Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘courir’

Le temps n’est pas un lit (Adonis)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2020




    
Le temps n’est pas un lit, ni la terre un sommeil
l’arbre de l’amour est nu
le lieu qu’il a choisi est sans voile

Crois-tu que la nuit a réveillé ses rêves
et qu’ils courent maintenant sur le chemin
du soleil ?

Je crois
que ces soleils qui bâillent
dans le ciel de l’amour
ne sont que blessures sur le corps de la terre

Je chanterai pour ce lieu lumineux
avec les restes des amants qui m’ont précédé.
L’existence n’est qu’un espace voué au chant.

(Adonis)

 

Recueil: Lexique amoureux
Traduction: Vénus Khoury-Ghata Issa Makhlouf Houria Abdelouahed
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’entends courir mon sang vers le salut (Patrizia Cavalli)

Posted by arbrealettres sur 29 décembre 2019



 

Albert Asensio l

J’entends courir mon sang vers le salut

Rien qu’à entendre un verbe
qui me semble vrai
j’entends courir mon sang
vers le salut. C’est comme rentrer chez soi
et retrouver une charitable fraîcheur de draps.

(Patrizia Cavalli)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Le Secret (Andrée Chedid)

Posted by arbrealettres sur 26 décembre 2019



 

George Clair Tooker 1920-2011 - American Magic Realist painter - Tutt'Art@ (19) [1280x768]

Le Secret

D’où viennent-ils?
Où vont-ils?
Tous ces humains que cherchent-ils?

Il court, il court, le Secret!
Et les hommes lui courent après!

Il est passé par ici,
Il repassera par là.

C’est comment, c’est quoi la vie?
Bien malin qui le dira!

Elle est passée par ici,
Elle repassera par là.

Il court, il court, le Secret!
Et les hommes lui courent après!

(Andrée Chedid)

Illustration: George Clair Tooker

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

L’oiseau en mai (Pierre Garnier)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2019



Illustration
    
l’oiseau en mai
venu du fond de l’oiseau.

l’oiseau se condense
différent
selon le lieu, selon le temps
– ici aigrette – ici mésange.

le cormoran; une musique immobile :
pour cela fascinante.

un bouvreuil :
menu incendie.

le coq court sous la pluie
serrant contre lui ses ailes
(un manchot ?)
des mains l’accompagnent pourtant
qui le modèlent.

(Pierre Garnier)

 

Recueil: Ornithopoésie
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les corridors où dort Anne qu’on adore (Claude Roy)

Posted by arbrealettres sur 25 décembre 2019



Marie-Noëlle Dérobert  petite fille dort 75

Les corridors où dort Anne qu’on adore

La petite Anne, quand elle dort,
Où s’en va-t-elle ?
Est-elle dedans, est-elle dehors,
Et que fait-elle ?

Pendant la récré du sommeil,
A pas de loup,
Entre la Terre et le soleil,
Anne est partout.

Les pieds nus et à tire-d’aile
Anne va faire
Les quatre cent coups dans le ciel
Anne s’affaire.

La petite Anne, quand elle dort,
Qui donc est-elle ?
Qui dort ? Qui court par-dessus bord ?
Une autre, et elle.

L’autre dort et a des ailes,
Anne dans son lit, Anne dans le ciel.

(Claude Roy)

Illustration: Marie-Noëlle Dérobert

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

DÉJÀ (Jean Mambrino)

Posted by arbrealettres sur 23 décembre 2019



DÉJÀ

Bouger fouiner jeter
les yeux au vent courir
tenter de ralentir
en agrippant les branches
roulées par l’avalanche
du sable des années
les maux les joies les voix
un peu de vie qui bat
et doute de finir.

Qu’est-ce qui est passé?

(Jean Mambrino)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Malade en voyage (Matsuo Basho)

Posted by arbrealettres sur 2 décembre 2019



    

(Matsuo Basho)

 

Recueil: Les plus beaux HAÏKU(S)
Traduction: Akié Boulard
Editions: Arichi

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Drôle de pays (Marianne Van Hirtum)

Posted by arbrealettres sur 27 novembre 2019




    
Drôle de pays

Ce fut une étrange matinée-feuille
une étrange matinée-verte
les oiseaux tombaient des arbres
comme des feuilles les oiseaux tombaient,
bientôt le sol fut jonché d’oiseaux tombés
drôle de pays.
Il pleuvait des feuilles rapides denses comme la pluie,
sorties de nuages crevés.
Drôle de pays,
il n’y eut plus que des enfants,
couraient perdus hagards cherchaient,
– ne trouvaient pas.
Ces enfants étaient faits de pluie
lorsque s’entrouvraient leurs manteaux on les voyait
d’eau glacée trempés.
Ils avaient d’immenses yeux bleus
dont ils se servaient pour se battre
que dans leurs querelles ils se jetaient au visage,
qui tombés sur la terre vous regardaient, vous regardaient.

Ne cesseront plus de vous regarder.

(Marianne Van Hirtum)

 

Recueil: Bris de vers Les émeutiers du XXè siècle
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LE TABLEAU (Marc Chagall)

Posted by arbrealettres sur 21 novembre 2019



Marc Chagall
    
LE TABLEAU

Si mon soleil rayonnait dans la nuit,
Je dors – baigné dans des couleurs,
Dans un lit d’images,
Et ton pied sur ma bouche
M’étouffe et me torture.

Je m’éveille dans la douleur
D’un nouveau jour, avec des espérances
Qui ne sont pas encore peintes,
Qui ne sont pas empreintes de couleurs.

Je cours là-haut
Vers les pinceaux desséchés.
Comme le Christ je suis cloué,
Crucifié sur ma palette.

Suis-je fini,
Achevé dans ma toile ?
Tout rayonne, ruisselle, court.

Lève-toi, encore une touche
Là-bas, du noir,
Ici, le bleu le rouge se sont étendus
Et m’ont apaisé…

Écoute-moi – mon lit de mort
Mon herbe desséchée,
Les amours disparues,
Revenues de nouveau,
Écoute-moi.

Je passe par-dessus ton âme,
Je franchis ton ventre,
Je bois le reste de tes jours.

J’ai englouti ton clair de lune,
Le songe de ton innocence
Afin de devenir ton ange
Et te veiller comme autrefois.

(Marc Chagall)

 

Recueil: Anthologie de la poésie yiddish Le miroir d’un peuple
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

Dépressions (Ingerborg Bachmann)

Posted by arbrealettres sur 16 novembre 2019




Illustration: ArbreaPhotos
    
Dépressions

Naguère j’étais vivant la nuit
Animé par des milliers d’images.
Désormais je suis un fou au sac vide
Et cours pour attraper les vents.

Jour effroyable irrité contre moi
Et nuit mortellement triste.
Bientôt la neige tombera en mort silencieuse,
Alors pour toujours je deviendrai muet.

***

Depressionen

Einst war ich lebendig zur Nacht.
Von tausend Bildern bewegt.
Jetzt bin ich ein Narr mit leerem Sack
Und laufe die Winde zu fangen.

Schauriger Tag, der mir zürnt
Und tödlich traurige Nacht.
Bald fällt der Schnee mit stillem Tod,
Dann werde ich auf immer verstummen

(Ingerborg Bachmann)

 

Recueil: Toute personne qui tombe a des ailes
Traduction: Françoise Rétif
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :