Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘danser’

La bastringue (La Bolduc)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2017




    
La bastringue
Messieur, messieur je voudrais danser
Oh la bastringue, pis la bastringue
Messieur, messieur je voudrais danser
La bastringue dans vot’ café

Venez, venez j’vais vous faire danser
La bastringue, pis la bastringue
Venez, venez j’vais vous faire danser
La queue d’votre robe va r’voler

Avec toué je veux pas danser
Ah la bastringue pis la bastringue
Avec toué je veux pas danser
Tu es bien trop excité

Mais dis-moi donc t’es pas gênée
La bastringue, la bastringue
Mais dis-moi donc t’es pas gênée
V’nir m’insulter dans une veillée

T’as pas besoin de te fâcher
Ah la bastringue, pis la bastringue
T’as pas besoin de te fâcher
J’ai faite ça c’est pour t’étriver

Me voilà donc le coeur brisé
La bastringue, et pis la bastringue
Me voilà donc le coeur brisé
D’la peine que tu m’as donnée

Viens dans mes bras mon cher André
Ah la bastringue, pis la bastringue
Viens dans mes bras mon cher André
Viens donc je vas t’embrasser

T’as donc un beau bec sucré
La bastringue, la bastringue
T’as donc un beau bec sucré
Je suis prêt à r’commencer

(La Bolduc)

 

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le Jour De L’an (La Bolduc)

Posted by arbrealettres sur 26 juin 2017




    
Le Jour De L’an

Préparons-nous son père pour fêter l’jour de l’an
J’vas faire des bonnes tourtières, un bon ragoût d’l’ancien temps

C’est dans l’temps du jour de l’an, on s’donne la main, on s’embrasse
C’est l’bon temps d’en profiter, ça arrive rien qu’une fois par année

Peinture ton cutter, va ferrer ta jument
On ira voir ta soeur dans l’fond du cinquième rang

C’est dans l’temps du jour de l’an, on s’donne la main, on s’embrasse
C’est l’bon temps d’en profiter, ça arrive rien qu’une fois par année

Va t’acheter une perruque, fais toi poser des dents
C’est vrai que t’as rien que moi à plaire mais tu s’rais plus ragoûtant

C’est dans l’temps du jour de l’an, on s’donne la main, on s’embrasse
C’est l’bon temps d’en profiter, ça arrive rien qu’une fois par année

Dis bien à ton n’onc’ Nazaire douè ben v’nir au jour de l’an
Mont’-z-y ton savoir faire comme tu dansais dans ton jeune temps

C’est dans l’temps du jour de l’an, on s’donne la main, on s’embrasse
C’est l’bon temps d’en profiter, ça arrive rien qu’une fois par année

Tâche pas de perdre la tête comme t’as fait il y a deux ans
T’as commencé à voir clair quand t’avais pus d’argent

C’est dans l’temps du jour de l’an, on s’donne la main, on s’embrasse
C’est l’bon temps d’en profiter, ça arrive rien qu’une fois par année

Y en a qui vont prendre un verre, y vont profiter de c’temps-là
Aujourd’hui, ça coûte si cher, y a pas d’monde qui travaille pas

C’est dans l’temps du jour de l’an, on s’donne la main, on s’embrasse
C’est l’bon temps d’en profiter, ça arrive rien qu’une fois par année

Il y en a qui sentent la pipe et d’autres qui sentent les oignons
J’aime bien mieux vous le dire tout de suite, la plupart sentent la boisson

C’est dans l’temps du jour de l’an, on s’donne la main, on s’embrasse
C’est l’bon temps d’en profiter, ça arrive rien qu’une fois par année

(La Bolduc)

 

Posted in humour | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il ignorait que c’était ça l’attente (Claude Darbellay)

Posted by arbrealettres sur 22 juin 2017



Il ignorait que c’était ça l’attente.
Parfois, pour se distraire, il fait danser ses os,
le dos bien droit contre le dossier de sa chaise.

(Claude Darbellay)

Découvert chez Lara ici

Illustration: Tamara Lunginovic

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Danse, ô mon coeur ! (Kabîr)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2017



Illustration: Tomas Januska
    
Danse, ô mon coeur !
Aujourd’hui danse bondis de joie.

Les accents de l’amour emplissent les Jours et les nuits de musique
et l’univers prête l’oreille, ô mélodies !

Ivres de joie, la vie et la mort dansent au rythme de cette symphonie.
Les collines dansent et la terre et les flots.
Le monde de l’homme danse parmi le rire et les pleurs.

Pourquoi revêtir le froc du moine ?
Pourquoi vis-tu retiré du monde
dans l’orgueil de ta solitude ?

Voici mon coeur qui danse dans les délices de cent arts;
et le Créateur applaudit.

***

Dance, my heart! dance to-day with joy.
The strains of love fill the days and the nights with music
, and the world is listening to its melodies !

Mad with joy, life and death dance to the rhythm of this music.
The hills and the sea and the earth dance.
The world of man dances in laughter and tears;

Why put on the robe of the monk,
and live aloof from the world
in lonely pride ?

Behold ! my heart dances in the delight of a hundred arts;
and the Creator is well pleased.

(Kabîr)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Vivre ou ne pas vivre (Marc Lavoine)

Posted by arbrealettres sur 3 juin 2017



    

Vivre ou ne pas vivre
Vivre son rêve même à tout prix
Tout donner le jour et la nuit
S’abandonner à l’infini

Vivre ou ne pas vivre
Pour la gloire, pour les sous
Pour un rêve devenu fou
Faut-il y aller à genoux

Vivre ou ne pas vivre
Pour cette passion qui nous dévore
Ou l’on peut voir passer la mort
Puisqu’elle fait partie du décor

(Vivre ou ne pas vivre)
Etre seul, être là
Etre enfin face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre fort, être faible,
Etre encore face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre nu, être bon
Etre doux face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre un jour, une nuit
Etre en vie face à soi même
Vivre ou ne pas vivre

Renoncer au grand amour
Danser sans arrêt, toujours
Mais y’a rien qui dure

Vivre ou ne pas vivre
Le paradis a son enfer
Est-ce la paix ? est-ce la guerre ?
La vie vaut-elle une carrière ?

(Vivre ou ne pas vivre)
Etre seul, être là
Etre enfin face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre fort, être faible,
Etre encore face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre nu, être bon
Etre doux face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre un jour, une nuit
Etre en vie face à soi même
Vivre ou ne pas vivre

Vivre ou ne pas vivre
Oh mon amour, ma raison
A l’affiche il y a mon nom
Comment dire oui, comment dire non ?

Vivre ou ne pas vivre
Dans les poussières de la scène
Ou doivent se jeter dans la Seine
A corps perdu
A perdre haleine

(Vivre ou ne pas vivre)
Etre seul, être là
Etre enfin face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre fort, être faible,
Etre encore face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre nu, être bon
Etre doux face à soi même
(Vivre ou ne pas vivre)
Etre un jour, une nuit
Etre en vie face à soi même
Vivre ou ne pas vivre

(Marc Lavoine)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

POUR TOI (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 30 mai 2017




POUR TOI

Je réalisais pour toi des miracles
Elucidais des secrets bien cachés
Et dessinais sur des papiers
Des silhouettes qui dansaient

Je peignais le vent dans tes cheveux
La pluie sur tes joues
La neige sur tes seins
Et la lumière dans tes yeux

Je faisais voguer sur le vert de la vague
Le vivant vaisseau de nos rêves
Qui virait dans le vent
Loin du rivage des contraintes

Nous naviguions sur des rivières joyeuses
Et quittions ces tristes rivages
Pour des îles rieuses
Sur des mers gaies
Nos chants accompagnaient
Le bruit lourd des vagues

Le vent soulevait cette gracieuse poussière
Sur la route de notre campagne
Où le papillon s’accouplait avec la fleur
Les ailes et les pétales mêlant

La fièvre de leurs couleurs
Chassés de leurs nids les oiseaux
Secouaient la fatigue de leur vol sur les toits

Pour toi
Je ramassais les cailloux du soleil
Et faisais des ricochets de lumière
Sur l’eau trouble de l’étang

(Jean-Baptiste Besnard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

PALMIER (Homero Aridjis)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2017



Illustration

    

PALMIER

Corps archaïque de déesse,
avec sa jupe rayée.

Ô ananas couronné
d’aigrettes vertes.

Provoqué par les vents,
il ne cesse de danser.

(Homero Aridjis)

 

Recueil: Les poèmes solaires
Traduction: Ivan Alechine
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LAC OHRID (Homero Aridjis)

Posted by arbrealettres sur 28 mai 2017



Illustration

    

LAC OHRID

Vinrent les barbares au nombril du monde,
quoique le monde ait plusieurs nombrils.

Ils prirent possession des eaux plissées
et érigèrent en prophétie ce qu’ils désiraient entendre d’eux-mêmes.

Ils tracèrent des frontières sur l’eau, comme si l’eau
pouvait être divisée. Le lac resta insaisissable.

Le Soleil comme un oeil ivre dansa sur les ondes
devant les barbares et le nombril de leur monde.

Il y eut alors une blancheur plus blanche que le blanc.
Et tous les arbres de la rive regardèrent cette lumière.

(Homero Aridjis)

 

Recueil: Les poèmes solaires
Traduction: Ivan Alechine
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elle dansait (Dylan Thomas)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2017



 

Elle dansait – silence enveloppée de lumière
Brume dans une clarté de lune;
Une musique qui charmait la vue
Mais à l’oreille, étrangère.

Un enchantement, une fée vêtue
D’un mouvement – doux comme le sommeil;
Ellipse de toutes les joies
Somme de toutes les larmes.

Sa forme: l’esprit d’un poète,
Toutes-sensations!
Elle – substance du vent,
Profil d’une pensée lyrique;

Un être, parmi les choses terrestres
– Abandonné par le ciel;
A travers le temps, sur des ailes de lumière
Vers l’illimité!

[…]

Tremblante lueur dans l’air rose
Elle semblait refluer et couler
– Péril et beauté des souvenirs –
Ô pâle du temps traversé.

Elle pleurait du souvenir de sa douleur
Et soupirait à la joie incréée.
Ah, beauté – ardente, ardente!
Oh, corps – sage et blanc!

Elle disparut, nuage du soir
Rayon radieux du couchant.
Elle disparut. La vie, un instant, illumina
Les ténèbres à la flamme d’un rêve.

(Dylan Thomas)

Illustration: Alberich Mathews

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

LA-BAS (Charles Le Goffic)

Posted by arbrealettres sur 24 mai 2017


 


 

Bretagne

LA-BAS

Les Bretonnes au coeur tendre
Pleurent au bord de la mer;
Les Bretons au coeur amer
Sont trop loin pour les entendre.

Mais vienne Pâque ou Noël,
Les Bretons et les Bretonnes
Se retrouvent près des tonnes
D’eau-de-vie et d’hydromel.

La tristesse de la race
S’éteint alors dans leurs yeux;
Ainsi les plus tristes lieux
Ont leur sourire et leur grâce.

Mais ce n’est pas la gaîté
Aérienne et sans voiles
Qui chante et danse aux étoiles
Dans les belles nuits d’été.

C’est une gaîté farouche,
Un rire plein de frissons,
Ferment des âpres boissons
Qui leur ont brûlé la bouche.

Plaignez-les de vivre encor;
Ce sont des enfants barbares.
Ah! les dieux furent avares
Pour les derniers nés d’Armor!

(Charles Le Goffic)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 5 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :