Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘beauté’

Jamais notre joie (Jean-Louis Chrétien)

Posted by arbrealettres sur 12 janvier 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    
Jamais notre joie devant la beauté
ne sera aussi belle que la beauté elle-même.

C’est bien le lointain qui s’approche,
et notre joie devant sa proximité,
ou plutôt dans sa proximité,
ne nous appartient pas
tant que nous ne lui appartenons

– elle qui nous arrache à nous-mêmes
et à notre stérile contentement
pour nous jeter dans les douleurs de la fécondité.

(Jean-Louis Chrétien)

 

Recueil: L’effroi du beau
Traduction:
Editions: Le Cerf

Publicités

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

IMAGE DE LA FEMME NUE (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2018



Illustration: Brad Kunkle
    
IMAGE DE LA FEMME NUE

La femme prise dans ses feuilles
Ne bouge pas plus qu’un oiseau
Elle écoute son sang qui hante
Le ciel limpide la forêt

Lentement dans sa poitrine
Se défont des liens obscurs
Elle est debout dans son poids d’herbe
Elle tient à la main des fleurs

Ses tristes yeux ne pensent guère
A la beauté qui est en eux
Mais davantage au merveilleux
Des choses rondes de la terre

Elle regarde sans y croire
Les animaux qui viennent boire
Marchent un peu et puis s’essuient
Les lèvres fraîches sous les saules

Elle est vêtue de ses épaules.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

AVEC L’AMOUR (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 11 janvier 2018



 Illustration: Kajan: https://dessinrencontre.com/
    
AVEC L’AMOUR

N’entrez pas en ce moment
Ne venez pas me rejoindre à ce tournant
De ma vie
Laissez plutôt les chiens hurler sous la fenêtre
Et le vent s’approcher des murs
Je commence un poème qui ne doit pas s’achever
Il est parti du monde avec les feuilles
Il a tourné dans le soleil et dans ma main
Il est monté avec l’oiseau jusqu’à mes lèvres
Mais la beauté ne suffit plus

Laissez-moi seul avec l’amour
Je n’ai besoin pour vous aimer
Que d’un bruit de pas dans la rue
Et loin de vous je puis écrire
J’aime tous ceux qui font l’amour
Car je suis capable d’aller
De vous à moi
Sans déranger
La solitude et la parole.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PRÉSENCE DE L’AMOUR (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2018



 


    
PRÉSENCE DE L’AMOUR

Ton ventre doux comme la neige
Tes mains plus douces que des mains
Toutes les mains renouvelées
Un seul instant entre les tiennes

Belle d’avoir toute beauté
Dans la douleur qui t’accompagne
Tes pleurs aux nôtres confondus
Ta joie plus forte que nos cris

Calme poitrine que décorent
La racine la flamme nue
Plus désirée d’être conquise
Tu dissimules tes oiseaux

Toi seule aidée de tes caresses
Tu me protèges tu me vêts.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

ART POÉTIQUE (René Guy Cadou)

Posted by arbrealettres sur 10 janvier 2018




    
ART POÉTIQUE

Quand ce sera la nuit
Et toi tout seul dans une limousine
Quelque part sur une route de forêt
Quand ce sera nuit noire
Ô mon poète aie garde d’allumer tes phares
Appuie de toutes tes forces sur le champignon de la beauté
Sans rien savoir
Et sans souci du flot battant ton pare-brise
Enfonce-toi comme un noyé dans la nuit rageuse qui grise

Tu as perdu la direction
Le Nord l’étoile les feux de position
Et tu sens soudain un grand choc
Tu es couché tout près de toi dans la verdure
Tu es comme mille petits trous de serrure
Qui regardent dans ta tête éclatée
Les éléments épars de la beauté

Et qui viendrait te chercher là
Quand tu disposes de toi-même
Secrètement pour un destin
Qui ne peut plus te laisser seul
N’appelle pas
Mais entends ce cortège innombrable de pas.

(René Guy Cadou)

 

Recueil: Poésie la vie entière
Traduction:
Editions: Seghers

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Souvent je m’éveille à moi-même (Plotin)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2018



Illustration
    
Souvent je m’éveille à moi-même en m’échappant de mon corps ;
étranger à tout autre chose, dans l’intimité de moi-même,
je vois une beauté aussi merveilleuse que possible.

(Plotin)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Mystère de l’aube (Yves Mabin Chennevière)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2018



    

— Mystère de l’aube,
mystère de la beauté,
mystère du sourire,
mystère de la bonté,
mystère de la peur,
mystère du mal,
mystère de la vie,
il n’est que la mort à n’être pas mystère,

Je te regarde,
j’écoute tes paroles,
les battements de ton coeur,
seul, ton corps tient le mystère à l’écart,
donne à l’énigme une valeur réelle
qui la justifie ;

(Yves Mabin Chennevière)

 

Recueil: Variations du sensible
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Prends le temps de savourer (Yves Mabin Chennevière)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2018




    
— Prends le temps de savourer un matin d’été,
de goûter le silence de la nuit qui fuit,
de suivre l’envol des hirondelles graciles
qui jouent avec le vide et réchauffent leurs ailes,

Prends le temps d’écouter le bruissement des feuilles
dont le vent sec de l’aube efface la rosée,
de sentir sur tes lèvres que ta langue effleure
la chaleur du soleil que l’horizon libère,

Prends le temps de laisser la beauté du matin
s’emparer de ton corps et ranimer le monde ;

(Yves Mabin Chennevière)

 

Recueil: Variations du sensible
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ne parle plus (Yves Mabin Chennevière)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2018




    

— Ne parle plus de l’ombre, parle-moi de la nuit,
Ne parle plus de lumière, parle-moi du soleil,
Ne parle plus d’amour, parle-moi de caresse,
Ne parle plus de haine, parle-moi d’injure,
Ne parle plus de bonté, parle-moi du don,
Ne parle plus de beauté, parle-moi du regard,
Ne parle plus de paix, parle-moi du sourire,
Ne parle plus de tragédie, parle-moi d’enfants morts,
Ne parle plus de comédie, parle-moi du rire,
Ne parle plus de douleur, parle-moi des larmes,
Ne parle plus du désir, parle-moi des yeux,
Ne parle plus de famine, parle-moi du ventre,
Ne parle plus de moi, parle-moi de toi ;
Ne parle plus de la nuit, parle-moi de l’aube,
Ne parle plus du soleil, parle-moi de lumière,
Ne parle plus de caresse, parle-moi d’amour,
Ne parle plus d’injure, parle-moi de haine,
Ne parle plus du don, parle-moi de bonté,
Ne parle plus du regard, parle-moi de beauté,
Ne parle plus du sourire, parle-moi de paix,
Ne parle plus d’enfants morts, parle-moi de tragédie,
Ne parle plus du rire, parle-moi de comédie,
Ne parle plus des larmes, parle-moi de douleur,
Ne parle plus des yeux, parle-moi du désir
Ne parle plus du ventre, parle-moi de famine,
Ne parle plus de moi, parle-moi de toi ;

(Yves Mabin Chennevière)

 

Recueil: Variations du sensible
Traduction:
Editions: De la Différence

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dame du lac (Robert Sabatier)

Posted by arbrealettres sur 7 janvier 2018



Illustration: Aristide Maillol
    

Dame du lac

Dame du lac où toute onde est métal
si belle et blonde, avec dans tes cheveux
un frisson d’or exilé d’une étoile
où je te vis jadis dans l’autre vie,
où je me rêve auprès de toi qui dors.

Nous danserons. Ce sera comme un bal
avec des yeux qui s’aiment, des yeux d’eau
pour nous sourire — et ta voix dans la mienne
comme un baiser mais que l’on ose à peine
pour que le soir ne s’effarouche pas.

Oh ! souviens-toi de cet homme qui passe
cueillant les mots pour dire la beauté.
Il va partir au détour d’une année
et ton soleil verra d’autres rivages.
ll restera ce poème pour toi.

(Robert Sabatier)

 

Recueil: Oeuvres poétiques complètes
Traduction:
Editions: Albin Michel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »