910-1925
Traduction:
Editions: La Barque

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mes rêves (Sergueï Essénine)

Posted by arbrealettres sur 6 avril 2018




    
Mes rêves

Mes rêves se précipitent au loin
Où l’on entend les cris et les pleurs,
Séparer la tristesse du chagrin
Et le supplice de la douleur.

Je peux là-bas trouver moi-même
La consolation et l’ivresse,
Là-bas, en dépit du destin,
Je chercherai le feu sacré :
Je chercherai la vraie fureur.

***

(Sergueï Essénine)

 

Recueil: Poèmes 1910-1925
Traduction:
Editions: La Barque

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dont acte… (Marc Dugardin)

Posted by arbrealettres sur 22 mars 2018




    
dont acte…
espérance — un mot
que l’on reçoit
à la manière d’une gifle
ou d’un coup de sabot

toujours plus nombreuses
les feuilles des arbres
se précipitent
dans le feu des sacrifices

quant au rêve
il claque contre le mur
comme un volet
qu’on n’aurait pas attaché

(Marc Dugardin)

 

Recueil: Quelqu’un a déjà creusé le puits
Traduction:
Editions: Rougerie

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DÉPART (Philippe Soupault)

Posted by arbrealettres sur 5 février 2018



 

DÉPART

L’heure
Adieu

La foule tournoie
un homme s’agite
Les cris
des femmes autour de moi
chacun se précipite me bousculant
Voici que le soir tombant
j’ai froid

Avec ses paroles j’emporte son sourire

(Philippe Soupault)

Illustration: Edvard Munch

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Passage protégé (Patrick Williamson)

Posted by arbrealettres sur 14 novembre 2017



Illustration: Andrzej Malinowski

    
Passage protégé

Un morceau de bois ravi par la tempête virevolte
au bout de boucles qui se mordent la queue — toi
la bouée d’un fétu, le métronome qui bat comme
le bateau ballotté par des embardées contraires — des courbes
charriées tels les battements de ton coeur sous la peau
un souffle régulier soulevant ta poitrine — se précipite
ordonnant à ceux qui nagent de regagner la berge
planches, épaves charriant le reste — m’enivrant
par ton odeur, ta présence, cette présence
dont je suis si intime, ce corps que je veux — toucher

***

Safe passage

A piece of wood salvaged by the storm lurches past
on curled tips that chase their tails — you
the safety of a straw, the metronome beating
as the boats rock in counter yaw — curves
carried like your heart pulses under skin,
steady breath lifting your chest — rushing past
commanding those who swim to take to land, boards
and flotsam will carry the rest — lifting me
with your soent, your presence, that presence
I am so close to, that body I wish — to touch.

(Patrick Williamson)

 

Recueil: Trois rivières
Traduction: Max Alhau
Editions: L’Harmattan

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :