Arbrealettres

Poésie

Posts Tagged ‘besoin’

Chacun porte en lui ses glaciers (Maurice Chappaz)

Posted by arbrealettres sur 25 octobre 2019



Chacun porte en lui ses glaciers.
Je suis noir de décès
et bleu de lune.
Les vivants m’attaquent à cet instant :
Pourquoi ce besoin d’avoir toujours un compagnon
qui soit plus que tous nos frères ?
Va-t-en,
délivre-toi,
espère.

Ils agitent leurs mouchoirs.
Devenez dès aujourd’hui des ombres.

***

Everyone carries his glaciers within.
I am black with death
and moon blue.
The living attack me at this moment:
Why this need to always have a companion
who is more than all our brothers?
Go away,
free yourself,
hope.

They wave their hankerchiefs.
From this day become spirits.

(Maurice Chappaz)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le besoin de retrouver (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2019



Revenir aussi le soir,
Retrouver le chemin,
Les lieux, la maison,

S’asseoir chargé de la journée
Regarder, essayer

Et ne rien retrouver
Que le besoin de retrouver.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Nostalgie (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 23 octobre 2019



Pas besoin
De porter toujours
La nostalgie du nid.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La bouche (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 8 octobre 2019



La bouche a besoin
D’autres goûts que du sien.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Alors, personne (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2019



Alors, personne
N’a plus besoin
De se vouloir Dieu.

(Guillevic)

Posted in poésie | Tagué: , , , , | 6 Comments »

Je veux entrer (Guillevic)

Posted by arbrealettres sur 7 octobre 2019




Je veux entrer
Mais je ne sais
Ni où ni dans quoi.

Il semblerait que ce soit là
Où je me confondrais

Avec la source de ce
Dont j’ai toujours eu besoin.

(Guillevic)

Illustration: ArbreaPhotos

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | 1 Comment »

POURQUOI? (Giuseppe Ungaretti)

Posted by arbrealettres sur 4 octobre 2019




    
POURQUOI?

Il a besoin de réconfort
mon coeur sombre éparpillé

Dans les failles fangeuses des pierres
comme une herbe de ce pays
il veut trembler à la lumière doucement

Mais je ne suis
dans la fronde du temps
que l’écaille des pierres taraudées
sur la route improvisée
de la guerre

Depuis le jour
où il a regardé la face
immortelle du monde
tombant dans le labyrinthe
de son cœur soucieux
ce fou a voulu savoir

Il s’est aplati
comme un rail
ce coeur à l’écoute
mais il s’est découvert à suivre
comme un sillage
une navigation disparue

Je regarde l’horizon
qui se variole de cratères
Mon coeur veut s’illuminer
comme cette nuit
au moins de fusées

Je soutiens mon coeur
qui s’encave
et ébranle et gronde
comme un projectile
dans la plaine
mais qui ne me laisse
pas même un signe d’envol

Mon pauvre coeur
ahuri
de ne pas savoir

(Giuseppe Ungaretti)

 

Recueil: Vie d’un homme Poésie 1914-1970
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Allez à l’essentiel (René Char)

Posted by arbrealettres sur 30 septembre 2019



 

Christian Schloe 2 [1280x768]

Allez à l’essentiel:
n’avez-vous pas besoin
de jeunes arbres
pour reboiser votre forêt?

(René Char)

Illustration: Christian Schloe

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

UN SEUL SOURIRE (René Char)

Posted by arbrealettres sur 28 septembre 2019



Aina Frozt 3153

UN SEUL SOURIRE

Un seul sourire
Chaque étoile à la nuit montante
Un seul sourire pour nous deux

Et l’azur en tes yeux ravis
Contre la masse de la nuit
Trouvait sa flamme dans mes yeux

J’ai vu par besoin de savoir
La haute nuit créer le jour
Sans que nous changions d’apparence

(René Char)

Illustration: Aina Frozt

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Nos blessures intimes (Franck Venaille)

Posted by arbrealettres sur 22 septembre 2019




    
Nos blessures intimes demandent à s’asseoir près de
Nous sur le banc, avec une sorte de tristesse avide
Un besoin mélancolique de partager le chagrin du
Temps Que pouvons-nous pour elles? Que faut-il
Leur dire? Comment ne pas être touché par leur
Silence? Sont-elles à la recherche de l’absolu, là
Où il se trouve? Bercé par le corps qui souffre, lui,
D’avoir à leur parler comme on le fait avec des
Enfants fiévreux Dans un monde combien las!

(Franck Venaille)

 

Recueil: Ça
Traduction:
Editions: Mercure de France

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 3 Comments »

 
%d blogueurs aiment cette page :