Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘se coucher’

VIEILLE MÉLODIE (Amir Or)

Posted by arbrealettres sur 12 mai 2019



 

Illustration: Luc Thébault
    
VIEILLE MÉLODIE

Même la séparation la plus légère est chargée de tristesse :
la vue de ce que nous étions s’est effacée,
elle choit de nos yeux et n’est plus,
accumule un automne de plus sur nos poitrines.

Même la séparation la plus légère est chargée de tristesse :
mais quand deux amants s’en vont, chacun son chemin
le cœur brûle sans se consumer, déraciné mais non sans racines,
le cœur trop lourd à porter.

Même si nous avons partagé l’ombre d’un arbre en chemin,
ces vies à nous ont passé comme des ombres ;
et si sous un coucher de soleil, nous avons partagé du bonheur
notre soleil s’est couché avec lui
dans une mer sombre.

Mais dans l’enveloppe du crépuscule, dans l’apaisement du vent
là, au-delà de la lumière qui noircit,
quand ils auront encerclé l’horizon du ciel,
nos yeux s’ouvriront sous des paupières de brume :

l’esprit souffle encore dans la forêt, l’ombre dans le feuillage,
et dans le paysage du coucher de soleil qui n’en finit pas
nous nous séparons vers un amour infini.

(Amir Or)

 

Recueil: Dédale
Traduction: Isabelle Dotan
Editions: MAËLSTROM

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ici je reprends le goût de la vie (Henri Thomas)

Posted by arbrealettres sur 6 mai 2019



Illustration: Pablo Ruiz Picasso
    
Ici je reprends le goût de la vie,
Ainsi le dormeur, son sexe l’éveille,
Soudain rebandé par la même envie,
Et la femme est là, totale merveille.

Ainsi le nageur, la mer le soulève,
Et l’offre au soleil, et le ressaisit,
Il voit l’avenir, une immense grève,
Où se coucher nu dans l’après-midi.

Ainsi l’arbre en fleurs au fond d’un ravin
L’entrecroisement des hautes fougères…
Le mot le plus juste est encore vain,
Puisqu’ici le corps est tout le mystère.

Je rencontrerai peut-être la femme
Sœur de la fougère et des vagues nues.
Le sentier tournant deviendra la flacon
Qui la brûlera, sitôt apparue.

(Henri Thomas)

 

Recueil: Poésies
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’allée est droite et longue, et sur le ciel d’hiver (François Coppée)

Posted by arbrealettres sur 20 janvier 2019



la_vieille_au_fagot_H114715_L

L’allée est droite et longue, et sur le ciel d’hiver
Se dressent hardiment les grands arbres de fer,
Vieux ormes dépouillés dont le sommet se touche.
Tout au bout, le soleil, large et rouge, se couche.
À l’horizon il va plonger dans un moment.
Pas un oiseau. Parfois un léger craquement
Dans les taillis déserts de la forêt muette ;
Et là-bas, cheminant, la noire silhouette,
Sur le globe empourpré qui fond comme un lingot,
D’une vieille à bâton, ployant sous son fagot.

(François Coppée)

Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Caniculaire (Jean Lescure)

Posted by arbrealettres sur 8 janvier 2019



Caniculaire

Quand le soleil se couche
un autre feu se lève
je le bois sur la bouche
que tes cuisses soulèvent

(Jean Lescure)


Illustration: Pascal Renoux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | 4 Comments »

Cela t’arrive-t-il? (Hermann Hesse)

Posted by arbrealettres sur 24 décembre 2018



T’arrive-t-il aussi cela,
Lorsqu’on danse et crie à tue-tête,
De devoir, parmi cet éclat,
Soudain te taire et fuir loin de la fête?

Sur ton lit t’en vas-tu te coucher sans dormir,
Comme un qu’un point au cœur fait brusquement gémir?

Gaîté, rires s’en vont, fumée à la dérive,
Et tu pleures sans fin… Dis-moi, cela t’arrive?

***

Kennst du das auch?

Kennst du das auch, daß manchesmal
Inmitten einer lauten Lust,
Bei einem Fest, in einem frohen Saal,
Du plötzlich schweigen und hinweggehn mußt?

Dann legst du dich aufs Lager ohne Schlaf
Wie Einer, den ein plötzlich Herzweh traf;
Lust und Gelächter ist verstiebt wie Rauch,
Du weinst, weinst ohne Halt – Kennst du das auch?

(Hermann Hesse)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

LETTRE DE NOEL (Marie-Thérèse Brousse)

Posted by arbrealettres sur 23 décembre 2018



LETTRE DE NOEL

J’habite au jardin de bois vert
l’allée détrempée.
Je vais, je fais avec le temps de longs devoirs dérisoires.
J’apprends ma leçon de Noël.

Chaque soir, la nuit se couche
à mes pieds, comme un chien noir
me gardant des rêves.
Le matin suspend aux fenêtres
leur collier de vitres bleues;
Sur la rue Décembre est là
avec son soleil de verre
Et la grande roue des toits.

Je ne sais plus jouer avec le temps.
Parfois, trompant la nuit, émerge
Un pays planté d’arbres blancs.
Alors je cache dans l’herbe houleuse mon faux visage de fatigue
qui attend.

(Marie-Thérèse Brousse)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VISITE NOCTURNE (Manuel Bandeira)

Posted by arbrealettres sur 21 octobre 2018



 

VISITE NOCTURNE
Rio, décembre 1947

On a frappé à ma porte,
Je fus ouvrir, nul ne vis.
Est-ce l’âme de la morte ?

Aucun ne vis, mais quelqu’un
Entra dans la chambre vide
La chambre aussitôt changea.
Je me couchai dans le lit,
Près du lit quelqu’un s’assit.

Est-ce l’âme de la morte ?
Morte ? Innocence ? Ou l’enfance ?
Ou les projets avortés,
Ou ce qui fut et n’est plus ?

Bénite soit qui revint!
Trois fois bénite la morte,
Qui qu’elle soit, cette morte
Qui a frappé à ma porte.

(Manuel Bandeira)

Illustration: Jean Charles Nicaise Perrin

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Choses qui font battre le coeur (Sei Shōnagon)

Posted by arbrealettres sur 6 septembre 2018



 

Oisillon-moineau-friquet

Choses qui font battre le coeur

Des moineaux qui nourrissent leurs petits.
Se coucher seule dans une chambre délicieusement parfumée d’encens
S’apercevoir que son miroir de Chine est un peu terni.
Une nuit où l’on attend quelqu’un.
Tout à coup, on est surpris par le bruit de l’averse que le vent jette contre la maison.

(Sei Shōnagon)

Découvert chez Lara ici

Illustration

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Lorsque le soir (Luce Guilbaud)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2018



Lorsque le soir

Lorsque le soir se calme
à coups de cris d’oiseaux
de lances de criquet
se replient mes nervures
mon regard d’étamine
je déchiffre un langage
de manuscrits de la mer vive
sous la lampe de soie rose
je me couche en diagonale
je m’étale
sur des rêves
à faire chanter les pierres.

(Luce Guilbaud)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le poète et son ombre (Ménaché)

Posted by arbrealettres sur 25 août 2018



Le poète et son ombre

Quand je me lève mon ombre se couche
Quand je me couche elle se lève

Supposez que je rie elle pleure
supposez que je pleure elle rit

Parfois lorsque je me réveille
elle est déjà partie

Alors si mon ombre me perd
j’erre en pleine lumière
pâle orphelin de l’ombre
en quête d’un poème
dans les reflets du monde…

(Ménaché)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :